La technologie remplace le tableau noir

SAINT-PACÔME/RIVIÈRE-OUELLE — Qui aurait dit qu’un jour le bon vieux tableau noir serait menacé par la technologie? C’est pourtant le cas. Son rival, un tableau électronique interactif, séduit les élèves qui lui trouvent bien des avantages.

Publié le :

Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :

Traduction anglaise automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) peuvent se glisser! ;)

ANNONCE
Ajouter aux favoris (0)

SAINT-PACÔME/RIVIÈRE-OUELLE — Qui aurait dit qu’un jour le bon vieux tableau noir serait menacé par la technologie? C’est pourtant le cas. Son rival, un tableau électronique interactif, séduit les élèves qui lui trouvent bien des avantages.

Mardi dernier, Le Placoteux était invité à une démonstration de ce nouvel équipement dans les classes de Geneviève Jean et Catherine Pelletier, aux écoles de Saint-Pacôme et de Rivière-Ouelle. Que ce soit auprès des élèves de 2e cycle ou de ceux du 1er cycle, le tableau obtient un accueil tout aussi enthousiaste.

L’école de Saint-Pacôme compte quatre tableaux, dont trois sont utilisés dans des classes. Ces tableaux offrent les mêmes possibilités que les tableaux traditionnels. On peut y écrire à l’aide du crayon qui a les mêmes fonctions qu’une souris d’ordinateur. En plus, les tableaux interactifs sont munis de divers outils : règle, compas, rapporteur d’angles, que l’élève peut manipuler à l’aide du crayon.

Tableau branché
« On peut même sauvegarder notre travail », note Geneviève Jean. Les élèves apprécient en outre que le tableau offre la possibilité de se connecter à Internet. On parle de Kenny Rogers en classe. Pourquoi ne pas aller écouter un extrait de ce qu’il chante? Rien de plus simple.

Un réseau entre différentes écoles permet même à une classe de mettre une recherche ou un travail à la disposition d’autres élèves.

« On peut apprendre plus de choses », dit une élève. Selon Catherine Pelletier, le tableau interactif accroît l’attention et la motivation des élèves.

L’école de Rivière-Ouelle compte trois tableaux. « Lorsque le Centre Internet de Rivière-Ouelle a fermé, il a remis ses actifs à l’école, ce qui a permis d’acquérir les tableaux », souligne le directeur des deux écoles et de celle de Saint-Gabriel, Réjean Pelletier.

Collaboration spéciale, Maurice Gagnon, Journal Le Placoteux

Vos commentaires sur l'article

Pour commenter cet article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est possible de commenter directement sur Facebook, Twitter ou LinkedIn.

Vous avez une nouvelle à nous communiquer ou souhaitez publier un témoignage?

Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Vous aimez ce que vous lisez?

Abonnez-vous et recevez les 3 prochains numéros du magazine École branchée (imprimé ou numérique, français ou anglais) en plus de nos dossiers exclusifs en ligne!

En savoir plus >

À propos de l'auteur

École branchée
École branchée
L'École branchée, organisme à but non lucratif, est votre partenaire de développement professionnel en lien avec la compétence numérique en éducation. Nous croyons que l'éducation doit pouvoir bénéficier des avancées pédagogiques et technologiques actuelles pour mieux répondre aux besoins de plus en plus diversifiés des apprenants et favoriser leur réussite, aujourd'hui et pour toute leur vie. Nous y oeuvrons à travers nos services d'information professionnelle, de formation continue et de création d'outils pédagogiques.

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés!





Ces textes pourraient aussi vous intéresser :