La dernière année a été tumultueuse, c’est le moins qu’on puisse dire. Et je vous avoue qu’écrire cette réflexion en ne sachant pas dans quel contexte vous la lirez, ça me rend plutôt inconfortable. Toutefois, comme vous l’avez peut-être constaté dans les dernières chroniques, l’inconfort est un compagnon de route que je ne cherche pas à éviter.

Cet article est réservé aux abonnés de la version numérique du magazine.