Comment créer un environnement d’apprentissage engageant?8 stratégies et des constats

C’est en misant sur des exemples et contextes qui parlent à tous les participants qu’on peut arriver à donner le meilleur lors d’une formation. Et cela est efficace autant avec des jeunes que des adultes. Voici 8 stratégies qui ont fait leur preuve.

Publié le :

Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :

Traduction automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) peuvent se glisser! 😉

Ces textes pourraient aussi vous intéresser :

Dans l’atelier virtuel offert récemment par une équipe de trois conseillers du service nationa du RÉCIT des langues, c’est la conception universelle de l’apprentissage (CUA) qui a guidé les échanges et les propositions autour de l’accompagnement des enseignants. L’un des constats est que c’est en misant sur des exemples et contextes qui parlent à tous les participants qu’on peut arriver à donner le meilleur lors d’une formation. Pour cela, en tant que conseiller pédagogique, il est important de valoriser le chemin parcouru et celui à parcourir par chacun des enseignants accompagnés.  

Afin de stimuler l’engagement des participants dans un atelier, 8 stratégies ont été présentées :

1 – Communiquer des objectifs clairs et atteignables;

Il s’agit ici de s’assurer que ce qui est communiqué et transmis aux apprenants couvrent ce qu’ils doivent savoir, faire et comprendre. 

Astuce : Utiliser un outil questionnaire comme Ms Form ou Google Form afin de motiver les apprenants à se fixer des objectifs selon leurs besoins/leur zone proximale de développement. 

2 – S’assurer que les contenus proposés aient une signification pour tous;

Rendre significatif un contenu, c’est exprimer directement sa pertinence en fonction du cheminement à faire, ou encore amener le participant à établir ses propres liens entre les contenus et les objectifs d’apprentissage.  

Astuce : Amener les apprenants à créer et produire à partir d’un contexte réel, comme l’actualité ou une anecdote. 

3 – Offrir des moyens flexibles pour atteindre l’objectif;

En offrant plusieurs méthodes pour atteindre un objectif commun, on permet aux apprenants de choisir l’outil qui leur convient le mieux. Ainsi, la production finale a plus de chance de refléter leur compétence réelle. 

Astuce : Varier les types de contenus : textes, vidéos, audios. Utiliser des outils comme Flipgrid, les Hyperdocs et modifier les degrés de difficulté afin de laisser aux apprenants le plein pouvoir de leur progression. 

4 – Minimiser ce qui est distrayant;

Bruits, conversations, notifications…plusieurs choses sont susceptibles de distraire un groupe ou une personne! On tente alors d’occuper les apprenants afin qu’il n’aient pas seulement à écouter ce qui est dit. 

Astuce : Utiliser des applications comme Edpuzzle, Peardeck, Wooclap ou Mentimeter afin de rendre les ateliers actifs. 

5 – Donner de la rétroaction axée sur l’objectif à atteindre;

On donne de la rétroaction axée sur l’objectif afin d’aider les personnes du groupe à visualiser les progrès accomplis et le chemin qu’il reste à parcourir. 

Astuce : On tente de permettre à l’apprenant de prendre du recul sur son travail. Pour ce faire, on donne de la rétroaction en cours de route (qu’elle soit audio, vidéo ou écrite) à l’aide d’outils comme Flipgrid, Google Documents, Talk and comment… 

6 – Amener les participants à réfléchir sur leurs apprentissages et leur engagement;

En lien avec la stratégie précédente, tenter de faire réfléchir les participants sur leur pratique permet de les recentrer sur l’objectif et de faire des mises au point.  

Astuce : Offrir des formulaires d’analyse à l’aide d’outils comme Google Form ou MS Form, tenir un journal ou un blogue. 

7 – Présenter des exemples et des contre-exemples de ce qui est attendu; 

Lorsqu’on permet aux participants d’un atelier de visualiser un modèle clair de ce qui est attendu, on les guide ainsi vers le bon objectif. En apportant des contre-exemples, on met encore plus l’accent sur ce qui doit être fait pour réussir.  

Astuce : Créer une banque de modèles afin de la partager avec le groupe. Ensuite, observer ensemble et mettre l’accent sur les bonnes pratiques.  

8 – Favoriser la collaboration. 

En motivant les apprenants à travailler ensemble, on joint les forces et entre eux, ils se motiveront à appliquer ce qui est enseigné.  

Astuce : Créer des communauté d’apprentissage ou de pratique, avoir un babillard virtuel de partage comme Padlet ou créer des documents collaboratifs comme Word ou Google Doc. 

Ensuite, une période de discussion en sous-groupes a permis aux participants de l’atelier de réfléchir à leurs pratiques et d’identifier une stratégie à améliorer. Il en est ressorti que ces huit stratégies peuvent s’appliquer autant dans la classe par un enseignant que par un conseiller pédagogique dans des accompagnements. Un élève est un apprenant et il doit connaître le chemin qu’on désire qu’il emprunte.  

Vos commentaires sur l'article

Vous pouvez commenter cet article ici et y ajouter vos idées!

Publicité par Google


À propos de l'auteur

Laurie Couture
Enseignante de français au secondaire et collaboratrice sur divers blogues, Laurie Couture se passionne pour l’écriture et pour l’aspect novateur en éducation : comment peut-on modifier ses façons de faire pour améliorer sa méthode? Elle adore découvrir, discuter et développer au sujet des pratiques probantes en lien avec les technologies. À l’aide du numérique, elle aspire à mettre sur pieds des projets et des documents répondant aux tendances actuelles et proposant des approches nouvelles.

Quelques annonces

Vous avez une nouvelle à nous communiquer?

Écrivez-nous sans tarder à info@ecolebranchee.com

Vous pouvez aussi publier votre propre texte!
Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Recevez les nouvelles de l’École branchée

L‘École branchée | Hebdo, la publication qui alimente votre boîte courriel pour que vous ne manquiez rien!

Prochaines formations en direct