ANNONCE

Un vaste plan de développement professionnel se déploie au CSS Marie-Victorin

Au Centre de services scolaire Marie-Victorin, un plan de développement professionnel organisationnel est en cours de déploiement dans l’ensemble des établissements scolaires et il concerne tous les employés. Comment en arrive-t-on à proposer un plan harmonisé dans un CSS?

Publié le :

Classé dans :

Au Centre de services scolaire Marie-Victorin, un plan de développement professionnel organisationnel est en cours de déploiement dans l’ensemble des établissements scolaires et il concerne tous les employés. Comment en arrive-t-on à proposer un plan harmonisé dans un CSS?

Karine Labelle, directrice adjointe du service des ressources éducatives, Élise Cournoyer, coordonnatrice, et Amélie Geoffrion, conseillère pédagogique, toutes trois du CSS Marie-Victorin, ont récemment présenté la démarche en cours dans leur milieu lors du récent colloque de l’École en réseau (ÉER).

« Le projet part d’un constat : plusieurs établissements avaient mis sur pied des comités de travail pour réfléchir aux pratiques efficaces d’enseignement et d’intervention. Il existait donc un intérêt pour des activités de développement professionnel », indique Amélie Geoffrion. Le CSS a donc choisi de faire de ces initiatives locales un projet collectif; l’objectif étant de favoriser une mise en commun et d’harmoniser les pratiques à la grandeur de l’organisation au bénéfice de la réussite des élèves.

Priorité à l’enseignement explicite et au processus de rétroaction

Après consultation, il a été convenu que la priorité serait donnée à l’enseignement explicite et au processus de rétroaction. « Nous avons identifié comme conditions gagnantes l’importance de se coller à des pratiques déjà en place dans les milieux, pour lesquels le personnel démontrait de l’intérêt et qui pouvait s’appliquer autant en classe que dans les autres zones des écoles (ex. au service de garde) pour que tous se sentent concernés par la réflexion. »

Parmi les autres conditions gagnantes : un comité de concertation a été créé et est porté par la direction générale du CSS, une équipe dédiée à la mise en œuvre du projet a été mise en place, un budget a été alloué pour la libération des enseignants afin qu’ils puissent participer aux activités de développement professionnel.

L’une des principales étapes du projet a évidemment été de s’approprier les contenus, d’identifier des collaborateurs, de cibler les attentes et de développer des formations sur mesure. Tout au long du processus, des consultations se sont tenues, des ajustements ont été faits. 

« Parfois, il est facile de se dire qu’on s’intéresse déjà aux thèmes de l’enseignement efficace et que la formation sera superflue. Pourtant, il est toujours possible d’aller plus loin », a fait remarquer Amélie Geoffrion lors de la présentation. Pour preuve, elle a d’ailleurs fait vivre un quiz aux participants. Et vous, sauriez-vous dire ce qu’est l’étayage ou quelle action ne devriez-vous PAS faire en cours de modelage?

Accompagner l’implantation

Afin de favoriser le déploiement du plan dans les milieux, un guide d’implantation a été préparé. Une tournée a permis de présenter le projet dans les établissements du CSS. Un accompagnement particulier a été fait auprès de personnes identifiées comme étant de potentiels acteurs de changement : enseignants multiplicateurs, conseillers pédagogiques, gestionnaires.

Depuis l’automne 2022, le plan de développement professionnel est en cours de déploiement. Le comité de pilotage se rencontre à chaque semaine afin de discuter des avancées et d’apporter des ajustements au besoin. Les premiers constats mettent en lumière l’importance à accorder à la mobilisation et à l’engagement du personnel dans le plan ainsi qu’au transfert des apprentissages réalisés dans la pratique. De plus, il est essentiel que le plan puisse être adapté à la réalité de chaque milieu (prendre chacun où il est rendu), ont fait remarquer les présentatrices. 

Si le personnel des niveaux primaire et secondaire représentait la cible principale du projet, le personnel de la formation professionnelle et de la formation aux adultes a rapidement levé la main pour faire aussi partie de la démarche. Le processus d’harmonisation des pratiques se poursuivra donc avec eux. 

Lien vers la présentation complète.

(Re)voyez l’enregistrement de la présentation.

Les enregistrements et documents des panels, ateliers et conférence de clôture sont disponibles en ligne. Consultez-les ici.

À propos de l'auteur

Martine Rioux
Martine Rioux
Martine Rioux est rédactrice et gestionnaire de projets d’éditions numériques. Au fil de ses expériences, elle a développé une solide expertise en lien avec la transformation numérique dans divers secteurs d’activités (éducation, culture, administration publique, etc.). Elle maîtrise les subtilités de l’univers numérique, ses enjeux, ses possibilités et sait les vulgariser en deux clics de souris. Elle est notamment rédactrice en chef des médias de l’École branchée. Son rêve : que chacun ait accès à la technologie et puisse l'utiliser comme outil d’apprentissage et d’ouverture sur le monde.

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés de l'École branchée!


Vos commentaires

Pour commenter un article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est aussi possible de commenter directement sur Facebook, Twitter, Instagram ou LinkedIn.

Faites briller vos projets d'école et pratiques gagnantes!

L'École branchée fait circuler l'information dans le milieu scolaire afin d'alimenter la veille professionnelle et valoriser les initiatives émanant du terrain. Allez-y, proposez-nous un texte! >

À lire aussi

La lecture interactive : un outil pour devenir un citoyen éthique à l’ère du numérique

Afin d’aider les élèves à développer leurs compétences en compréhension de lecture, de même que leur capacité à adopter un mode de réflexion éthique, la lecture interactive représente un outil de choix pour les enseignants. Cette pratique peut également être utilisée pour amener les élèves à poser un regard sur leurs comportements en lien avec les appareils électroniques.

Un labo informatique qui devient un labo créatif pour le secteur primaire du Collège Beaubois

Depuis sa création en 2002, le laboratoire d'informatique Blaise-Pascal, situé dans la section primaire du Collège Beaubois, à Montréal, a évolué en réponse aux avancées numériques. Lors d'une conférence récente, Claudia Martinez, conseillère pédagogique spécialisée en technologies de l'information et de la communication dans cet établissement, a expliqué le processus de transformation du lieu, qui se veut maintenant un laboratoire créatif.

FGA/FP : Des « après-cours » pour partager et apprendre

Créé en 2009, les Après-cours ont pour mission d’accompagner et de soutenir les acteurs francophones et anglophones de l’éducation des adultes dans leur démarche de formation continue en général. Plus spécifiquement, ils visent aussi l’intégration du numérique, autant dans leur travail quotidien que dans leur pratique avec les élèves. La communauté ne cesse de croître et d’évoluer selon les besoins des participants.