Cadre de référence de la compétence numérique : retour sur un webinaire fort attendu

C’est ce jeudi 30 mai qu’a eu lieu le webinaire du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES) servant à présenter le Cadre de référence de la compétence numérique. Animée par Danielle Boucher, consultante en gestion de l’éducation, et Thierry Karsenti, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les TIC en éducation, cette session avait pour objectif d’éclairer les participants, réunis par centaines pour l’occasion, sur les tenants et aboutissants de la  nouvelle compétence numérique à développer chez les enseignants et leurs élèves.

Un an après le dévoilement du Plan d’action numérique en éducation et en enseignement supérieur (PAN), voilà que la première orientation de cet engagement majeur du gouvernement se concrétise par la mise en place d’un référentiel qui guidera le développement de la compétence numérique des Québécoises et des Québécois. Et avec plus de mille inscriptions à ce webinaire, on peut affirmer sans trop se tromper que ce cadre de référence était très attendu par l’ensemble des acteurs du milieu de l’éducation au Québec.

La compétence numérique : pour qui et pourquoi?

D’entrée de jeu, M. Karsenti ne cache pas que la grande présence du numérique dans nos vies inquiète plusieurs personnes. En effet, des préoccupations qui concernent particulièrement les jeunes ont pu être observées au cours des dernières années sur différents enjeux reliés à l’utilisation excessive ou inadéquate de certains outils ou applications numériques.

Le Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES) s’est alors doté d’un plan ambitieux et novateur, aux dires de M. Karsenti, en celui de mettre sur pied un cadre de référence qui viendrait aider tous les enseignants et les élèves du Québec dans le développement de leur compétence numérique. Se déclinant sous douze dimensions, le Cadre de référence de la compétence numérique du MEES a su s’inspirer des meilleures pratiques sur la planète pour en arriver avec une mouture adaptée à notre réalité et porteuse de sens pour l’ensemble de la communauté éducative du Québec. 

Douze dimensions phares

Pourquoi n’avoir qu’une compétence et la décliner sous douze angles? Cette question a fait surface à plusieurs reprises dans le clavardage du webinaire. La réponse est fort simple : « cela facilite son intégration dans tout autre référentiel ou document se rapportant à l’enseignement et à l’apprentissage ». En d’autres mots, la compétence numérique fera partie intégrante du nouveau référentiel des compétences professionnelles des enseignants. 

Parmi les douze dimensions, deux apparaissent comme centrales. En effet, « Agir en citoyen éthique à l’ère du numérique » et « Développer et mobiliser ses habiletés technologiques »  se présentent comme les éléments autour desquels s’articulent les dix autres dimensions. Chaque fois qu’un élève se livrera à une activité impliquant le numérique, il devra donc, d’une part, agir de manière éthique en considérant la diversité et le contexte dans lesquels se déroulent ses interactions tout en étant conscient de l’impact des technologies sur son bien-être physique et psychologique. D’autre part, l’apprenant démontrera une ouverture dans l’acquisition de nouvelles connaissances et habiletés technologiques qui lui permettront ensuite d’optimiser les autres dimensions de sa compétence numérique (collaborer, communiquer, résoudre des problèmes, produire du contenu, etc.).

Quelques pistes pédagogiques

La compétence numérique peut être développée à travers l’ensemble des compétences disciplinaires du PFEQ. En effet, que ce soit en français, en mathématiques ou en univers social, Thierry Karsenti rappelle que le numérique apporte un soutien à toutes les disciplines et que la mise oeuvre des douze dimensions amène les apprenants à élargir leurs horizons. L’enseignant qui a une intention pédagogique bien définie sera alors en mesure de faciliter et même de redéfinir bon nombre d’apprentissages grâce aux TIC.

Que ce soit en faisant de la programmation avec Scratch pour travailler certains concepts mathématiques au primaire, en créant une baladodiffusion sur Anchor pour discuter d’intelligence artificielle au secondaire ou en explorant l’intérieur du corps humain en réalité virtuelle dans un cours de biologie du CÉGEP, les possibilités d’apprentissage peuvent être décuplées grâce au numérique.

Dans le même ordre d’idées, j’en profite pour vous inviter, si ce n’est pas déjà fait, à découvrir les guides pédagogiques SCOOP! qui, d’une part, servent à développer les compétences disciplinaires des apprenants à travers des sujets d’actualité et, d’autre part, fournissent à l’enseignant divers scénarios pédagogiques qui mettent de l’avant une ou plusieurs dimensions de la compétence numérique comme leviers aux apprentissages.

Pour avoir un accès privilégié de 30 jours et explorer les guides de 2018-2019, en plus des centaines d’autres en archives, rendez-vous ici.

Et pour la suite…

Dès la rentrée scolaire 2019, les enseignants pourront compter sur une nouvelle publication qui mettra en lumière plusieurs pistes d’exploitation de la compétence numérique rattachées à des contextes variés. De plus, M. Karsenti nous apprenait qu’une progression des apprentissages de la compétence numérique pourrait aussi voir le jour dans un avenir rapproché. À suivre de près… Et avec beaucoup d’intérêt!


Pour voir ou revoir le webinaire qui porte sur le Cadre de référence de la compétence numérique, c’est par ici. Pour avoir accès au référentiel en PDF, c’est là.


Recevez chaque semaine l’actualité pédagogique que nous préparons pour vous dans notre Hebdo gratuit :