ANNONCE

Apprendre avec des flatulences et des robots éducatifs

Diriger des robots afin de détruire une machine ou faire avancer une baleine unicellulaire grâce à ses flatulences, voilà des jeux qui attireront certainement l’attention des adolescents. Mais contrairement aux apparences, ces jeux sont éducatifs! « Conçu pour les élèves du secondaire, mais assez fort pour les profs », a-t-on fait valoir, hier, lors du lancement des jeux Mécanika et SpatioPet, à l’UQAM.

Publié le :

Classé dans :
ANNONCE

Attention! Ce contenu a été mis à jour il y a plus de 3 ans. Il pourrait contenir des liens qui ne fonctionnent plus. Vous aimeriez que notre équipe le révise? N'hésitez pas à nous écrire!

Diriger des robots afin de détruire une machine ou faire avancer une baleine unicellulaire grâce à ses flatulences, voilà des jeux qui attireront certainement l’attention des adolescents. Mais contrairement aux apparences, ces jeux sont éducatifs! « Conçu pour les élèves du secondaire, mais assez fort pour les profs », a-t-on fait valoir, hier, lors du lancement des jeux Mécanika et SpatioPet, à l’UQAM.

Mécanika

En plus d’enseigner les notions de sciences mécaniques de manière ludique, le jeu Mécanika permet aux adolescents de mieux retenir les différentes notions qu’avec l’enseignement traditionnel. En effet, trois chercheurs du Laboratoire mobile pour l’étude des cheminements d’apprentissage en science (LabMécas) ont testé le jeu auprès de trois groupes d’élèves. Les premiers jouaient sous la supervision de leur enseignant, les seconds jouaient seuls à la maison dans le cadre d’un devoir et les derniers n’ont reçu que l’enseignement de leur professeur. « Nous nous sommes aperçus que même sans la supervision d’un professeur, en jouant à Mécanika, les jeunes ont appris plus rapidement les concepts de physique mécanique, et ce, de manière plus autonome. La recherche démontre également que les élèves ont mieux retenu ces concepts, même un mois après avoir reçu la théorie et joué au jeu. Ils ont aussi eu plus de plaisir à apprendre », mentionnent les chercheurs dans une entrevue au journal L’UQAM.

Finaliste dans la catégorie « meilleure production originale interactive jeunesse » lors des prix Numix, Mécanika permet d’explorer les différentes lois de Newton. Pendant le jeu, il n’y a pas d’équations à apprendre ni de tableaux théoriques. Les jeunes doivent détruire une machine déviante dont les circuits sont déréglés à l’aide de robots. L’objectif est de faire réfléchir les ados et de développer chez eux  un sens intuitif de la mécanique. Le jeu est parsemé de pièges et l’élève ne peut passer au niveau suivant s’il n’a pas compris ses erreurs.

SpatioPet

De son côté, SpatioPet est une application où les jeunes doivent réaliser des plans de vol pour une baleine unicellulaire télécommandée de l’espace. Celle-ci doit atteindre son objectif en se déplaçant grâce à des flatulences programmées par le joueur. « L’application constitue un formidable “terrain de jeu” permettant de faciliter la compréhension qualitative du mouvement tout en facilitant l’établissement de liens avec certaines des équations qui le décrivent », explique-t-on sur le site.

Les enseignants intéressés à découvrir d’autres jeux scientifiques pour petits et grands peuvent consulter le site de Science en jeu.

À lire aussi :

Les jeux en classe, c’est du sérieux!

Des appareils mobiles pour un jeu éducatif grandeur nature

Yannick Bergeron: un prof complètement fou… des sciences!

À propos de l'auteur

Nathalie Côté
Nathalie Côté
Nathalie est journaliste. Ses thèmes de prédilection sont la famille, l’éducation, la santé, la consommation, l’environnement et les phénomènes sociaux. Elle collabore notamment au journal La Presse.

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés de l'École branchée!


Vos commentaires

Pour commenter un article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est aussi possible de commenter directement sur Facebook, Twitter, Instagram ou LinkedIn.

Faites briller vos projets d'école et pratiques gagnantes!

L'École branchée fait circuler l'information dans le milieu scolaire afin d'alimenter la veille professionnelle et valoriser les initiatives émanant du terrain. Allez-y, proposez-nous un texte! >

À lire aussi

Redéfinir le laboratoire de sciences pour offrir des contextes d’apprentissage authentique

Dominic Tremblay, consultant en éducation qui a enseigné pendant plus de dix ans dans une école francophone de la région de Toronto, invite les enseignants à revoir leur définition de ce qu’est un « laboratoire scientifique ». « On peut faire des sciences partout », dit-il.

Le régime seigneurial à l’ère du numérique

L’automne dernier, Sophy James, enseignante de 3e secondaire en histoire du Québec et du Canada à l’école La Seigneurie, à Québec, a décidé d’expérimenter un nouveau projet avec ses élèves. C’est ainsi qu’une seigneurie a pris vie dans l’univers ludique de Minecraft.

Un sondage révèle que les jeunes font confiance à la science, mais la situation demeure fragile

La Fondation canadienne pour l’innovation, en partenariat avec l’Acfas, réalisé un sondage afin de connaître les perceptions des jeunes Canadiens de 18 à 24 ans sur quatre enjeux scientifiques. Les résultats mettent en lumière l'écosystème médiatique dans lequel baignent les jeunes et l'importance de réaliser des activités de sensibilisation auprès d'eux.