Un jeu sérieux pour découvrir la francophonie canadienne

L’Association canadienne d’éducation de langue française (ACELF) planchera dans les prochaines semaines sur un concept de jeu sérieux visant à faire découvrir la francophonie canadienne aux jeunes.

Publié le :

Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :

Traduction anglaise automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) peuvent se glisser! ;)

La pandémie nous a appris à garder nos distances. La francophonie nous incite au rapprochement! L’Association canadienne d’éducation de langue française (ACELF) planchera dans les prochaines semaines sur un concept de jeu sérieux visant à faire découvrir la francophonie canadienne aux jeunes.

Le 25 novembre dernier, la ministre québécoise responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne, Sonia LeBel, a fait l’annonce de plusieurs mesures visant à soutenir et faire progresser les relations entre le Québec et la francophonie canadienne, en plus de contribuer au rayonnement de la langue française au Canada. Le gouvernement du Québec a d’ailleurs signé une entente avec la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada afin de renforcer et accroître le rapprochement avec les Québécois.

Du côté de l’éducation, deux mesures :

·  un nouveau Service d’aide à la recherche en français au Canada, qui sera piloté par l’ACFAS;

·  une nouvelle ressource pédagogique pour l’enseignement primaire et secondaire en français, qui sera développée par l’ACELF.

Mieux se connaître par le jeu

Le directeur de l’ACELF, Richard Lacombe, reconnaît que, lors de l’annonce, la ministre québécoise a donné très peu de détails concernant la nouvelle ressource pédagogique. « C’est tout simplement que nous n’avons, pour le moment, que les grandes orientations du projet », dit-il.

Par contre, il peut déjà faire savoir que celui-ci prendra la forme d’un jeu sérieux qui contiendra « des activités ludiques et stimulantes ». Rappelons que ce type de jeu vise à rendre attrayante une dimension sérieuse d’un sujet par une forme ou une interactivité, qui se veut aussi amusante. Le jeu sérieux s’inscrit dans le courant de ludification du monde de l’éducation.

L’ACELF est réputée pour créer, à l’intention des enseignants du primaire et du secondaire, des activités numériques axées non seulement sur la francophonie, mais également sur la construction identitaire des francophones. C’est le cas déjà avec la Semaine nationale de la francophonie, ainsi que la populaire Banque d’activités pédagogiques.

Pour Richard Lacombe, la prochaine création de l’ACELF devrait offrir aux enseignants « une variété d’activités ludiques (à valeur pédagogique) pour aborder, non seulement l’histoire de la francophonie canadienne et des communautés francophones provinciales et territoriales, mais aussi des composantes actuelles illustrant la vitalité de celles-ci ».  

Le directeur général mentionne notamment des thèmes aussi divers que la musique, l’art visuel, la littérature, les liens avec les communautés autochtones, l’apport de l’immigration récente ou encore la richesse de la diversité culturelle. D’autres thèmes pourront s’ajouter comme la géographie, le sport, le leadership, l’entrepreneuriat jeunesse et même les YouTubeurs francophones influents.

Encore une fois, ce sont là des pistes de réflexion, tient à rappeler Richard Lacombe. Le processus de création ne fait que débuter. Une chose est sûre : la nouvelle plateforme sera gratuite pour tous.

Selon M. Lacombe, les enseignants devraient être en mesure d’utiliser ce nouveau matériel dans le cadre notamment des cours d’histoire, de français et de sciences sociales. « Bref, nous ajoutons une ressource simple et attrayante d’aborder les francophonies canadiennes en salle de classe », conclut-il. 

D’autres actions

Lors de l’annonce, la ministre LeBel a aussi présenté l’ajout d’un volet d’activités en français destinées aux entrepreneurs francophones, lors des grands événements économiques canadiens. La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) sera responsable de la mise en œuvre de cette action.

De son côté, la Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) mettra sur pied un carrefour de collaboration pour les arts et la culture francophones. Enfin, la ministre a également mentionné la création, dans le secteur de la production télévisuelle, de deux bourses de soutien aux créateurs de la relève de la francophonie canadienne, dans le cadre du programme Créateurs en série de TV5/Unis.tv.

En complément : Un récapitulatif des mesures annoncées par le gouvernement du Québec

Vos commentaires sur l'article

Pour commenter cet article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est possible de commenter directement sur Facebook, Twitter ou LinkedIn.

Publicité par Google


À propos de l'auteur

André Magny
Depuis plus de 30 ans, André Magny fait les allers-retours entre le journalisme et l'enseignement du français tant auprès des ados que des adultes. Pigiste régulier pour divers médias dont Francopresse, il a également été journaliste culturel au Droit d’Ottawa et s'occupait des nouvelles technologies au Soleil de Québec. Il a aussi fait du journalisme sportif en France. Il a un faible pour la francophonie, la culture, les sports, la cuisine et la politique.

Ces textes pourraient aussi vous intéresser :

Quelques annonces

Vous avez une nouvelle à nous communiquer?

Écrivez-nous sans tarder à info@ecolebranchee.com

Vous pouvez aussi publier votre propre texte!
Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Recevez les nouvelles de l'École branchée

L'École branchée | Hebdo, la publication qui alimente votre boîte courriel pour que vous ne manquiez rien!