Le Rendez-vous RÉCIT : le Chromebook

0

Le 20 novembre dernier, 6 ateliers gratuits étaient offerts en ligne par le RÉCIT afin d’introduire les acteurs éducatifs à diverses thématiques pouvant être explorées dans le cadre du Plan d’action numérique en éducation. Ces ateliers seront bientôt disponibles sur le site Web du RÉCIT.

Quand tu sais que Laury Bédard et Catherine Houle s’occupent d’une formation, tu sais que tu es entre bonnes mains et que tu en ressortiras assurément grandi professionnellement. Leur webinaire sur l’utilisation des appareils de type Chromebook n’a pas fait exception à la règle et ce sont 60 minutes pertinentes, utiles et bien investies que nous avons passées avec ce duo des plus gagnants.

Qu’est-ce que le Chromebook?

D’entrée de jeu, nos deux présentatrices ont fait la distinction entre un Chromebook et un ordinateur portable plus conventionnel. Il faut en retenir que le Chromebook n’a pas de disque dur (tout passe par l’infonuagique), qu’il est soutenu par les applications Google (GSuite) en majorité, qu’il est peu cher et qu’il reste très intuitif dans son utilisation. Comme rien n’est parfait, les animatrices ont également souligné qu’il est impossible d’installer des logiciels (seulement des applications sur le Web) et qu’il peut être ardu d’imprimer sur ce type d’appareil. Sa popularité demeure néanmoins indéniable dans les milieux scolaires et c’est sans doute grâce à ses nombreuses solutions de collaboration en situations d’apprentissage que le Chromebook reste aussi attrayant pour les enseignants et leurs élèves.

Un choix logique

Offerts dans le combo « flotte d’appareils » du plan d’action numérique, les appareils de type Chromebook se veulent une porte d’entrée efficace pour le développement des compétences du 21e siècle (communication, collaboration, créativité, etc.) et un choix logique pour l’intégration des technologies facilitant le travail en classe. Effectivement, autant les enseignants que les élèves bénéficient d’applications sur leur Chromebook qui simplifient et améliorent considérablement la gestion de leur milieu d’apprentissage.

Google Classroom sans modération

Nous avons appris, à cet effet, que l’application préférée de Laury et Catherine est Classroom. Véritable environnement virtuel d’apprentissage, il met en relation plusieurs fonctions indispensables telles que l’envoi de questionnaires ou de devoirs et la réalisation de dictées à partir d’enregistrements audio. La gestion des travaux en classe ou à la maison se voit donc améliorer et gagne en rapidité. Un autre aspect incontournable de Classroom réside dans le fait qu’il permet la consignation de plusieurs types de fichiers. Fini les clés USB égarées ou les boîtes de courriels qui débordent; l’enseignant peut gérer, avec son Drive illimité, tous les documents, petits ou gros, qui y sont déposés par les élèves. Pour conclure sur cette application , les deux formatrices ont souligné que le partage de documents de travail Slides, Docs, Sheets ou Drawings permet le suivi en direct de la progression des élèves et donne la possibilité aux enseignants de les soutenir avec des commentaires et des recommandations en temps réel.

Les comptes Google éducation

Comme mentionné plus haut, les enseignants et les élèves qui utilisent un compte Google éducation (géré par les commissions scolaires) possèdent un espace de stockage illimité gratuit. Les adultes ont la possibilité de bloquer certaines fonctions, (création d’une chaîne Youtube, par exemple) selon l’âge des élèves. Ces comptes Google éducation doivent bien sûr passer par l’approbation parentale avant d’être créés, car même si les données des élèves ne sont pas utilisées à des fins publicitaires ou commerciales, elles se retrouvent tout de même dans les serveurs de Google. Cette collecte de données peut être un enjeu, rappelle Laury et Catherine, et c’est pour cette raison qu’il importe d’être le plus possible à l’affût des conditions d’utilisation de Google. Nos présentatrices insistent sur le fait que ce sont souvent des avocats qui prennent en charge ce dossier dans les commissions scolaires. Tout cela afin de s’assurer qu’aucun détail concernant la confidentialité n’échappe aux enseignants et aux parents quand vient le temps d’implanter les outils Google dans les écoles.

Pour tous les détails

Laury et Catherine ont conclu leur présentation en nous invitant à nous rendre sur le site du Campus RÉCIT, là où se trouve leur autoformation très détaillée concernant la GSuite et les appareils de type Chromebook. Elles ont de plus mis accessible sur le Web le support visuel de leur présentation qui renferme une foule de ressources et de liens pour vous aider dans les possibilités d’intégration pédagogique du Chromebook. Sur ce, gardez en tête que la collaboration doit demeurer l’élément central dans l’utilisation de ces appareils et que le développement de cette compétence est le véritable cadeau que vous pouvez offrir à vos élèves.

Commentaires

Vous avez aimé lire cet article?

Recevez gratuitement l'Hebdo de l'École branchée en ligne!