Tablettes numériques: des projets gagnants

3

En septembre, Marie-France Fortin intégrait les iPad dans sa classe de renforcement de l’école Lucille-Teasdale à Blainville. Plusieurs projets plus tard, elle dresse un bilan positif de l’expérience.

Parmi les projets gagnants, notons la création de contes pour des enfants du préscolaire. « Les petits sont venus en classe pour écouter les contes que les élèves ont enregistrés avec des marionnettes avec l’application Puppet Pals, raconte Mme Fortin. C’était un bon projet autant pour mes élèves que pour les enfants du préscolaire. »

En sciences, les jeunes devaient confectionner un avion qui volait autour d’un poteau avant d’atterrir. « Les élèves ont utilisé leur iPad pour faire la recherche, ils ont pris des photos de toutes les étapes et ont filmé le résultat. Ils étaient bien fiers de pouvoir montrer le film à la maison », note Mme Fortin. Ils ont également utilisé la caméra pour filmer des entrevues et monter des reportages.

L’enseignante a aussi initié les jeunes à Twitter. « Nous l’utilisons pour partager des idées. Je les fais aussi écrire sur différents thèmes. Par exemple, je leur ai demandé de rendre un hommage à quelqu’un ou à quelque chose, c’est très drôle », indique Mme Fortin qui évalue ensuite le résultat de leur travail.

Elle a aussi créé un site Internet accessible aux élèves et à leurs parents. Prochaine étape : le blogue! Quelques jeunes n’hésitent pas à sacrifier quelques heures de dîner pour faire des « heures supplémentaires » et œuvrer sur le projet. Cela dit, il ne sera pas accessible à tous. « Les jeunes sont assez frileux, ils n’ont pas le goût de se faire écoeurer, constate l’enseignante. Nous allons donc nous limiter à le partager avec les profs et les parents. Si jamais je voulais publier quelque chose plus largement, ça se ferait avec leur accord uniquement. Ils sont sensibles à l’image qu’ils projettent. »

Lorsque les jeunes de sixième année seront invités à visiter l’école secondaire, Mme Fortin a l’intention d’organiser une chasse au trésor avec des codes QR pour eux avec ses élèves.

Mme Fortin remarque que la motivation des élèves semble demeurer malgré le temps qui passe et note un effet positif sur les élèves plus réservés. « Quelques-uns qui manquent d’habiletés sociales et qui normalement parlent peu sortent de leur coquille avec le iPad. Ce n’est pas nécessairement académique, ils peuvent jaser du nouveau Angry Birds, mais ce sont des jeunes qui ne se seraient jamais parlé autrement. »

 

À lire aussi :

Des élèves de sixième craquent pour la tablette

Codes QR pour questions de rallye

Apple s’attaque aux manuels scolaires

Laisser un commentaire