ISTE : un travail sur 6 fronts pour accélérer 3 changements

0
L'ISTE est une très grande association.

Plusieurs franco-canadiens ont participé récemment au congrès annuel de l’ISTE. Portrait de cette association qui compte plus de 100 000 membres!

L’International Society for Technology in Education (ISTE), c’est immense. L’organisme, dont la fondation remonte à 1979, est un incontournable lorsqu’il est question de promouvoir l’intégration des technologies à la pédagogie. L’association compte plus de 100 000 membres actifs. Seulement au congrès annuel, qui s’est déroulé cette année à la fin juin à San Antonio au Texas, on comptait 21 000 congressistes issus de plus de 8 000 écoles, provenant de plus de 70 pays.

L’ISTE ne passe pas par quatre chemins lorsqu’il est question de diffuser sa mission : transformer l’éducation grâce à l’intégration des technologies.

Pour y parvenir, elle travaille sur six fronts simultanément :

  1. Elle a bâti des référentiels de compétences issues du 21e siècle pour ses élèves, ses enseignants ainsi que pour les directions scolaires;
  2. Un congrès qui se déroule annuellement aux États-Unis dans une ville différente. En 2016, il s’est tenu à Denver; en 2018, il aura lieu à Chicago.
  3. Une communauté tissée serrée qui se manifeste, entre autres, par des forums de discussions allant de l’impression 3D à l’aménagement des locaux pour faciliter l’apprentissage des élèves, en passant par un réseau destiné aux jeunes enseignants et même aux directeurs d’école. De plus, l’ISTE offre des prix annuels à ses membres qui savent se démarquer.
  4. Une formation continue de ses membres offerte principalement grâce à un magazine, des services de mentorat, la diffusion des meilleures pratiques en éducation et même des cours en ligne!
  5. Une pléthore de ressources allant de livres à vendre jusqu’à des capsules vidéo, en passant par des articles rédigés par d’autres membres.
  6. Un réseau de lobbyistes oeuvrant auprès des institutions gouvernementales pour faire la promotion des technologies en éducation et exiger le financement adéquat pour en assurer un accès universel.

 

Enfin, grâce à l’allocution de son président Richard Culatta, l’ISTE a annoncé son intention de redoubler ses ardeurs pour accélérer les changements suivants dans les écoles :

 

Changement 1 : Du « passage de matière » à l’exploration pédagogique

Utiliser les technologies en tant que réel levier pour faciliter l’apprentissage des élèves, et non pas pour numériser des approches pédagogiques datant des derniers siècles.

 

Changement 2 : De l’enseignement à taille unique à l’apprentissage personnalisé

Utiliser les technologies pour favoriser la différenciation pédagogique.

 

Changement 3 : Donner un accès équitable aux ressources éducatives

En étant un levier pour relier les différents domaines de la société, les élèves doivent avoir un accès illimité et immédiat aux technologies de pointe issues du monde universitaire ou industriel.

Pour prendre ces virages, l’ISTE comptera, entre autres, sur de nouvelles normes d’intégration des technologies (ISTE Standards), en plus de multiplier les offres de formation à ses membres.

Bref, l’ISTE voit grand pour l’école et elle voit loin, même si, de l’avis même de son président, qui cite l’auteur canado-américain William Gibson : « The future is already here. It’s just not evenly distributed! ».

Commentaires

Vous avez aimé lire cet article?

Recevez gratuitement la revue de la semaine de l'École branchée en ligne!

Article précédentLes nouveautés 2017 de Tap’Touche
Article suivantSorties scolaires : répertoire en ligne pour la saison théâtrale
Marc-André Girard est détenteur d’un baccalauréat en enseignement des sciences humaines (1999), d’une maitrise en didactique de l’histoire (2003) et d’une maitrise en gestion de l’éducation (2013). Il est actuellement doctorant en administration scolaire. Il s’est spécialisé en gestion du changement en milieu scolaire ainsi qu’en leadership Il s’intéresse également aux compétences du 21e siècle à développer en éducation. Il occupe un poste de direction au Collège Beaubois et donne des conférences sur le leadership en éducation, les approches pédago-numériques, le changement en milieu scolaire ainsi que sur la professionnalisation de l’enseignement. En septembre 2014, il a publié le livre « Le changement en milieu scolaire québécois » aux Éditions Reynald Goulet et a traduit quatre ouvrages en technologie de l'éducation chez le même éditeur. Il collabore également à L’École branchée et blogue (magirard.com) sur les questions relatives à l’éducation. Il est très impliqué dans tout ce qui entoure le développement professionnel des enseignants et l’intégration des TIC à l’éducation. En mars 2016, il a reçu un prix CHAPO de l’AQUOPS pour l’ensemble de son implication.