ANNONCE

Regards croisés entre le Québec et la Belgique : La rentrée scolaire et la communication école-famille

Quoi de mieux que le début d’une année scolaire pour commencer une nouvelle collaboration. Après des temps difficiles liés à la pandémie, nous espérons de tout cœur vivre une année riche en projets, échanges et relations humaines! Dans ce contexte, le numérique peut, et doit, continuer de jouer un rôle dans nos écoles. Mais lequel?  

Publié le :

Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :

Traduction anglaise automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) peuvent se glisser! ;)

Marquer comme favori (0)
ANNONCE

Cet article a été corédigé avec Laurent Di Pasquale dans le cadre d’un partenariat avec eduLAB.

Quoi de mieux que le début d’une année scolaire pour commencer une nouvelle collaboration. Après des temps difficiles liés à la pandémie, nous espérons de tout cœur vivre une année riche en projets, échanges et relations humaines! Dans ce contexte, le numérique peut, et doit, continuer de jouer un rôle dans nos écoles. Mais lequel?  

Après une première réflexion entre nous, il est apparu clair que la communication entre l’école, les enseignants, les élèves, mais aussi les parents est un axe qui a gagné en importance au cours des deux dernières années. Les moyens de communication numériques ont permis de maintenir le lien entre l’école et les familles alors que les rencontres en présence étaient interdites. Et si on maintenait cette habitude pour maximiser les échanges avec les parents?

Nous vous présentons donc une incursion dans la façon dont les communications école-famille se vivent en Belgique, en France et au Québec. Différente ou pas, la rentrée des deux côtés de l’océan?

1. En Belgique : un avant et un après COVID-19?

La pandémie représente un tournant décisif dans les moyens de communication employés par les écoles et les enseignants vis-à-vis des élèves. De nombreuses écoles ont franchi le cap du numérique à la suite de cette occasion forcée. Lancement de la plateforme Office 365 dans de nombreuses écoles, utilisation pour d’autres de la suite Google Éducation, déploiement d’une plateforme Moodle : les alternatives n’ont pas manqué pour les établissements scolaires devant poursuivre les apprentissages en ces temps de crise.

Dans cet élan de progression, on aurait pu penser que la communication avec les parents allait logiquement suivre positivement. Seulement voilà : on a peut-être (trop) tendance à oublier ceux-ci dans la dynamique scolaire (du moins, en Belgique!).

Pour les élèves cependant, les dispositifs d’aide ont progressé afin de faciliter leur utilisation des outils numériques ainsi que leurs apprentissages. Prenons l’exemple du superbe guide en libre accès de notre collègue belge Tommy Berben, Teams – Le guide pratique pour les élèves.

De nombreux psychopédagogues abordent le sujet de la communication entre l’école et les parents, parfois de manière directe, parfois de manière transversale. Si l’on devait n’en nommer qu’un en Belgique, ce serait Bruno Humbeeck. Ce dernier avait d’ailleurs eu l’occasion d’apparaître dans un article du RIRE (CTREQ), du côté québécois de l’Atlantique, sur ce même sujet : Relation école-famille : Opter pour la coéducation et même dans une chronique École branchée sur la famille : Coéduquer, une lien école-famille à tisser

S’il fallait formuler un souhait pour cette année scolaire, ce serait qu’une réflexion profonde s’engage structurellement sur la manière d’impliquer les parents dans l’éducation en Belgique, afin que ceci ne relève pas de la seule initiative des enseignants, ou au mieux des établissements. Aussi performants soient les outils, aussi riches soient les initiatives, c’est une politique éducationnelle claire qui facilitera leur appropriation par les enseignants afin de mieux communiquer avec les parents.

2. Et du côté de nos voisins français?

Le réflexe de communiquer avec les parents des élèves n’est pas encore bien intégré dans les écoles belges (et ce, malgré les deux années que nous venons de passer)… Pourrions-nous trouver l’inspiration ailleurs? Et si elle venait de  France? Il y a effectivement peut-être quelques idées à aller chercher de l’autre côté de la frontière!  

Le gouvernement français met à disposition des parents et des professionnels de l’éducation une plateforme commune, remplie de conseils et de ressources pour favoriser cette communication, la Mallette des parents (education.gouv.fr).

On y retrouve notamment cette belle infographie, réalisée avec Genially, qui synthétise les différentes ressources sur la thématique qui nous occupe. L’intention est là, et le contenu aussi. 

En 2021, les éditions Nathan ont réalisé un sondage qui a fait ressortir que la définition de la collaboration parents-enseignants chez les principaux intéressés n’est pas la même de chaque côté. Néanmoins, un consensus se pointe : « Il faut trouver des façons de faire ensemble ». 

Du côté du Réseau Canopé, je ne pourrais que vous conseiller de lire ces articles, qui prolongeront la réflexion autour de l’importance de la relation parents-école :

Que dire enfin de ces deux parents français d’enfants scolarisés en maternelle qui ont eux-mêmes créé l’application Klassroom favorisant le contact entre école et famille? La particularité de cette application? Elle permet instantanément de traduire le message en provenance de l’enseignant ou de l’école aux parents parlant une autre langue. Quel beau moyen de surpasser la barrière du langage tout en développant une communication simple et efficace! Lisez l’article paru dans Le Parisien à ce sujet. 

Consultez aussi cet article de l’École branchée qui présente les actions concrètes mises en place pour renforcer le lien école-famille en France, dont l’application Klassroom. Notez aussi qu’en Belgique, l’application Konecto permet aussi les communications entre l’école et la maison.

3. Pendant ce temps, au Québec…

Il semble que ce soit au Québec que la réflexion soit la plus avancée au sujet de la communication entre l’école et les familles. 

Dès 2004, une étude universitaire avait mis en évidence qu’une utilisation même modeste du courriel entre les enseignants et les parents « permet de favoriser une collaboration privilégiée entre l’école et la famille ». 

Les chercheurs indiquaient que ce type de communication était important, « en particulier quand on sait que la participation des parents dans la vie scolaire de l’enfant a un impact des plus significatifs sur sa motivation et sa réussite ». Ils concluaient en affirmant que les technologies de l’information et de la communication « peuvent favoriser non seulement un rapprochement entre l’école et la famille, mais également au sein même de la famille, entre le parent et l’enfant ».

Par contre, force est d’admettre que, jusqu’à mars 2020, les échanges entre les parents et les enseignants, ainsi que les communications en provenance des directions scolaires, se faisaient encore beaucoup par le biais de feuilles de papier et de notes manuscrites dans l’agenda des enfants. Certains centres de services scolaires avaient commencé un virage sans papier, mais il aura fallu la pandémie pour que les communications prennent véritablement une forme numérique… et surtout qu’elles s’intensifient.

Avec l’enseignement à distance, la communication avec les parents n’était plus une option. Les parents devenaient littéralement les yeux des enseignants à la maison. Le maintien d’une communication efficace entre l’école et la maison a sans aucun doute été un facteur de succès majeur au cours de cette période. Cet article de notre collègue Stéphanie Dionne, de l’École branchée, propose une foule de conseils pour entretenir la relation école-famille.

Plusieurs initiatives ont été mises en place, dont celle-ci : 

  • Un Questionnaire Parent a été créé par Myra Auvergnat-Ringuette, enseignante de 4e année du primaire à l’Externat St-Jean-Berchmans, pour valider avec les parents l’expérience d’apprentissage en ligne de leurs enfants. Elle le partage d’ailleurs avec tous les enseignants qui le désirent.
  • Planitou, une nouvelle plateforme québécoise de communication entre l’école et la famille, a aussi été mise à l’essai en 2021 dans certaines écoles et poursuit son développement. D’ailleurs, on note de faire un suivi sur ce projet. 
  • Des plateformes comme Seesaw et Classdojo ont aussi gagné en popularité. Elles permettent aux enseignants d’envoyer au quotidien des commentaires et des traces d’apprentissage aux parents. 
  • D’autres outils pour les parents et les élèves sont présentés dans cet article.

Ce que l’on retient ici, c’est que les possibilités et les outils se sont multipliés au cours des deux dernières années. Le sujet s’est même invité dans la campagne électorale québécoise, alors que le parti au pouvoir prévoit, s’il est réélu, la mise en place d’une nouvelle plateforme, appelée Clic École, pour rassembler toute l’information liée au parcours scolaire des jeunes dans une interface pensée spécialement pour les parents.  

Finalement, il est permis de croire que les bonnes habitudes de communication entre les enseignants et les parents seront maintenues maintenant que les élèves sont de retour sur les bancs d’école. D’ailleurs, il ne s’agit plus uniquement « d’une bonne pratique »; le nouveau Référentiel de compétences professionnelles de la profession enseignante, publié par le ministère de l’Éducation du Québec, contient une compétence spécifiquement nommée Collaborer avec la famille et les partenaires de la communauté. Celle-ci fait notamment mention que les enseignants doivent : 

  • Établir des relations constructives avec la famille et les partenaires de la communauté. 
  • Entretenir une communication de qualité avec la famille à propos de la réussite et du bien-être de l’enfant. 
  • Communiquer à la famille ses attentes au regard des résultats, des attitudes et des comportements souhaités en classe.
  • Mettre en œuvre des moyens appropriés de faire participer la famille aux apprentissages de l’enfant ainsi qu’aux activités scolaires et parascolaires.

Finalement, une fois la communication bien établie entre l’école et la famille, il est possible de tendre vers la coéducation, un principe qui est de plus en plus discuté et qui va plus loin que le simple échange d’informations factuelles.

Encore une fois, citons Bruno Humbeeck, qui avait publié l’article Les relations école-famille : de la confrontation à la coéducation en 2006 : 

« La coéducation permet de mettre en place un partenariat entre l’école et la famille, dans lequel la communication porte exclusivement sur l’évolution psychosociale de l’enfant/élève ». 

On pourrait aussi dire que « la coéducation, c’est le partage entre les parents et l’école de la responsabilité et de la réussite des enfants ».

Des exemples simples à appliquer en classe

Malgré les défis de la communication école-famille, ce ne sont pas les idées (ni les outils numériques) qui manquent afin de renforcer les liens et d’entretenir la collaboration. Cela peut parfois devenir étourdissant puisque chacun y va de sa propre méthode. L’important reste alors de bien communiquer la façon choisie et les modalités dès le début de l’année scolaire.

Voici quelques exemples concrets provenant d’activités vécues dans la classe de Laurent Di Pasquale. 

Le bloc-notes dans Teams

Si certains d’entre vous utilisez Teams, et en particulier le bloc-notes pour la classe, vous n’êtes pas sans savoir que celui-ci offre la possibilité à l’enseignant de configurer les différentes « sections » pour ses élèves. Ce que l’on ignore parfois, c’est que ce même bloc-notes peut également être partagé grâce à une URL qui lui est directement liée. 

Pourquoi ne pas profiter de cette fonctionnalité pour communiquer avec les familles, en y déposant par exemple des relevés d’interrogation, des notes, ou tout autre commentaire qui pourrait aider l’élève comme les parents? 

Si tel est le cas, il est recommandé d’expliquer en amont aux parents comment y accéder, ou mieux, de demander aux élèves de faire le relais et de s’en charger! 

Une capture d’écran provenant de l’espace Teams de Laurent

School connection

Toujours du côté de Microsoft, on surveille également l’outil « School Connection », qui permettra prochainement aux parents de gagner du temps dans leurs échanges avec les enseignants. L’outil se veut un moyen efficace de les impliquer dans l’apprentissage de leur enfant via Teams. 

L’application sera disponible d’ici peu et deviendra un outil supplémentaire afin de favoriser la communication école-famille. Si vous désirez la tester pour votre école, la version d’essai est déjà disponible et on peut en faire la demande ici : School Connection Preview Opportunity (office.com).

Voici une petite vidéo qui en dit plus : School Connection for Parents and Guardians – YouTube

L’utilisation de Qwiqr

Le site Qwiqr – Better Feedback permet à l’enseignant de concevoir des codes QR personnalisés qui envoient l’élève vers une rétroaction écrite, sonore ou vidéo (à condition, pour ce dernier moyen, d’opter pour une licence payante). 

Qwiqr est employé par Laurent dans ses classes pour mieux identifier et faire comprendre les difficultés aux élèves. En intégrant les parents à cette utilisation, ceux-ci peuvent également disposer d’une rétroaction beaucoup plus rapide et de différents conseils et recommandations formulés par l’enseignant pour les aider dans l’accompagnement de leur enfant.

La parole aux enseignants

Un appel à tous lancé sur Twitter a permis de recueillir un échantillon des façons de faire des enseignants en matière de communication école-famille. 

Comment communiquent-ils avec les parents?

  • Une vidéo par semaine avec ScreenFlow et Vimeo et un bulletin en temps réel avec Google Classroom. 
  • L’application Seesaw pour partager des observations, des moments vécus en classe et des traces de productions (en photo et en vidéo).
  • Un courriel hebdomadaire (généralement le vendredi) pour faire un résumé de la semaine.
  • Teams, Mozaïk et TikTok ont aussi été mentionnés.
  • Padlet et La digitale ont aussi été fort utilisés pour communiquer.

L’impact de la pandémie

D’après leurs réponses, il semble qu’effectivement, la pandémie aura au moins permis de mettre en place de nouvelles pratiques de communication :

« Oui, la pandémie a changé ma façon de faire. Je suis beaucoup plus en contact avec [les parents]. Le partenariat est encore plus important. » 

« Post pandémie, c’est devenu essentiel pour rassurer les parents sur l’EVOluation de leurs enfants. »

« J’ai commencé pendant la pandémie et les parents ont tellement apprécié que je continue. »

« Les échanges sont plus réguliers, plus fluides. »

L’avantage que les enseignants y voit

Certains enseignants nous ont aussi fait part des retombées positives de la mise en place de canaux favorisant une communication bilatérale entre l’école et la maison.

« À mes élèves qui m’ont impressionné, mais qui sont généralement dans l’ombre, j’écris à leurs parents pour souligner de bons comportements. Ce sont mes acolytes. »

« J’aimerais qu’on unisse nos forces pour faire avancer leur enfant / mon élève. »

« Les parents sont mes alliés pour guider et accompagner les enfants. »

En terminant, nous espérons que vous avez eu autant de plaisir que nous à découvrir les différences entre les pratiques européennes et québécoises.

On se retrouve bientôt pour une nouvelle chronique Regards croisés entre la Belgique et le Québec!

Cette chronique est aussi publiée sur le site d’eduLAB.

Vos commentaires

Pour commenter ce sujet et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est aussi possible de commenter directement sur Facebook, Twitter ou LinkedIn.

Vous avez une nouvelle à nous communiquer ou souhaitez publier un témoignage?

Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Vous aimez ce que vous lisez?

Abonnez-vous et recevez les 3 prochains numéros du magazine École branchée (imprimé ou numérique, français ou anglais) en plus de nos dossiers exclusifs en ligne!

En savoir plus >

À propos de l'auteur

Martine Rioux
Martine Rioux
Après des études en communication publique, Martine a été journaliste pour différentes publications, avant de poursuivre sa carrière comme conseillère en communications interactives chez La Capitale, groupe financier, puis chez Québec numérique, organisme dont elle a pris la direction générale avant de faire le saut comme conseillère politique au cabinet du ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale. Elle est aujourd'hui rédactrice en chef adjointe et chargée de projets spéciaux à l'École branchée. Son rêve : que chacun ait accès à la technologie et puisse l'utiliser comme outil d’apprentissage et d’ouverture sur le monde.

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés de l'École branchée!





Ces textes pourraient aussi vous intéresser :