Le TBI : un réel potentiel pédagogique, mais de nombreux défis à surmonter

Tanné(e) des mauvaises nouvelles en éducation? Faisons le contrepoids!

Saviez-vous tous les enseignant(e)s et professionnel(le)s de l’éducation sont invités à publier leurs idées, témoignages et bons coups dans l’École branchée, le...

Rentrée 2020 au Québec : le réseau devra se tenir prêt à enseigner à distance rapidement au besoin

Le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, précise son plan pour la rentrée, en contexte de pandémie.

Des chaînes YouTube à connaître en éducation

Nous avons demandé aux enseignants via le groupe Facebook Les TIC en éducation de nous partager leurs chaînes YouTube ou répertoires de vidéos utiles à connaître en ces temps où l'enseignement à distance et hybride sont de mise. Voici quelques belles trouvailles parmi leurs suggestions. N'hésitez pas à enrichir cette liste vous aussi!

Redéfinir la pédagogie pour sauver une petite école : l’histoire de l’école de Borlon

45 élèves de la maternelle à la 6e année du primaire fréquentent l’école de Borlon, en Belgique. Répartis dans deux classes, ils évoluent au rythme d’une pédagogie inclusive, créative et active, à laquelle le numérique offre un riche soutien. L’un de ses enseignants, Jonathan Ponsard, nous a raconté l’histoire de sa transformation à l’occasion d’un atelier virtuel offert par l’AQUOPS le 22 avril dernier.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser...

Habiter sur Vénus? Possible il y a 700 millions d’années

Présentement la planète la plus chaude du système solaire avec ses 450 degrés Celsius et ses pluies d'acide sulfurique, Vénus n'est pas vraiment synonyme d'hospitalité. Pourtant, jusqu'à il y a 715 millions d'années, des scientifiques avancent que la planète voisine de la Terre aurait pu être habitable, avec des températures clémentes et plusieurs étendues d'eau. Regards sur ce qui distinguent les huit planètes de notre système solaire.

Les environnements immersifs au service des apprenants

Le projet de recherche « Les environnements immersifs au service des apprenants » piloté par une équipe de l'UQAM, cherche à développer de nouvelles façons d’apprendre pour les enfants avec des besoins particuliers.

Mars : mois de la nutrition

Chaque année, au mois de mars, les diététistes du Canada se mobilisent pour conscientiser la population sur la qualité des aliments qu’ils consomment au quotidien.

Le numérique au service de notre cerveau

Il y a deux ans, Steve Masson présentait un Webinaire qui proposait des techniques d’étude basées sur la reproduction des situations d’évaluation en contexte de révision. En 2019, comment le numérique peut-il soutenir et motiver nos élèves dans leur révision? Il existe plusieurs applications intéressantes pour les aider, en voici quelques-unes.

Dans un contexte où, depuis bientôt cinq ans, les tableaux interactifs ont été implantés de façon massive dans la plupart des écoles du Québec, la Chaire de recherche du Canada sur les technologies en éducation a mené une étude visant à identifier les usages ainsi que les avantages et les défis de son utilisation.

 

« 99,2% des élèves préfèrent le tableau blanc interactif au tableau noir. Pourquoi? Parce que nous sommes en 2016! »
– Thierry Karsenti, Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les TIC et l’éducation

 

Ce sont en tout 11 683 élèves (de la 4e année du primaire à la 5e secondaire), de même que 1131 enseignants qui ont pris part à cette recherche.

Elle a d’abord permis de présenter les principaux usages du TBI en contexte scolaire. Il a ensuite été question de ses nombreux avantages, tels que perçus par les enseignants et les élèves. Nous avons enfin abordé la question des principaux défis rencontrés par les enseignants et les élèves dans l’usage de cette technologie.

Tel que le chercheur le mentionne en introduction du rapport, « loin de remettre en question l’importance capitale d’intégrer les technologies en éducation, cette recherche a plutôt mis en exergue que certains outils, comme le tableau blanc interactif, sont possiblement plus complexes et plus chronophages à intégrer que d’autres. En effet, nos résultats illustrent à quel point les enseignants semblent rencontrer des problèmes techniques avec l’usage du tableau blanc interactif. Pourtant, tel que le montrent les résultats de l’étude, le tableau blanc interactif présente un réel potentiel pédagogique. »

Voici quelques-uns des résultats. Pour en savoir plus, consultez la fiche des faits saillants de l’étude.

 

 

Est-ce que les enseignants utilisent le TBI?

48,2 % des enseignants interrogés utilisent le TBI « toujours » ou « souvent », 39,3 % l’utilisent «parfois» ou rarement, et seulement 12,6 % ne l’utilisent jamais.

 

Est-ce que les élèves manipulent le TBI?

4,0 % des enseignants interrogés indiquent laisser leurs élèves utiliser le TBI « toujours » ou « souvent », 23,4% les laissent l’utiliser « parfois », et 72,6 % ne les laissent rarement ou jamais l’utiliser.

 

Quels sont les principaux usages faits par les enseignants?

  • 51,6% : présentation à l’aide de logiciels multimédias
  • 19,3 % : recherche sur Internet
  • 10,8% : présentation de vidéos

 

Le TBI est-il plus apprécié que le tableau noir?

99,2% des élèves préfèrent le TBI au tableau noir. 73,6% des enseignants préfèrent le TBI au tableau noir.

 

Avantages selon les enseignants

  • 23,5% : accès à Internet en classe
  • 
19,1% : support visuel à l’enseignement
  • 12,2% : visionner des vidéos

 

Avantages selon les élèves

  • 29,2% : accès à Internet
  • 18,8% : support visuel à l’enseignement
  • 
11,6% : motivation des élèves

 

Désavantages selon les enseignants

  • 70,6% : problèmes techniques
  • 17,3% : chronophage
  • 
9,6% : écran trop petit

 

Désavantages selon les élèves

  • 33,5% : problèmes techniques
  • 25,4% : écran trop petit
  • 19,0% : manque de maîtrise du TBI par l’enseignant

 

Les résultats de l’étude ont révélé que le tableau blanc interactif présente un réel potentiel pédagogique. Par exemple, cette recherche a montré que plus les élèves manipulent le TBI, plus ils perçoivent que cela a un impact positif sur leurs résultats scolaires, sur leur motivation à l’école, sur leur concentration en classe, voire sur leur satisfaction générale face à l’école. « Cela est fort prometteur, mais encore faut-il que plus de 4,0 % des enseignants se risquent à laisser les élèves manipuler cet outil », rappelle Thierry Karsenti.

Une liste de 12 recommandations est présentée à la fin de l’étude, dont :

  1. Inciter un plus grand nombre d’enseignants à utiliser de façon régulière le TBI.
  2. Mettre en place des formations spécifiques pour amener un plus grand nombre d’enseignants à utiliser les fonctions interactives du TBI.
  3. Mettre en place des formations spécifiques pour amener un plus grand nombre d’enseignants à faire manipuler le TBI par leurs élèves.
  4. Reconnaitre l’investissement en temps nécessaire par les enseignants pour maitriser un tel outil technologique.

 

Toute l’information ici : http://tbi.crifpe.ca

Recevez chaque mardi l'École branchée | Hebdo, votre outil de veille professionnelle en éducation!




🤩 Vous pouvez vous aussi publier un article dans les pages de l'École branchée! Partagez vos projets, idées, conseils et coups de coeur éducatifs avec nos plus de 60 000 visiteurs par mois! Voici comment faire!



ANNONCE FOURNIE PAR GOOGLE
NOTE : Nos abonnés connectés ne voient pas ces annonces!
Audrey Miller
Audrey Millerhttps://ecolebranchee.com
Éditrice de L’École branchée, elle détient une formation universitaire en technologies éducatives et en communication publique. Membre de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), elle couvre particulièrement l'actualité liée au développement professionnel des enseignants, à l'information à l'ère du numérique et à l'éducation aux médias. Elle s'implique dans l'écosystème éducatif, notamment dans l'AQUOPS, Edteq et en tant que membre du comité #Francosphère de l'ACELF.