ANNONCE

Favoriser le développement professionnel des enseignants grâce à la vidéo

L’utilisation de vidéo pour l’apprentissage est de plus en plus répandue. On peut également en profiter pour l’utiliser à des fins de développement professionnel! Voici comment deux spécialistes américaines conçoivent la chose.

Publié le :

Classé dans :

Attention! Ce contenu a été mis à jour il y a plus de 3 ans. Il pourrait contenir des liens qui ne fonctionnent plus. Vous aimeriez que notre équipe le révise? N'hésitez pas à nous écrire!

L’utilisation de vidéo pour l’apprentissage est de plus en plus répandue. On peut également en profiter pour l’utiliser à des fins de développement professionnel! Voici comment deux spécialistes américaines conçoivent la chose.

Lors d’une récente séance de clavardage organisée par Education Week, Candice Meyers, fondatrice de Teaching Channel et consultante en médias interactifs chez Districts, Foundations and Educational Publishers, et Misty Mitchel, spécialiste des médias et des technologies éducatives à la Hudson Middle School au Texas, ont mis en lumière des stratégies utilisant la vidéo pour favoriser le développement professionnel chez les enseignants.

Selon ces deux professionnelles, il n’est pas suffisant de présenter une vidéo à regarder. Grâce aux nouveaux outils disponibles, on peut maintenant facilement concevoir ses propres vidéos, les modifier et les mettre en ligne grâce à des plateforme très performantes comme EduCanon, Zaption, Screen O Matic ou Google Form. Cette pratique aurait pour effet de rendre la formation plus efficace, selon Meyers et Mitchel, particulièrement lorsqu’on insère des questions dans une vidéo, laisse des pauses pour susciter la réflexion ou encore intègre des liens utiles que les gens en formation pourront consulter. On peut aussi recueillir les réponses des apprenants qui ont consulté la vidéo.

Quelques recherches sur l’utilisation de vidéos à des fins de développement professionnel chez les enseignants montrent que ces derniers arrivent plus facilement grâce à ce médium à identifier les bonnes et moins bonnes pratiques, puis à les reproduire en classe.

Pour les formateurs, Meyers et Mitchel conseillent de commencer par des vidéos de type « étape par étape » (par exemple, comment mettre à jour son site Web de classe?) afin que les enseignants formés réalisent à quel point les vidéos sont efficaces. Ils peuvent aussi réaliser la tâche en même temps qu’ils visualisent, et peuvent s’y référer à nouveau plus tard au besoin. De plus, dans plusieurs cas, il se peut que la méthode les inspire à faire de même pour leurs propres élèves!

 

Petits projets

Il semble assez simple pour Meyers et Mitchel de réaliser de telles vidéos. L’idéal est d’y aller en modelant des stratégies 1 pour 1 plutôt que dans une classe complète. On peut demander l’aide d’élèves doués en audiovisuel, ou celle d’un collègue avec une tablette numérique tout simplement. L’important est que l’auditoire puisse voir et surtout entendre ce qui est dit dans la vidéo.

En réalité, il suffit de se faire confiance sans craindre le résultat final. Rester dans la simplicité. Alors, qui se lance?

 

À propos de l'auteur

Felipe Antaya
Felipe Antaya
Poursuivant des études en technologie éducative, Felipe Antaya travaille depuis plusieurs années dans le milieu de l’éducation au niveau secondaire et collégial. Titulaire d’une maîtrise en études québécoises et d’un baccalauréat en philosophie, il a aussi œuvré dans le milieu des médias écrits.

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés de l'École branchée!


Vos commentaires

Pour commenter un article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est aussi possible de commenter directement sur Facebook, Twitter, Instagram ou LinkedIn.

Faites briller vos projets d'école et pratiques gagnantes!

L'École branchée fait circuler l'information dans le milieu scolaire afin d'alimenter la veille professionnelle et valoriser les initiatives émanant du terrain. Allez-y, proposez-nous un texte! >

À lire aussi

Les #Édubrèves – édition du 17 avril 2022

Dans cette édition : un outil pour former à l'écriture narrative, le balado Le plan numérique, des matériaux durables pour les écoles du Québec, des appels à communications pour des événements à venir, des infographies sur la création de laboratoires créatifs, l'inclusion pédagogique dans les environnements d'apprentissage virtuels, des nouvelles de l'Observatoire des pratiques innovantes en évaluation des apprentissages et bien plus!

Travailler en CAP, ça veut dire quoi?

Travailler en CAP, ça veut dire collaborer pour soutenir l’apprentissage, focaliser sur l’apprentissage de tous les élèves et suivre les résultats pour l’amélioration continue. Découvrez les fondements du travail en CAP dans le cadre du projet CAR : collaborer, apprendre, réussir.

Projet CAR : collaborer, apprendre, réussir!

Le projet CAR vise à soutenir la culture de collaboration en éducation, à renforcer le leadership pédagogique des acteurs dans les organisations scolaires. Il soutient, via des communautés de pratique, les gestionnaires et les membres du personnel scolaire afin qu’ils développent des approches collaboratives pour favoriser la réussite de tous les élèves.