Éducation préscolaire à distance : 3 approches pour maintenir le jeu

Le jeu symbolique est très présent dans l’éducation préscolaire. Mais comment entretenir le jeu à distance? Ça représente tout un défi! Pourtant, des enseignantes et conseillères pédagogiques ont trouvé des façons de jouer à faire semblant... même à distance.

Publié le :

Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :

Traduction anglaise automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) peuvent se glisser! 😉

Le jeu symbolique (faire semblant de…) est très présent dans l’éducation préscolaire. Mais comment entretenir le jeu à distance? Cela peut effectivement représenter un défi. Des enseignantes et conseillères pédagogiques ont trouvé des façons de jouer à faire semblant même à distance.

Six enseignantes de la maternelle 4 ans et 5 ans ainsi que deux conseillères pédagogiques, deux chercheurs et une assistante de recherche ont pris part à une recherche collaborative à propos du jeu et du développement du langage de l’Université du Québec à Trois-Rivières. 

Avant d’élaborer des activités avec des petits de l’éducation préscolaire à distance, les participants à la recherche insistent sur deux prémisses : il est essentiel de prévoir des activités d’initiations aux outils technologiques lors des présences en classe et les parents doivent nécessairement être informés des activités prévues en ligne (et du rôle qu’ils pourraient être amenés à jouer).

Une astuce proposée

« Afin de favoriser le jeu symbolique et la substitution, on peut demander aux parents de préparer une boîte contenant du matériel ouvert et polyvalent (pailles, cartes à jouer, bols, billes, jetons, feuilles, coquillage, etc.) et de demander que l’enfant ait toujours à proximité cette boîte lors des rencontres virtuelles. »

Jouer à faire semblant à distance

3 scénarios sont privilégiés par les participants à la recherche pour faire vivre le jeu symbolique à distance.

1. Faire semblant tous ensemble

L’enseignante présente un objet inconnu aux enfants et leur demande ce à quoi il pourrait être substitué. Elle peut aussi faire semblant d’avoir besoin d’un objet ayant une fonction particulière. Les enfants doivent alors nommer des possibilités ou chercher des objets dans leur environnement immédiat.

En associant ce type d’activité à un thème (l’hiver ou le supermarché, par exemple), il sera plus facile à réaliser avec les enfants. La confection d’une marionnette est aussi suggérée pour faciliter l’élaboration de scénario collectif où chaque personnage a un rôle à jouer.

2. Faire semblant en petits groupes

Dans ce cas, l’enseignante crée de petits groupes et assigne les enfants dans des salles virtuelles. Elle leur demande alors de choisir un personnage dans leur maison (figurine, marionnette, animal en peluche) et d’imaginer un scénario. Elle peut circuler entre les groupes, puis faire revenir les enfants tous ensemble à la fin en demandant si certains veulent partager leur histoire.

3. Faire semblant à la maison

L’enseignante peut terminer la séance virtuelle par une mise en situation qui invite l’enfant à poursuivre le jeu à la maison. Elle peut les engager à le faire en disant que certains auront à raconter leur expérience lors de la séance du lendemain. Avec la complicité des parents, ces mises en situation peuvent même inviter les enfants à poursuivre le jeu à l’extérieur de la maison.

Pour en savoir plus sur la recherche et ses conclusions, consultez le feuillet Maintenir le jeu vivant… à distance! de l’Association d’éducation préscolaire du Québec (AÉPQ).

En complément, voici quelques vidéos à visionner.

Vos commentaires sur l'article

Pour commenter cet article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est possible de commenter directement sur Facebook, Twitter ou LinkedIn.

Publicité par Google


À propos de l'auteur

Martine Rioux
Après des études en communication publique, Martine a été journaliste pour différentes publications, avant de poursuivre sa carrière comme conseillère en communications interactives chez La Capitale, groupe financier, puis chez Québec numérique, organisme dont elle a pris la direction générale avant de faire le saut comme conseillère politique au cabinet du ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale. Elle est aujourd'hui rédactrice en chef adjointe et chargée de projets spéciaux à l'École branchée. Son rêve : que chacun ait accès à la technologie et puisse l'utiliser comme outil d’apprentissage et d’ouverture sur le monde.

Ces textes pourraient aussi vous intéresser :

Quelques annonces

Vous avez une nouvelle à nous communiquer?

Écrivez-nous sans tarder à info@ecolebranchee.com

Vous pouvez aussi publier votre propre texte!
Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Recevez les nouvelles de l’École branchée

L‘École branchée | Hebdo, la publication qui alimente votre boîte courriel pour que vous ne manquiez rien!