ANNONCE

Connaître et reconnaître le RÉCIT

C’est du 4 au 6 octobre dernier à Rivière-du-Loup qu’avait lieu la formation conjointe et collaborative (FCC) du RÉCIT. Ce sont plus de deux cents personnes en présence et une centaine à distance qui ont assisté à la cinquantaine de thématiques présentées. La FCC est l’événement annuel de la rentrée qui permet aux personnes-ressources du RÉCIT de réseauter et d’apprendre.

Publié le :

Classé dans :

C’est du 4 au 6 octobre dernier à Rivière-du-Loup qu’avait lieu la formation conjointe et collaborative (FCC) du RÉCIT. Ce sont plus de deux cents personnes en présence et une centaine à distance qui ont assisté à la cinquantaine de thématiques présentées. La FCC est l’événement annuel de la rentrée qui permet aux personnes-ressources du RÉCIT de réseauter et d’apprendre.

Le thème de cette année, « Pour connaître et reconnaître », nommait clairement les intentions de l’événement. Connaître, pour connaître de nouvelles ressources, de nouveaux développements, des expérimentations inspirantes et de nouveaux conseillers du RÉCIT. Il faut dire que le réseau du RÉCIT s’est agrandi au fil des ans et compte maintenant plus de 300 membres. La deuxième intention, Reconnaître, visait à reconnaître l’expertise de chacun et la redécouvrir.

Cette édition de la FCC aura définitivement permis d’être témoin de la diversité au sein du RÉCIT, des compétences en lien avec l’intégration pédagogique du numérique et les avancées observés sur le terrain en enseignement et en apprentissage. 

L’importance des personnes-ressources du RÉCIT

L’événement a débuté par des mots d’ouverture de part de l’équipe de coordination du RÉCIT au ministère de l’Éducation du Québec, qui s’est d’ailleurs vu offrir une ovation, puis de Stéphane Lehoux, sous-ministre adjoint, secteur de la transformation numérique et des ressources informationnelles, aussi au ministère de l’Éducation. Ce dernier a souligné la part importante du RÉCIT et son fort leadership dans les milieux. Il a aussi parlé du potentiel du numérique dans l’apprentissage et l’importance de soutenir le changement de pratique et de culture. 

M. Lehoux n’a pas manqué de nommer des enjeux au niveau de la sécurité et de la pénurie de main d’œuvre et, en conséquence, de l’importance pour le RÉCIT d’utiliser et de faire la promotion d’outils qui respectent les données personnelles, ainsi que de promouvoir de bonnes pratiques en matière de cybersécurité. Il a finalement mentionné l’importance de la littératie numérique pour une efficience et une équité envers tous les élèves. Puis, il a nommé les grands chantiers mis de l’avant au Ministère :  intelligence numérique, utilisation des données pour la prise de décision, valorisation des données et tableaux de bord pour favoriser la réussite.

Par la suite, France Lafleur, professeure chercheuse à l’Université du Québec à Trois-Rivières, est venu compléter l’activité d’ouverture. Mme Lafleur a présenté un modèle de cohérence pédagogique en formation à distance. Les conseillers et conseillères du RÉCIT ont ensuite passé l’après-midi en ateliers Je vous reparlerai d’ailleurs, dans de prochains articles, de ceux auxquels j’ai assisté.  

Nostalgie au menu

Le lendemain, en plus d’autres nombreux ateliers fort intéressants, un jeu questionnaire a eu lieu lors du dîner afin de mieux connaître le RÉCIT. De beaux souvenirs pour les plus « anciens » et de belles découvertes pour les nouveaux. Le tout fut animé par Dominique Dault du Centre de services scolaire des Hautes-Laurentides.

Voici la vidéo réalisée à l’occasion des 20 ans du RÉCIT.

Le RÉCIT a 20 ans, un RÉCIT inspirant! 

Lors de l’activité de clôture, M. Yvan Fortier, directeur du bureau de la mise en œuvre du plan d’action numérique (BMOPAN) au ministère de l’Éducation, s’est adressé aux participants. Il a, lui aussi, souligné l’importance de continuer le mandat du RÉCIT et l’importance de la sécurité des données et des infrastructures informatiques. 

Un nuage de mots a conclu l’évènement avec des mots comme réseau, collaboration, échanges, relation. Il représente un bon résumé des différents moments vécus lors de ces trois journées.

À propos de l'auteur

Alexandra Coutlée
Alexandra Coutlée
Passionnée de développement professionnel et de numérique au service de l’apprentissage, Alexandra détient un DESS en technologie éducative et un baccalauréat en enseignement de l'anglais, langue seconde, en plus d'une certification Google Trainer (et plusieurs autres!). Elle a enseigné au secondaire pendant une quinzaine d’années avant de faire le saut en conseillance pédagogique, puis en tant que directrice de l'innovation pédagogique de l’École branchée. Elle adore réseauter et partager ses découvertes et est toujours en posture d’apprenante!

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés de l'École branchée!


Vos commentaires

Pour commenter un article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est aussi possible de commenter directement sur Facebook, Twitter, Instagram ou LinkedIn.

Faites briller vos projets d'école et pratiques gagnantes!

L'École branchée fait circuler l'information dans le milieu scolaire afin d'alimenter la veille professionnelle et valoriser les initiatives émanant du terrain. Allez-y, proposez-nous un texte! >

À lire aussi

Les #Édubrèves – édition du 20 février 2024

Voici vos #Édubrèves. Dans cette édition : soumettez un atelier pour le Congrès IDÉE, c'est le temps de s'inscrire au Défi OSEntreprendre, le Volet 1 de la Mesure 15111 est ouvert, bénévoles recherchées pour le TEDx Ville Marie ED 2025, plusieurs ressources en mathématiques, un projet de recherche sur le feedback, enseigner les saines habitudes de vie à l'aide du numérique, un balado sur la sobriété numérique, et bien plus!

Déjouer les algorithmes avec le balado Empreinte numérique!

Communiqué - Dans le dernier épisode de la saison 2 du balado Empreinte numérique, explorez l'univers fascinant des algorithmes.

L’intelligence artificielle accompagnera les élèves français

La France deviendra le premier pays à généraliser l’usage d’une intelligence artificielle à tous les élèves d’un même niveau pour les accompagner dans leur progression scolaire. L’outil sera offert à tous les élèves de seconde (environ 15 ans) à partir de la rentrée 2024. Le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, Gabriel Attal, en a fait l’annonce en décembre 2023.