Valoriser les contenus culturels numériques dans les écoles

0

Les 4 et 5 octobre derniers se tenait la Session de transfert de l’École en Réseau sous le thème « Quand le numérique rassemble pour mieux apprendre ». Rassemblant quelques centaines d’acteurs éducatifs des quatre coins de la province, cet événement avait pour but de permettre aux participants de porter un regard nouveau sur la recherche en éducation et sur les grandes tendances concernant l’usage des technologies en classe.

Cette année, afin de consolider ses partenariats avec des ressources externes qui soutiennent et enrichissent les apprentissages des élèves, l’École en réseau avait prévu une activité de réseautage au cours de laquelle les participants pouvaient découvrir des liens de collaboration possibles avec divers organismes : le Musée des plaines d’Abraham, le Parc national de Miguasha, l’Association canadienne d’éducation de langue française et Idée éducation entrepreneuriale pour n’en nommer que quelques-uns.

Parmi les partenaires se trouvaient notamment des organismes proposant des contenus culturels numériques pour les écoles du Québec, faisant écho à la conférence d’ouverture de Marie-Claude Larouche, professeur au Département des sciences de l’éducation de l’UQTR, sur la valorisation scolaire des contenus culturels numériques du Québec.

Une offre culturelle à la recherche des besoins des enseignants

Pour bien situer les participants lors de son intervention, Marie-Claude Larouche a défini le concept de contenu culturel numérique de la manière suivante : tout élément numérique produit par une institution ou organisme culturel en lien avec sa mission, collection ou thématique d’interprétation, accompagné d’outils pédagogiques et accessible en ligne gratuitement. En d’autres mots, le contenu culturel numérique est une offre culturelle à la recherche des besoins des enseignants.

Par la suite, la chercheure a présenté sa dernière recherche-développement financée par le Plan culturel numérique du Québec, pour laquelle elle a travaillé en partenariat avec le Musée des beaux-arts de Montréal, la BAnQ et Télé-Québec, ainsi qu’avec le réseau des RÉCIT du ministère de l’Éducation. L’objectif de cette recherche-développement étant de tisser des ponts entre les milieux scolaires et toutes les ressources numériques offertes par des organismes culturels.

Trois collaborations pour la valorisation scolaire des contenus culturels numériques

La collaboration avec des conseillers pédagogiques du RÉCIT Univers social, Arts et Développement de la personne a permis de proposer des scénarios d’apprentissage intégré (SAÉ) et des parcours de formation utiles pour les enseignants du primaire et du secondaire :

ÉducArt et le Service national du RÉCIT Développement de la personne

La première collaboration présentée par Marie-Claude Larouche est celle entre ÉducArt, l’outil pédagogique interdisciplinaire du Musée des beaux-arts de Montréal, et le Service national du RÉCIT Développement de la personne.

Rappelons qu’ÉducArt permet l’exploration de 17 thématiques et enjeux sociaux en fonction de disciplines variées et à travers 350 œuvres de la collection encyclopédique du Musée. La plateforme propose une banque de projets pédagogiques incluant les étapes de réalisation, les liens avec les œuvres de la collection du Musée et des thèmes propres à différents domaines de formation. En se créant un compte ÉducArt, les enseignant-e-s peuvent non seulement consulter des ressources thématiques et pédagogiques, ils peuvent aussi créer et partager leurs propres activités d’apprentissage dans tous les domaines de formation ainsi que consulter des activités d’apprentissage conçues par la communauté scolaire.

Dans le cadre de la recherche-développement, des situations d’apprentissage et d’évaluation (SAÉ) pouvant se dérouler sur une seule période de classe pour le cours Éthique et culture religieuse ont été créés :

Légitime défense est une SAÉ qui aborde les thèmes de la justice et de l’égalité homme-femme à partir de l’œuvre Le christ et la femme adultère de Matthias Stom. À travers cette activité, les élèves pourront démontrer qu’il existe, selon les sociétés et les époques, différentes façons d’aborder la justice et pourront reconnaître et nommer les principes sur lesquels elle s’appuie (ex. l’égalité, l’équité, le respect de la personne, le mérite)

La Fissure est une SAÉ qui aborde le thème de la communication et vise à développer chez les élèves la capacité d’identifier différentes formes d’entraves au dialogue, à partir de l’œuvre Elle et lui (avec main de femme) de Geneviève Cadieux.

La Fabrique culturelle et le Service nation du RÉCIT Arts

La deuxième collaboration présentée par Marie-Claude Larouche est celle entre la Fabrique culturelle, plateforme numérique multi-formats de Télé-Québec qui a pour mandat de valoriser les arts et la culture québécoise, et le Service nation du RÉCIT Arts.

Cette collaboration a mené au projet « La Fabrique à l’école » (#LaFab) qui propose d’utilisation certains contenus vidéo de la Fabrique culturelle comme support à l’enseignement des arts au niveau primaire et secondaire.

Rappelons que la Fabrique culturelle offre une tribune pour faire rayonner et partage le talent d’ici. Pour produire les contenus originaux de la Fabrique culturelle, 10 équipes et régionales de Télé-Québec et plus d’une centaine de partenaires sont mobilisées. Espace ouvert, la Fabrique culturelle permet à tout le monde de devenir membre et de partager des créations.

Dans la boîte à outils de #LaFab, quatre situations d’apprentissage et d’évaluation (SAÉ) sont proposées pour les enseignant-e-s de musique, d’arts plastiques et d’art dramatique :

  • La musique au primaire à partir de la vidéo Olivier : l’art de la scie musicale qui invite les élèves à trouver un objet sonore du quotidien avec lequel ils pourront produire une courte pièce enfantine.
  • La musique au secondaire à partir de la vidéo La quête sonore de Tom Jacques qui invite les élèves à interpréter une pièce sur des instruments de percussion non-traditionnels.
  • L’art dramatique au secondaire à partir de la vidéo La troupe Arlequin présente une pièce dont vous êtes le héros qui invite les élèves à s’initier au théâtre d’ombres et à apprivoiser le théâtre de mouvement.
  • Les arts plastiques au secondaire à partir de la vidéo Isabelle Arsenault : la beauté sauvage de l’enfance qui invite les élèves à créer une fable qui amalgame des apprentissages en arts plastiques et en français.

Vous pouvez découvrir ces 4 situations d’apprentissage et d’évaluation directement sur la page #LaFab du site internet de la Fabrique culturelle.

La BAnQ et le Service national du RÉCIT Univers social

La troisième et dernière collaboration présentée par Marie-Claude Laroche est celle entre Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) et le Service national du RÉCIT Univers social (RECITUS).

Rappelons que BAnQ numérique a été lancé en octobre 2015 dans le but de faciliter la recherche, le partage et la découverte de ressources numériques et du patrimoine documentaire québécois.

Une collaboration ayant notamment permis de mettre en valeur le potentiel pédagogique du nouvel outil de référence numérique de BAnQ, la ligne du temps du Québec. Cet outil donne accès à 300 capsules couvrant différents aspects sociaux, culturels, économiques et politiques de l’histoire nationale de 1760 à 1945 et offrant un éclairage sur de nombreux événements au moyen de sources documentaires issues des collections de BAnQ. Il permet à la fois de faire connaître l’histoire du Québec et la richesse des collections de BAnQ.

Chaque capsule est composée d’une courte description qui met en contexte l’événement, ses principaux acteurs, son importance et ses répercussions à moyen et à long terme sur la société québécoise. Le tout en intégrant des références bibliographiques et des sources primaires numérisées, telles que des articles de journaux, qui favorisent la compréhension des événements à travers les yeux de ceux ayant vécu à l’époque où ils se sont déroulés.

Dans le cadre de la recherche-développement, un parcours de formation pour explorer le potentiel pédagogique de la ligne du temps du Québec de BAnQ a été créé par le RECITUS. Dans ce parcours de formation, on retrouve une entrevue avec Marie-Claude Larouche sur l’utilisation des ressources numériques des institutions culturelles du Québec en classe ainsi qu’une vidéo présentant l’expérimentation par une enseignante d’histoire de 3e et 4e secondaire de deux tâches qui exploitent la ligne du temps du Québec. On retrouve également un guide pédagogique et un cahier de l’élève pour chacune de ces tâches, un tutoriel pour utiliser la ligne du temps du Québec, ainsi que des applications gratuites pour construire des lignes du temps.

Les deux tâches proposées invitent les élèves à faire l’analyse de documents historiques et permettent de travailler les compétences de chronologie, de causalité et de périodisation. La ligne du temps du Québec motive les élèves et leur permet d’aller plus loin qu’avec un manuel puisqu’elle leur donne accès à des sources primaires, elle les initie à la méthode historique et favorise le développement de la littératie numérique.

Pour conclure

À travers les exemples d’ÉducArt, de la Fabrique à l’école et de la Ligne du temps du Québec, il est sans contredit que des collaborations entre le milieu scolaire et le milieu culturel sont bénéfiques, et que les organismes culturels peuvent enrichir les apprentissages des élèves, en favorisant la motivation et le développement de compétences.

Commentaires

Vous avez aimé lire cet article?

Recevez gratuitement l'Hebdo de l'École branchée en ligne!