Une bonne relation enseignant-élève pour favoriser le succès à l’école

Qui dit nouvelle année scolaire dit généralement nouveaux élèves pour un(e) enseignant(e). Et cela s’accompagne, comme vous l’avez probablement vécu, du défi d’établir des relations positives avec les jeunes. Les statistiques le démontrent : les relations enseignants-élèves sont au centre de l’apprentissage et représente une préoccupation de plus en plus importante pour les enseignant(e)s.

Car en plus de transmettre des connaissances et des compétences, ces derniers sont des agents de changement étant donné la fréquence et la constance de leurs contacts avec les jeunes (quotidiennement, en moyenne 6h par jour et 180 jours par année).

Une étude dirigée par Marie-Hélène Véronneau en 2017 a révélé que « la relation que les élèves développent avec leur enseignant en troisième année du secondaire influence positivement leur motivation scolaire intrinsèque au cours de l’année qui suit. Ce résultat a d’ailleurs été répliqué l’année suivante, soit lorsque les élèves passent de la quatrième à la cinquième année du secondaire. »

Cette préoccupation est également présente chez les enseignant(e)s du primaire. On parle même de nouvelles pratiques d’encadrement scolaire comme l’enseignement en boucle, soit le fait de conserver les mêmes élèves-enseignant(e) pendant au moins deux années consécutives. En effet, le looping « contribue non seulement à l’obtention de meilleurs résultats en mathématiques, en lecture et en écriture, mais aussi à l’acquisition et à l’enrichissement du vocabulaire ».

Des bénéfices pour l’enseignant(e) aussi?

La qualité de relation enseignant(e)-apprenant(e) est aussi le reflet du comportement des élèves. Selon la recension des écrits sur la relation enseignant-élève, « les élèves qui veulent être approuvés par leur enseignant auraient tendance à adopter des comportements d’effort et de dépassement de soi lorsqu’ils réalisent des tâches scolaires. »

Selon cette même étude, les bénéfices d’une relation positive se traduisent notamment par la proximité, soit le « partage de motivations communes, travail à l’atteinte de buts communs, contacts informels à l’extérieur de la classe ».

Qui dit nouvelle année scolaire dit aussi nouvelles relations, nouveaux partages, et de nouvelles choses à apprendre de part et d’autre. Bonne année scolaire, chers profs!

Afin de poursuivre votre réflexion, découvrez comment M Éric Théroux utilise le modèle de la Process Communication® au service de sa relation avec ses élèves. Lisez l’article ici ou écoutez le RDV pédagogique ici


Recevez chaque semaine l’actualité pédagogique que nous préparons pour vous dans notre Hebdo gratuit :