Être ou ne pas être un enseignant influenceur?

Gabriel Dumouchel croit que le phénomène des enseignants influenceurs peut avoir des impacts très positifs sur la valorisation de la profession. Retour sur sa conférence au Sommet du numérique en éducation.

Publié le :

Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :

Traduction anglaise automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) peuvent se glisser! ;)

ANNONCE
Ajouter aux favoris (0)

Gabriel Dumouchel croit que le phénomène des enseignants influenceurs peut avoir des impacts très positifs sur la valorisation de la profession. Retour sur sa conférence au Sommet du numérique en éducation.

Lors du Sommet du numérique en éducation, Gabriel Dumouchel, chargé de cours en éducation à l’UQAC et à l’UQO, conférencier et consultant, a présenté une courte conférence sur le phénomène des influenceurs et l’intérêt pour l’éducation de s’approprier ce mode de communication dont les jeunes raffolent. En effet, comme il le rappelle d’emblée, c’est la nouvelle façon de rejoindre cette clientèle, qui ne consomme plus vraiment de radio ni de télévision.

Si certains « influenceurs » très connus se permettent de parler d’éducation, il demeure que c’est particulièrement important de laisser un espace aux « vrais » enseignants, soit ceux qui peuvent réellement témoigner de la réalité des salles de classe d’aujourd’hui.

En tant que chargé de cours à l’UQO et à l’UQAC, Gabriel Dumouchel se fait un devoir de parler de ce phénomène à ses étudiants en technologie éducative. Et il se rend compte que la plupart connaissent et suivent certains « influenceurs » en éducation, tels Marydotcom (que nous avons déjà rencontrée), Madame Valérie (que nous avons aussi rencontrée!), Jay Belzile ou Jonathan le Prof.

Il souligne quatre approches généralement adoptées par les enseignants influenceurs :

  • Approche collaborative : pour partager des façons de faire entre enseignants.
  • Approche militante : pour défendre une cause ou faire de la sensibilisation (ex. Jonathan le Prof sensibilise à la protection de l’environnement).
  • Approche entrepreneuriale : pour vendre des produits (ex. « 3 filles et l’enseignement autrement » ont une ligne de vêtements et de cahiers de planification).
  • Approche humoristique : pour partager par exemple des réponses d’exercices amusantes qu’ils ont relevé chez leurs élèves.

Il a relevé différentes occasions positives de ce format de communication :

  1. Rejoindre les apprenants hyperconnectés
    • Valorisation des élèves, de la profession, profiter de l’effet viral qui peut être créé via les élèves.
  2. Valoriser la profession enseignante
    • Via les médias traditionnels : par exemple, La Presse a parlé de Jonathan Le Prof et il a été invité sur le plateau l’émission télévisée 2 hommes en or, et ce n’était pas pour parle de problèmes en éducation.
    • Soi-même via les médias sociaux : le format offre par exemple la possibilité de poser des questions sur l’enseignement à de vrais profs.
  3. Partager l’expérience professionnelle. Exemple de thèmes de YouTubeurs :
    • 1 semaine dans ma vie de prof
    • Tour de ma classe
    • Prendre soin de moi
  4. Partager son contenu et/ou ses approches
  5. Soutenir les futurs enseignants
    • Ex. 7 conseils de stage
  6. Soutenir les profs d’université
    • Faire un lien entre ce qui se passe pour « vrai » en classe
  7. Soutenir l’insertion professionnelle. Des exemples de thèmes de YouTubeurs :
    • Trucs et conseils pour la suppléance
    • Premier contrat
    • Survivre en début de carrière
  8. Vendre promouvoir du matériel pédagogique, des produits dérivés ou du contenu
  9. Transmettre les savoirs de la recherche scientifique

Il y a cependant des défis, tels que :

  • Surcharge de travail : effectivement, il n’est pas simple de concilier YouTube et enseignement ou vie privée. Ça prend du temps et ce n’est pas donné à tous.
  • Identité numérique des élèves : il faut s’assurer de la respecter en tout temps.
  • Critique : on s’expose effectivement à la critique.
  • Éthique professionnelle : vente de matériel pédagogique, contenu sponsorisé, liberté d’expression.
  • Décrochage enseignant (quand ça marche trop bien, tenter de décrocher?)

En terminant, il invite à une réflexion professionnelle avant que les grands « influenceurs » d’opinion des médias traditionnels ne s’en chargent! D’ailleurs, il se donne lui-même le défi de devenir un « influenceur » et d’accompagner les enseignants qui souhaitent aller dans cette voie.

Vos commentaires sur l'article

Pour commenter cet article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est possible de commenter directement sur Facebook, Twitter ou LinkedIn.

Vous avez une nouvelle à nous communiquer ou souhaitez publier un témoignage?

Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Vous aimez ce que vous lisez?

Abonnez-vous et recevez les 3 prochains numéros du magazine École branchée (imprimé ou numérique, français ou anglais) en plus de nos dossiers exclusifs en ligne!

En savoir plus >

À propos de l'auteur

Audrey Millerhttps://ecolebranchee.com
Directrice générale de l'École branchée, Audrey détient une formation universitaire de 2e cycle en technologies éducatives et un baccalauréat en communication publique. Membre de l'Ordre de l'Excellence en éducation du Québec, elle s'intéresse particulièrement au développement professionnel des enseignants, à l'information à l'ère du numérique et à l'éducation aux médias, tout en s'activant à créer des ponts entre les acteurs de l'écosystème éducatif depuis 1999. Elle s'implique ces temps-ci notamment dans l'Association Edteq et en tant que membre du comité des communications de l'ACELF. Quand elle a du temps libre, elle est passionnée par ses enfants, ses lapins, les chevaux, le bon vin et... la programmation Web!

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés!





Ces textes pourraient aussi vous intéresser :