ANNONCE

AQUOPS 2013 – Répondre aux réels besoins d’un élève du 21e siècle

Du 26 au 28 mars 2013 se tenait à Québec le colloque annuel de l’AQUOPS. Infobourg y était et partage quelques faits saillants. Aujourd’hui, retour sur la conférence L’école de demain : le virage nécessaire pour répondre aux réels besoins d’un élève du 21e siècle.

Publié le :

Classé dans :
ANNONCE

Attention! Ce contenu a été mis à jour il y a plus de 3 ans. Il pourrait contenir des liens qui ne fonctionnent plus. Vous aimeriez que notre équipe le révise? N'hésitez pas à nous écrire!

Du 26 au 28 mars 2013 se tenait à Québec le colloque annuel de l’AQUOPS. Infobourg y était et partage quelques faits saillants. Aujourd’hui, retour sur la conférence L’école de demain : le virage nécessaire pour répondre aux réels besoins d’un élève du 21e siècle.

La très courue conférence de Nancy Brousseau, coordonnatrice des services à l’enseignement de la Fédération des établissements d’enseignement privé du Québec (FÉEP), intitulée L’école de demain : le virage nécessaire pour répondre aux réels besoins d’un élève du 21e siècle, a rassemblé une centaine de personnes (estimation) le mercredi en après-midi. Mme Brousseau a présenté une synthèse des résultats d’une l’étude de la FÉEP qui a montré en 2010 que comparativement à 2001, 44,6 % des élèves disent être motivés par leurs études (ils était 77,1 % en 2001). Les baisses sont aussi marquantes au niveau des efforts fournis dans les études, de la méthode de travail et de la confiance dans la réussite de leurs études. Bref, il faut chercher à expliquer cela pour tenter d’y remédier. Une piste qu’on lit sur le support de présentation : « Ces jeunes n’ont pas connu un monde sans Internet, leur demander d’en faire fi ne fait aucun sens pour eux. » C’est pourtant ce que fait l’école.

Jusqu’à il n’y a pas si longtemps, l’école était l’endroit où trouver le savoir. De nos jours, il suffit de taper une question sur Google pour trouver la réponse. Avec les appareils mobiles, la quantité et l’accessibilité des connaissances est plus grande que jamais. Mme Brousseau rappelle d’ailleurs, tout comme d’autres l’ont fait également, que les enseignants doivent emmener les élèves à réfléchir au-delà : « il faut cesser de poser des questions dont la réponse se trouve sur Google ». Laisser place à l’erreur, sortir des murs de l’école, cesser de tout organiser autour de l’évaluation… ce ne sont là que quelques-uns des messages portés.

Mme Brousseau fait une synthèse des courants forts au niveau de l’utilisation des TIC. Quelques exemples : la classe inversée, l’apprentissage mixte (blended learning), les tablettes, le modèle BYOD (bring your own device, ou AVAN, apportez votre appareil numérique), l’apprentissage par le jeu (gamification)… Ceci ne vous dit rien? Vous devriez prendre le temps de vous informer car le tout est en train d’arriver. L’animatrice fait aussi état de pratiques ailleurs dans le monde. Par exemple, aux Etats-Unis, on trouve des écoles entièrement virtuelles qui rejoignaient pas moins de 250 000 élèves en 2010-2011, soit 25 % de plus que l’année précédente. À cet effet, elle cite une méta-analyse de plus de 1000 études sur l’apprentissage en ligne menée par le USA Department of Education qui a révélé que les élèves obtiennent les meilleurs résultats dans une formule mixte, c’est-à-dire avec une portion de l’apprentissage en classe et une portion en ligne. La clé? Ils apprennent à leur rythme.

Mme Brousseau met en garde tous les établissements qui s’apprêtent à investir en technologie : « le modèle 1 pour 1 est incontournable, et particulièrement avec des appareils mobiles ». Bref, elle déconseille l’achat massif d’ordinateurs fixes, qui sont déjà dépassés.

Fait important en terminant, la conférence ne vise à convaincre que les technologies sont la solution à tous les problèmes. Cependant, comme elles font partie de la vie des jeunes, elles constituent une opportunité pour faire changer le modèle en place et bénéficier de leurs possibilités pédagogiques particulièrement intéressantes (accès direct aux connaissances, augmentation du temps maître-élève, collaboration et socio-construction, personnalisation, découverte et ouverture au monde). « En mettant l’apprentissage au cœur de nos actions, il y a fort à parier que la technologie s’imposera d’elle-même en soutien. »

Cette conférence, Mme Brousseau l’a prononcée plus d’une fois. « Elle suscite de nombreuses réactions à chaque fois », confie-t-elle. D’ailleurs, même si elle « prêchait » devant une foule qu’on pourrait croire convertie (le colloque de l’AQUOPS réunissant des gens à priori favorables à une plus grande intégration des technologies à l’école), nombreux sont ceux qui en sont sortis renversés. Elle observe : « Chacun semble retenir une phrase, une portion, qui l’amène à réfléchir et à avancer. »

Personnellement, j’ai été interpellée par celle-ci : « De nombreux enseignants sont des élèves qui n’ont pas quitté l’école; elle leur plaisait, ils reproduisent aujourd’hui le modèle de ce qu’ils ont connu ».

Vous y étiez? Vous avez retenu autre chose qui mérite d’être partagé? Vous avez des idées ou des projets pour faire évoluer l’école? N’hésitez pas à entrer dans la discussion en laissant un commentaire à l’aide du formulaire au bas de l’article.

Le support visuel ayant servi à la présentation est accessible en ligne en cliquant ici.

Pour ajouter Nancy Brousseau à votre veille Twitter, c’est ici.

Mise à jour : Voici la conférence intégrale!

À propos de l'auteur

Audrey Miller
Audrey Millerhttps://ecolebranchee.com
Directrice générale de l'École branchée, Audrey détient une formation universitaire de 2e cycle en technologies éducatives et un baccalauréat en communication publique. Membre de l'Ordre de l'Excellence en éducation du Québec, elle s'intéresse particulièrement au développement professionnel des enseignants, à l'information à l'ère du numérique et à l'éducation aux médias, tout en s'activant à créer des ponts entre les acteurs de l'écosystème éducatif depuis 1999. Elle s'implique cette année notamment dans l'Association Edteq et en tant que membre du comité d'orientation stratégique de l'ACELF.

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés de l'École branchée!


Vos commentaires

Pour commenter un article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est aussi possible de commenter directement sur Facebook, Twitter, Instagram ou LinkedIn.

Faites briller vos projets d'école et pratiques gagnantes!

L'École branchée fait circuler l'information dans le milieu scolaire afin d'alimenter la veille professionnelle et valoriser les initiatives émanant du terrain. Allez-y, proposez-nous un texte! >

À lire aussi

N’utilisez pas TikTok… mais inspirez-vous-en!

Le réseau social TikTok est un véritable phénomène auprès des jeunes. Bien que la plateforme soit des plus controversées et qu’elle soit interdite dans plusieurs milieux, impossible de l’ignorer. Comme éducateur, pourquoi ne pas s’inspirer de ce qui plait tant aux jeunes dans cet univers pour créer des situations d’apprentissage engageantes?

Vaincre le blues du retour à l’école après un congrès

Notre chroniqueur Marc-André Girard revient de sa participation au plus récent colloque de l’AQUOPS avec des idées pleins la tête, mais il a aussi peur de se faire rattraper par le quotidien scolaire avant d’avoir pu les réaliser. Comment mettre en pratique les idées recueillies au congrès et survivre aux aléas de la réalité?

L’École branchée au 41e colloque de l’AQUOPS

Le 41e colloque de l'Association Québécoise des Utilisateurs d’Outils technologiques à des fins Pédagogiques et Sociales (AQUOPS) se tiendra du 4 au 6 avril prochain au Centre des congrès de Québec. Participants, conférenciers et exposants ont rendez-vous pour assister à cet événement incontournable, dont le thème sera « Apprendre ensemble à l'ère du numérique ». L’équipe de l’École branchée sera bien active et présente plusieurs ateliers. Vous pouvez vous inscrire dès maintenant!