10 raisons d’utiliser les téléphones mobiles en classe

2

Alors que certaines écoles se félicitent de l’interdire, le téléphone cellulaire en classe fait ses preuves dans d’autres! Appuyé par une bonne stratégie d’intégration, il peut s’avérer un outil d’apprentissage et d’organisation indispensable.

Autoriser ou non l’utilisation du téléphone cellulaire en classe : voilà un sujet délicat! Un rapide sondage dans tout établissement secondaire permet de constater qu’une bonne partie des jeunes possède un téléphone cellulaire, et qu’il est souvent sur eux. On peut par ailleurs s’attendre à ce que la baisse des prix et les forfaits familiaux poussent de plus en plus de parents à fournir un téléphone intelligent avec Internet à leurs enfants.

Il y a peu de temps, à l’occasion d’une conférence, Martin Lessard, chroniqueur à l’émission La Sphère de Radio-Canada, expliquait que les cellulaires actuels sont aussi puissants que le module lunaire des missions Apollo, à la seule différence que cette puissance est maintenant dans nos poches. Cette puissance informatique augmente à un rythme extrêmement rapide : un potentiel énorme que l’on met de côté en empêchant son utilisation en classe.

Le 27 janvier dernier, le site Teachthought publiait sur le sujet un article de Terry Heick intitulé 50 Reasons It’s Time For Smartphones In Every Classroom. Fait important, les propos de cet article ne sont pas ceux d’un adepte « aveuglé » par son désir de technologie en classe! Ils soulèvent au contraire l’importance de tous les problèmes que cette intégration peut causer : gestion de classe, vie privée, vols, harcèlement, etc. Une intégration trop superficielle et sans éducation peut causer beaucoup de problèmes et de distractions chez les élèves.

Même son de cloche du côté de Jennie Magiera, technopédagogue de Chicago que j’ai eu le privilège de rencontrer deux fois. Selon elle, bien que la technologie amplifie tout ce qui fonctionne dans une classe, elle fait de même avec ce qui ne fonctionne pas. Le positif comme le négatif!

C’est pourquoi il est si important de bien réfléchir la stratégie d’intégration technologique en classe. Voici, pour cela, 10 raisons d’utiliser le téléphone cellulaire à l’école, parmi les 50 identifiées dans l’article cité plus haut.

1) Donner aux élèves la possibilité de chercher sur Google si nécessaire, comme l’enseignant le fait lui-même;

2) Permettre aux élèves d’être mobiles tout en utilisant la technologie;

3) Utiliser des applications qui envoient des notifications directement aux élèves;

4) Utiliser des codes QR en classe que les élèves peuvent lire;

5) Faire de la vidéo en l’envoyer directement dans un compte YouTube de classe;

6) Permettre aux élèves de construire un portfolio numérique en temps réel;

7) Permettre aux élèves d’utiliser des applications de lecture comme iBook, Kindle, etc.;

8) Permettre aux élèves d’écouter de la musique en travaillant, comme le font plusieurs enseignants;

9) S’organiser grâce à un agenda numérique avec système de rappel;

10) Tirer profit d’un appareil qui est de toute façon déjà dans la poche de plus en plus d’élèves.

 

En conclusion, ces 10 raisons ne sont pas présentées comme étant des vérités ni des recettes miracles, mais tout simplement des constats que les avantages existent.

Avez-vous tenté l’expérience? Si oui, quels ont été vos succès, et vos points à améliorer?

2 COMMENTAIRES

  1. Je suis désormais a Bishops College School, et je fais un débat en cours de français à-propos du cellulaire en class et j’aime bien votre perspective sur le sujet. Je me rappel de votre comportement en class sur mon iphone et je voulais juste vous dire que je crois que vous êtes un prof exceptionnel !!!

  2. Bonjour,

    WapEduc propose que 2015 soit :
    « L’année du téléphone portable dans la classe »
    « L’école nomade, l’école en poche »

    15 activités performantes avec les téléphones portables en classe
    Comme l’ordinateur, le mobile peut-il favoriser le plaisir d’apprendre, la joie de comprendre ?
    _______________________
    Introduction
    De nombreux articles exposent les bonnes raisons que l’on peut évoquer pour utiliser un téléphone portable au sein de la classe. On peut ainsi lire « 50 Reasons It’s Time For Smartphones In Every Classroom », ou encore « 10 raisons d’utiliser les téléphones mobiles en classe ».
    Au-delà des justifications à utiliser ce qui est en fait un nano-ordinateur, on trouve peu d’expérimentations vécues en classe dont on pourrait suivre le déroulement et donc l’apport pédagogique.
    Le téléphone portable commence à devenir ingérable en classe, l’un envoyant ses Sms et l’autre visionnant un clip musical…
    Pourquoi ne pas l’intégrer à la pratique de la classe ?
    Il est un nano-ordinateur et donc à la fois un outil de transmission, de communication, de fichiers (Bluetooth) et de collecte de l’information (WiFi). Le travail en groupe prend alors tout son sens.
    Car c’est bien la question : le mobile peut-il être un « compagnon pédagogique » au sein même de la classe, peut-il avantageusement compléter les propos de l’enseignant et éclairer les savoirs et les concepts exposés ? Aurait-il la capacité de rendre l’élève acteur de sa propre progression et de l’appropriation de connaissances en le sollicitant davantage ?
    Dans une classe de BTS « Management des unités commerciales », nous utilisons le téléphone portable en classe quotidiennement. La recherche de terminologie professionnelle et la consultation de notions ou concepts, en petits groupes, avec prise de notes, permet à l’étudiant de mieux s’approprier les nouveaux savoirs. Les prises de notes vocales ou les consultations sur http://www.wapeduc.mobi font du mobile un instrument hors-pair pour animer des cours très riches et dynamiques.
    Dans le cadre d’une « Classe inversée », le mobile est un support de documentation en amont, pendant le déroulement et en aval du cours. La synthèse ou le compte-rendu écrits sont toujours associés à une collecte d’information sur support mobile.
    Tous niveaux et toutes sections confondus, combien d’heures l’élève a-t-il accès à un ordinateur au cours de la semaine ? Une ou deux au plus … Les tableaux blancs interactifs et caméras numériques sont très peu utilisés. Nous avons, en lycée, un niveau d’équipement très élevé et une sous utilisation des matériels et logiciels.
    Et pourtant, à partir de la 6ème, tous les élèves sont dotés d’un petit matériel d’une grande puissance : le téléphone portable.
    Les Mooc (Massive Open Online Courses) seront bientôt accessibles sur supports mobiles.
    Essayons d’envisager les usages et pratiques pédagogiques avec le mobile dans la classe.
    ____________________
    I/ Les activités
    Accompagnement pédagogique avec le mobile en classe
    1. Recherche d’informations par moteur :
    La recherche sur mobile est certainement l’activité la plus transversale, celle qui peut se pratiquer dans toutes les disciplines, suivie de prise de notes et d’un travail à 2 ou en petits groupes. On propose la définition ou l’article qui paraissent être les meilleurs: le professeur joue alors le rôle d’expert et de modérateur.
    2. Prise de notes audio par enregistreur
    Pratique évidente en langues, l’enregistrement de sa voix permet une prise de notes audio rapide. De plus, on peut s’écouter et apporter des perfectionnements au ton, accentuation, articulation … On peut enregistrer un exposé, prendre des notes verbales ou s’entraîner à l’interview ou au questionnaire par sondage…
    3. Prise de notes photographiques lors de visites et présentation PPT
    Dès que la classe sort de l’établissement, on peut révéler des regards différents sur une même réalité, organiser des projections en classe, constituer un portfolio par sujet ou par chapitre et ainsi garder une mémoire de son travail … De plus, la révision est vivante et illustrée.
    4. Révisions sur http://www.wapeduc.mobi (voir à la fin de l’article)
    Ce site, développé pour les mobile, permet la révision de cours sous forme de synthèses, la réponse à des questionnaires évalués, la recherche interne de notions parmi 1200 cours, l’écoute de nombreux cours audio (podcasts), ainsi que la collecte d’informations dans le domaine de la santé et de l’orientation.
    De plus, l’élève peut déposer ses ressources dans son « Espace perso » et avoir cette matière dans sa poche toujours accessible. Le professeur dispose également d’une « Espace perso ».
    5. L’élève consulte Twitter pour un fil de discussion en relation avec le cours. Le simple fait, au cours d’un TD, de taper #sujetétudié nous envoie un flot de données en temps réel. L’enseignant a préalablement identifié les sites potentiels et éduque les élèves à la prudence et à la vigilance.

    6. L’élève se connecte à un site mobile préalablement identifié par son professeur. Nombreux sont les sites de contenus qui proposent une version mobile de leur application. Nous allons assister à l’émergence des « Mini-Mooc », qui permettront de consulter des cours de haut niveau sur support mobile.
    7. L’élève gère son agenda sur son smartphone, la pose d’alertes est efficace et permet de ne plus « oublier » un contrôle ou un évènement important.

    8. Echange de fichiers avec Bluetooth
    Tous les smartphones sont équipés en Bluetooth : cela marche avec n’importe quelle marque, (sauf Iphone qui exige de communiquer avec un appareil de même marque)
    9. Repérage coordonnées GPS en SVT
    Une fois les photos prises, le repérage géographique de sa position permet ensuite de retrouver le lieu du sujet. Il faut y ajouter l’utilisation des nombreux capteurs présents dans l’appareil : accéléromètre, gyroscope, capteur de champ magnétique, caméra et microphone qui peuvent être utilisés pour de nombreuses activités scientifiques.
    10. J’ai manqué un cours: je prends quelques clichés du cours de mon camarade et je les récupère sur mon ordinateur par l’application Camscanner sur Googleplay (Gratuit)

    11. J’utilise la calculatrice simple de mon smartphone et je passe à la calculatrice autonome pour les calculs complexes.

    12. Je photographie le tableau pour recopier plus tard chez moi les schémas et informations (tableaux, listes, cartes etc)
    13. Je mémorise un texte, un schéma, une carte mentale, etc., à partir du support d’un autre élève, puis je m’envoie par mail ces nouvelles ressources pour les exploiter chez moi.
    14. On utilise Twitter comme plate-forme d’exercice à l’orthographe et à la concision, la consigne étant de proposer un commentaire structuré et sans fautes en 160 caractères.
    15. J’utilise le lecteur de QRcode de mon smartphone pour suivre flasher le code 2D d’ un site que le professeur propose en l’ayant affiché sur un espace-mur prévu à cet effet.

    II/ WapEduc aujourd’hui

    Cela fait 10 ans que la première version de l’école nomade WAPEDUC a vu le jour.
    « L’école en poche » permet une disponibilité constante de la connaissance, une proximité du savoir et de l’accompagnement pédagogique tels que nous ne les avons jamais connus. Nous proposons à l’élève de réviser ses cours sur son smartphone et de lire des conseils sur la santé et l’orientation .
    Durant les 3 dernières années, 62.000 élèves ont révisé leurs cours sur leurs mobiles et le développement de cette application mobile permet aux élèves et aux enseignants d’établir une relation pédagogique. Au delà d’une innovation technologique, WapEduc se présente comme un outil de révision et de travail collaboratif entre les enseignants et les élèves.
    On peut y consulter des cours, des conseils pour l’orientation et la santé, des questionnaires évalués ainsi que des podcasts en langue et dans plusieurs disciplines générales. On peut également gérer son espace personnel : notes, sauvegarde de textes …
    WapEduc, premier portail européen de mobile-learning a obtenu :
    • Le soutien du Rectorat de l’Académie de Montpellier
    • Une distinction en tant que lauréat du E-Learning Awards parmi 600 projets européens.
    • Un prix « Sillages 2012 » pour son application mobile de cours universitaires.
    • Une place dans le « Top 30 » des innovations numériques de l’Education Nationale 2014.
    • Une reconnaissance (2013) par l’UNESCO comme plate-forme éducative innovante.
    Les sites :
    Le site http://www.wapeduc.net
    Sur mobile : http://www.wapeduc.mobi
    Les articles :
    http://www.educavox.fr/innovation/pedagogie/wapeduc-l-ecole-en-poche
    http://www.cahiers-pedagogiques.com/Le-nomade-l-institution-et-les-industriels

    Bien cordialement

    Philippe STEGER

Comments are closed.