ANNONCE
L'École branchée, un organisme à but non lucratif
ANNONCE

Écrire sur du papier ou sur une tablette, quelles différences?

Des chercheurs s’intéressent aux différences entre l’écriture manuscrite sur papier et sur un écran de tablette, ainsi qu'au meilleur moment d'instaurer les outils numériques dans l'apprentissage de l'écriture. Découvrez où ils en sont dans leurs travaux.

Publié le :

Classé dans :

Attention! Ce contenu a été mis à jour il y a plus de 3 ans. Il pourrait contenir des liens qui ne fonctionnent plus. Vous aimeriez que notre équipe le révise? N'hésitez pas à nous écrire!

Array

Lorsqu’on pense à l’écriture numérique, on pense souvent au fait de taper sur un clavier d’ordinateur ou sur un écran tactile. Pourtant, le déploiement massif de tablettes numériques dans les écoles ces dernières années invite aussi à comparer l’écriture manuscrite sur papier à celle sur l’écran, avec un stylet. Voici quelques pistes intéressantes.

« Si les recherches s’accordent sur la nécessité de conserver l’écriture manuscrite, notamment à l’école, il ne s’agit pas pour autant de renier les apports des technologies numériques. L’idée est alors d’utiliser les tablettes tactiles comme support d’écriture manuscrite. » Voilà ce qui a intéressé Denis Alamargot, professeur à l’Université Paris-Est Créteil Val de Marne (UPEC), et Marie-France Morin, professeure titulaire et chercheure au Groupe de recherche et d’intervention sur les adaptations sociales de l’enfance (GRISE) de l’Université de Sherbrooke, dans leur article publié dans The Conversation.

Écrire sur tablette, en 2e année du primaire versus en 2e année du secondaire

D’abord, dans une étude réalisée en 2015, Denis Alamargot et Marie-France Morin ont enregistré le geste d’écriture d’élèves de 2e année du primaire et de 2e secondaire. Au final, sur la tablette, les élèves du primaire faisaient des pauses plus longues lorsqu’ils produisaient les lettres, alors que ceux du secondaire traçaient des lettres plus grandes en appuyant fortement sur la mine. 

« La surface de la tablette étant plus lisse, les élèves éprouvent une sensation de “dérapage” en écrivant avec le stylet. Si vous avez déjà signé numériquement la réception d’un colis, vous avez certainement vécu cette impression. Pour compenser cette perte de contrôle, les élèves plus âgés (14 ans) augmentent la taille des lettres et la pression sur le stylet de manière à mieux ressentir la force exercée sur celui-ci », résume Marie-France Morin. « Il faut toutefois contextualiser ces résultats de recherche, ils ne doivent pas être perçus comme un discours anti-technologique ou contre les tablettes dans les écoles. L’étude vise à démontrer que les outils numériques supportant l’écriture doivent être introduits au bon moment du parcours scolaire et selon les besoins des élèves. »

La professeure croit également que cela peut amener à réfléchir sur les contextes d’utilisation de la technologie. « Le clavier ou la tablette ne sont pas des solutions pour toutes les difficultés en écriture ; leur recours doit être bien pensé pour répondre adéquatement à la progression des élèves ».

Une question de surface

Plus récemment, en 2019, Mme Morin a également collaboré avec deux chercheurs français afin d’approfondir ce sujet par une étude à démarche différente : faire écrire les yeux ouverts ou fermés sur une tablette à surface rugueuse ou lisse. Par l’ajout (ou non) d’un micro-filtre rugueux sur l’écran des tablettes, l’étude conclut qu’une certaine adhérence à la surface peut aider les élèves à mieux contrôler leur geste d’écriture avec le stylet. En effet, la sensation de dérapage est moindre, donc se rapproche du mouvement observé avec le crayon sur du papier.

« Cela confirme que la texture du papier a une influence dans le processus d’écriture. La cohabitation entre la forme manuscrite et numérique serait donc judicieuse pour permettre aux élèves de bien automatiser le geste d’écriture en premier lieu. Comme on le sait, l’écriture manuscrite est une compétence qui permet de mobiliser des habiletés motrices, cognitives, perceptives et linguistiques, utiles au-delà de l’école ».

Vous pouvez en apprendre plus en lisant le texte original Apprendre à écrire : peut-on remplacer papier et crayon par tablette et stylet?

À propos de l'auteur

Martine Rioux
Martine Rioux
Martine Rioux est rédactrice et gestionnaire de projets d’éditions numériques. Au fil de ses expériences, elle a développé une solide expertise en lien avec la transformation numérique dans divers secteurs d’activités (éducation, culture, administration publique, etc.). Elle maîtrise les subtilités de l’univers numérique, ses enjeux, ses possibilités et sait les vulgariser en deux clics de souris. Elle est notamment rédactrice en chef des médias de l’École branchée. Son rêve : que chacun ait accès à la technologie et puisse l'utiliser comme outil d’apprentissage et d’ouverture sur le monde.

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés de l'École branchée!


Vos commentaires

Pour commenter un article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est aussi possible de commenter directement sur Facebook, Twitter, Instagram ou LinkedIn.

Reproduction de textes

Toute demande de reproduction des articles de l'École branchée doit être adressée à l'organisme de gestion des droits Copibec.

Faites briller vos projets d'école et pratiques gagnantes!

L'École branchée fait circuler l'information dans le milieu scolaire afin d'alimenter la veille professionnelle et valoriser les initiatives émanant du terrain. Allez-y, proposez-nous un texte! >

À lire aussi

Les outils numériques expérimentés durant la pandémie sont là pour rester

Le passage à l’enseignement à distance aura été l’occasion pour les enseignants, chargés de cours et professeurs de tous les ordres primaire, secondaire, collégial et universitaire) d’expérimenter de nouveaux outils numériques. À l’heure où les élèves et les étudiants sont de retour en classe, des acteurs du milieu de l’éducation posent un regard sur les usages pour que certains acquis demeurent.

Les six écoles du Lab-École sous la loupe des chercheurs

Cinq ans après le lancement de l’idée du Lab-École au Québec, les chercheurs Jonathan Bluteau et Mélissa Goulet, tous deux professeurs à la Faculté des sciences de l’éducation de l’UQAM, s’apprêtent, avec une imposante équipe, à étudier les retombées de ce projet innovateur sur la réussite éducative. 

Une ressource pour aider les élèves du secondaire dans leurs productions numériques écrites

Les enseignants qui constatent que leurs élèves ont de la difficulté à utiliser le numérique pour rédiger un travail disposent maintenant d’une ressource de plus pour mieux les accompagner. La plateforme SAMI-PRO, qui vise à aider les jeunes à l'école, dans leur vie professionnelle et dans leur vie personnelle, propose un nouveau module à leur intention : production numérique écrite.