Ouvrir les murs de la classe avec le numérique

Dans le cadre du colloque CIRT@ 2017, une séance de transfert interactive intitulée « ouvrir les murs de la classe avec le numérique » s'est déroulée à l'UQAM.

Publié le :

Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :

Traduction automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) peuvent se glisser! 😉

Ces textes pourraient aussi vous intéresser :

Dans le cadre du colloque CIRT@ 2017, une séance de transfert interactive intitulée « ouvrir les murs de la classe avec le numérique » s’est déroulée le 10 octobre à l’UQAM.

Les quatre panélistes présents étaient unanimes : la collaboration est de mise pour amener les différents acteurs de l’éducation à sortir des sentiers balisés.

4 panélistes, 4 perspectives, une même vision de la collaboration

Le premier présentateur, Thomas Forissier, est notamment responsable des enseignements basés sur la collaboration numérique (synchrone et asynchrone) entre les Antilles et le Québec. Limité au point de vue de la collaboration étant donné les différences du système scolaire ou du rapport à la hiérarchie, il souhaite justement voir émerger une communauté de pratique et un réseau qui faciliteront la collaboration et la communication à plus grande échelle entre les différentes instances, les enseignants et les élèves.

Coordonnateur de la Vitrine technologie-éducation, Pierre-Julien Guay note quant à lui les vertus de la réalité virtuelle et de l’engagement personnel en ligne pour l’apprentissage. Riches et variées, ces technologies favorisent le développement de l’autonomie, par de réelles expériences quotidiennes, par l’auto-amélioration ainsi que par le partage de connaissances. La collaboration qu’entraîne l’usage de ces technologies permet même selon Monsieur Guay d’éviter une fracture du numérique entre les différents intervenants.

Adepte de la réalité virtuelle et plus particulièrement de la photo et la vidéo 360, le conseiller pédagogique RÉCIT Benoit Petit en démontre les multiples applications possibles. Fenêtre ouverte sur le monde, cette technologie renforce le pouvoir d’agir des élèves sur leur environnement. Conscient des frais d’utilisation élevés, M. Petit propose d’acheter des lots de lunettes et d’appareils mobiles neufs ou usagés qui pourront ensuite être partagés par tous les élèves d’une commission scolaire.

Margarida Romero, professeure à l’Université de Nice, souligne pour sa part que l’ouverture de la classe par le numérique doit être abordée sur le plan humain. Les technologies vont résoudre des problèmes complexes et mettre en relation plusieurs compétences mais cela ne sera possible que si on agit collectivement.

En somme, cette séance a démontré que, malgré leur perspective différente, tous ces intervenants perçoivent dans la collaboration une façon de faire prospérer l’utilisation des technologies.

Vos commentaires sur l'article

Vous pouvez commenter cet article ici et y ajouter vos idées!

Publicité par Google


À propos de l'auteur

Felipe Antaya
Poursuivant des études en technologie éducative, Felipe Antaya travaille depuis plusieurs années dans le milieu de l’éducation au niveau secondaire et collégial. Titulaire d’une maîtrise en études québécoises et d’un baccalauréat en philosophie, il a aussi œuvré dans le milieu des médias écrits.

Quelques annonces

Vous avez une nouvelle à nous communiquer?

Écrivez-nous sans tarder à info@ecolebranchee.com

Vous pouvez aussi publier votre propre texte!
Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Recevez les nouvelles de l’École branchée

L‘École branchée | Hebdo, la publication qui alimente votre boîte courriel pour que vous ne manquiez rien!

Prochaines formations en direct