La relation élève-enseignant importante pour la réussite scolaire

La relation entre un élève et son enseignant est un facteur clé de la réussite scolaire, particulièrement chez les plus jeunes. Or, la qualité de celle-ci varie en fonction du sexe, de la situation économique et du comportement des enfants. Voilà ce qui ressort d’analyses des données de l’étude longitudinale du développement des enfants du Québec effectuées par des chercheurs de l’Université de Montréal et de l’Institut de la statistique du Québec.
Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :
English EN French FR

Traduction automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) vont se glisser! 😉

Un portable par élève à la CS Eastern Township : une expérience prometteuse

Il y a dix ans, la Commission scolaire Eastern Township faisait le pari audacieux d’équiper tous ses élèves d’ordinateurs portables afin d’augmenter leur performance. L’organisation avait l’un des pires taux de décrochage au Québec. Depuis, il a chuté de 42 % à 22 % alors qu’il grimpait dans le reste de la province.

Le Collège François-de-Laval initiera ses élèves aux affaires

Conférences à saveur économique, camps d’été à l’École d’entrepreneurship de Beauce, Club de la relève entrepreneuriale, le Collège François-de-Laval a décidé d’initier ses élèves au monde des affaires.

Lecture : les élèves québécois sous la moyenne canadienne

Le niveau d’habileté en lecture des jeunes Canadiens a été mesuré dans le cadre du Programme international de recherche en lecture scolaire (PILS). On y apprend, par exemple, que les jeunes qui consacrent moins de temps aux devoirs ont un meilleur rendement en lecture… et que les Québécois ont du rattrapage à faire.

Élèves immigrants : la pauvreté a plus d’impact sur la réussite que la langue maternelle

Plusieurs obstacles se dressent sur le parcours scolaire des élèves issus de l’immigration, ici comme ailleurs. On constate toutefois que la fréquentation d’une école fortement multiethnique n’aurait pas d’impact négatif important sur la réussite.

Ces textes pourraient aussi vous intéresser :

Bilan de la première année de Relève numérique à Québec

À l’aube de la nouvelle année scolaire, CyberCap et son partenaire majeur Mon Avenir TI ont souligné les accomplissements de la première année de déploiement de Relève numérique à Québec.

Une bonne relation enseignant-élève pour favoriser le succès à l’école

Qui dit nouvelle année scolaire dit généralement nouveaux élèves pour un(e) enseignant(e). Et cela s’accompagne, comme vous l’avez probablement vécu, du défi d’établir des relations positives avec les jeunes.

Première année du déploiement provincial de Relève numérique : les résultats

Offert gratuitement au cours de l’année scolaire 2018-2019 à 11 écoles secondaires de Montréal et de Québec, le programme d’exploration professionnelle Relève numérique a rejoint exclusivement en classe un grand total de 2 900 élèves.

Les Journées de la persévérance scolaire 2019

Les Journées de la persévérance scolaire sont l'occasion pour des centaines d'acteurs locaux, régionaux et nationaux de faire partie du mouvement d'engagement qui fait de la réussite éducative de tous les jeunes Québécois une responsabilité collective.

La relation entre un élève et son enseignant est un facteur clé de la réussite scolaire, particulièrement chez les plus jeunes. Or, la qualité de celle-ci varie en fonction du sexe, de la situation économique et du comportement des enfants. Voilà ce qui ressort d’analyses des données de l’étude longitudinale du développement des enfants du Québec effectuées par des chercheurs de l’Université de Montréal et de l’Institut de la statistique du Québec.

*** Un nouvel article traitant de la relation enseignant-élève a été publié le 3 septembre 2019 : une bonne relation enseignant-élève pour favoriser le succès à l’école.

Selon le fascicule publié la semaine dernière, il faut noter que la majorité des enseignants et des élèves estiment avoir une relation positive, un chiffre qui diminue toutefois au fur et à mesure que les enfants grandissent. En effet, 68 % des enseignants de la maternelle juge avoir une relation proche et chaleureuse avec les petits contre 47 % de ceux de la quatrième année. Quant aux élèves qui disent aimer leur enseignant, le taux passe de 89 % à 75 % entre la première et la quatrième année du primaire.

De plus, les enseignants rapportent davantage de relations positives avec les filles et celles-ci sont d’ailleurs plus nombreuses à aimer leur prof. « Cette expérience relationnelle différente […] pourrait être accentuée par le fait que la grande majorité des enseignants du préscolaire et du premier cycle du primaire sont de sexe féminin. Les enseignantes pourraient se sentir plus proches des filles que des garçons et plus à l’aise à intervenir auprès d’elles. Les données ne permettent malheureusement pas d’étayer cette hypothèse », écrit-on.

La même tendance se remarque également vis-à-vis des enfants plus démunis et de ceux ayant des problèmes de comportement. Les enseignants estiment généralement avoir une moins bonne relation avec ces enfants. Ces résultats sont jugés préoccupants étant donné que les « élèves de milieux défavorisés qui font l’expérience de relations bienveillantes et aidantes avec leurs enseignants, tôt dans leur parcours scolaire, perçoivent leur environnement scolaire de manière plus positive ». Quant aux élèves ayant des problèmes de comportement, ils montrent une meilleure capacité d’adaptation et de meilleurs résultats scolaires s’ils ont vécu des relations chaleureuses avec leurs enseignants dès leur entrée à l’école.

Par ailleurs, dans tous les cas, on remarque que les sentiments de confiance et d’efficacité de l’enseignant ont un impact positif sur la performance scolaire des jeunes vers l’âge de dix ans. « De 18 % à 25 % environ des enseignants des enfants visés par cette analyse disent ne pas se sentir vraiment confiants et efficaces dans leurs interactions avec eux. […] Il pourrait s’avérer utile d’aider les enseignants à développer des stratégies variées et adaptées aux défis que posent certains enfants. Cela pourrait se faire par le biais de séances de développement professionnel ou par la mise en place de mesures de soutien professionnel. Quant aux élèves, les programmes d’intervention précoce qui font la promotion de l’autorégulation des comportements et des émotions ainsi que du développement de compétences sociales et cognitives pourraient les aider à relever le défi que constitue l’établissement d’une relation enseignant-élève positive », écrit-on.

À lire aussi :

Une bonne relation enseignant-élève pour favoriser le succès à l’école.

Lutte contre le décrochage : comprendre la réalité des élèves défavorisés

La lecture et l’écriture pour favoriser la réussite des garçons

Les technologies aident les élèves à apprendre

Vos commentaires sur l'article

Vous pouvez commenter cet article ici et y ajouter vos idées!

À propos de l'auteur

Avatar
Nathalie Côté
Nathalie est journaliste. Ses thèmes de prédilection sont la famille, l’éducation, la santé, la consommation, l’environnement et les phénomènes sociaux. Elle collabore notamment au journal La Presse.

Quelques annonces

Vous avez une nouvelle à nous communiquer?

Écrivez-nous sans tarder à info@ecolebranchee.com

Vous pouvez aussi publier votre propre texte!
Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Recevez nos nouvelles chaque semaine

Recevez chaque mardi l'École branchée | Hebdo, la publication qui alimente votre veille professionnelle en éducation!