ANNONCE
L'École branchée, un organisme à but non lucratif
ANNONCE

Encadrer le téléphone cellulaire à l’école : des impacts positifs sur la productivité des élèves

Selon des chercheurs britanniques, le fait de limiter, d’encadrer, voire d’interdire les téléphones cellulaires à l’école, aurait des impacts positifs sur l’apprentissage des élèves.

Publié le :

Classé dans :

Attention! Ce contenu a été mis à jour il y a plus de 3 ans. Il pourrait contenir des liens qui ne fonctionnent plus. Vous aimeriez que notre équipe le révise? N'hésitez pas à nous écrire!

Array

Selon des chercheurs britanniques, le fait de limiter, d’encadrer, voire d’interdire les téléphones cellulaires à l’école, aurait des impacts positifs sur l’apprentissage des élèves.

Le débat sur l’utilisation des téléphones cellulaires à l’école ne date pas d’hier. Certains y sont favorables, en affirmant que ces appareils ouvrent des possibilités pédagogiques intéressantes. D’autres souhaitent à l’opposé qu’ils soient interdits dans les classes et même à l’école.

Bannir les téléphones = 5 jours d’école de plus par année!

Un récent article de discussion rédigé par le Centre for Economic Performance de la London School of Economics and Political Science dresse un portrait plutôt négatif des téléphones cellulaires à l’école.

Les chercheurs ont étudié les effets des politiques restrictives en matière d’utilisation des appareils mobiles sur la productivité des élèves. Leur intention était d’estimer l’effet du bannissement des téléphones sur les performances académiques.

Selon les résultats auxquels arrivent les chercheurs, les élèves fréquentant les établissements scolaires qui ont interdit l’utilisation des appareils mobiles à l’école ont vu leur productivité moyenne augmenter d’un peu plus de 6 %. Selon les auteurs, le fait de bannir le cellulaire à l’école équivaudrait à ajouter une heure d’apprentissage par semaine, soit cinq jours complets d’école par année.

Une mesure encore plus efficace pour les plus faibles et les moins motivés

Dans le cadre de leur étude, les chercheurs ont également croisé différentes données pour chacun des élèves. L’analyse leur a également permis de conclure que le fait d’interdire les téléphones cellulaires à l’école profitait encore plus aux élèves les plus faibles et les moins motivés, qui, dans l’ensemble, ont vu leur productivité augmenté de plus de 14 %. Cela s’expliquerait par le fait que ces appareils sont des sources de distraction importante, et que cette catégorie d’élèves, qui présente parfois des problèmes d’apprentissage et de motivation, est davantage susceptible d’être touchée.

Les auteurs tiennent toutefois à préciser que les résultats de leurs travaux ne remettent pas en cause les potentialités pédagogiques de ces appareils. Ils sont plutôt d’avis qu’il faut mieux encadrer leur utilisation à l’école pour éviter que leur potentiel de distraction fasse de l’ombre à leurs visées pédagogiques.

Et vous, qu’en pensez-vous? Que constatez-vous dans votre pratique?

À propos de l'auteur

Dominic Leblanc
Dominic Leblanc
Diplômé en sociologie, Dominic Leblanc est conseiller pédagogique au Service des programmes et du développement pédagogique du Cégep régional de Lanaudière à L'Assomption.

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés de l'École branchée!


Vos commentaires

Pour commenter un article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est aussi possible de commenter directement sur Facebook, Twitter, Instagram ou LinkedIn.

Reproduction de textes

Toute demande de reproduction des articles de l'École branchée doit être adressée à l'organisme de gestion des droits Copibec.

Faites briller vos projets d'école et pratiques gagnantes!

L'École branchée fait circuler l'information dans le milieu scolaire afin d'alimenter la veille professionnelle et valoriser les initiatives émanant du terrain. Allez-y, proposez-nous un texte! >

À lire aussi

Les six écoles du Lab-École sous la loupe des chercheurs

Cinq ans après le lancement de l’idée du Lab-École au Québec, les chercheurs Jonathan Bluteau et Mélissa Goulet, tous deux professeurs à la Faculté des sciences de l’éducation de l’UQAM, s’apprêtent, avec une imposante équipe, à étudier les retombées de ce projet innovateur sur la réussite éducative. 

Laboratoires créatifs dans les écoles québécoises : état des lieux et questionnements

Bien que le déploiement de laboratoires créatifs ait été entamé dans les écoles québécoises avant la pandémie et que plusieurs avantages soient identifiés pour le développement de compétences chez les élèves, les auteurs d'un récent rapport soulèvent quelques questions sur le futur du déploiement de ces ateliers de fabrication.

Un sondage révèle que les jeunes font confiance à la science, mais la situation demeure fragile

La Fondation canadienne pour l’innovation, en partenariat avec l’Acfas, réalisé un sondage afin de connaître les perceptions des jeunes Canadiens de 18 à 24 ans sur quatre enjeux scientifiques. Les résultats mettent en lumière l'écosystème médiatique dans lequel baignent les jeunes et l'importance de réaliser des activités de sensibilisation auprès d'eux.