Cognition, motivation et émotions : considérations théoriques pour accroître l’impact de l’enseignement

La motivation... un sujet qui préoccupe plusieurs enseignants, particulièrement pendant la pandémie. On ressort aujourd'hui un document datant de quelques années qui permet de se replonger au coeur des principes de la motivation scolaire, en lien notamment avec les émotions.

Publié le :

Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :

Traduction anglaise automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) peuvent se glisser! 😉

La motivation… un sujet qui préoccupe plusieurs enseignants, particulièrement pendant la pandémie. On ressort aujourd’hui un document datant de quelques années qui permet de se replonger au coeur des principes de la motivation scolaire, en lien notamment avec les émotions.

Selon l’approche cognitiviste et pour bon nombre d’enseignants, la motivation fait partie des composantes du succès de l’apprenant. Comme on peut le lire dans le Mémento pédagogique : petit guide pour grands enseignants (2010), la motivation scolaire est essentiellement définie comme l’engagement, la participation et la persistance de l’élève dans une tâche. Les émotions peuvent également être étroitement liées à la motivation.

Dans la préface du Mémento pédagogique : petit guide pour grands enseignants, on présente l’ouvrage comme s’adressant « aux personnes désireuses d’accroître l’impact de leur enseignement auprès des étudiantes et des étudiants. » Pour y arriver, les deux auteurs, Mario Dubé et Jacinthe Tardif, de l’Université du Québec à Rimouski, s’appuient sur des fondements scientifiques expliquant le processus d’apprentissage. 

Un chapitre est consacré à la motivation. « Comme pour la construction du savoir, l’apprenant façonne la motivation scolaire en conséquence de ses expériences passées, de ses réussites comme de ses échecs », peut-on y lire. De plus, les auteurs rappellent que la motivation est « un état dynamique qui a ses origines dans les perceptions qu’un élève a de lui-même et de son environnement et qui l’incite à choisir une activité, à s’y engager et à persévérer dans son accomplissement afin d’atteindre un but. » 

Alors, comment cultiver la motivation en situation d’enseignement à distance? Les considérations théoriques rappelées dans cet ouvrage sauront certainement inspirer, même si elles n’examinent pas directement cette forme d’apprentissage. 

Trois principes de base

Selon St-Onge (1990), cité dans le Mémento, « une relation d’étude ne peut être établie que lorsqu’une situation d’enseignement répond à trois conditions essentielles :

  • L’enseignant est un motivateur qui sait capter et conserver l’attention de l’apprenant 
  • Le contenu est présenté de façon à donner du sens pour l’apprenant
  • Les émotions de l’apprenant sont associées à l’activité d’apprentissage »

Pour mieux les comprendre, les auteurs du Mémento ont retenu « les six caractéristiques spécifiques de la motivation scolaire présentées par Bennett et Rolheiser (2006) : le succès, la pression, le sens, le climat favorable, l’intérêt et la connaissance des résultats ». On en résume quelques-unes.

Le succès

« Si l’étudiant se perçoit clairement en situation de réussite, il aura davantage confiance et plus grande sera sa motivation à accomplir la tâche. Par le fait même, il réussira plus facilement. » En tant qu’enseignant, affirmer et démontrer la confiance envers le succès des élèves est une bonne stratégie. Un autre moyen des de permettre aux élèves de constater par eux-mêmes le chemin parcouru à l’aide d’un récapitulatif à la fin de la séance en ligne. 

Le sens

« Plus l’apprenant voit les différents liens entre les notions présentées, plus il sera porté à s’investir dans ses études et, par le fait même, en mesure de réaliser des apprentissages en profondeur. » La mise en contexte est une bonne façon de rendre l’apprentissage concret pour lui donner du sens. Ce peut être d’utiliser  la situation actuelle pour présenter des exemples et des contres-exemples à partir du quotidien de l’élève à la maison.

Les connaissances antérieures

« Le moment où la nouvelle information entre dans la mémoire à court terme pour être traitée et transformée en nouvelles connaissances doit être reliée à d’autres dans la mémoire à long terme. » Commencer la séance en ligne par une vérification des préacquis cognitifs de vos élèves est une bonne façon d’y parvenir. Ce temps ainsi consacré au rappel des connaissances antérieures servira de point d’ancrage solide à la nouvelle information. Ce sujet vous intéresse? Découvrez le Mémento pédagogique : petit guide pour grands enseignants pour l’approfondir et trouver des propositions de stratégies pédagogiques. Vous pourriez aussi être intéressé à écouter cette vidéo de la série des Rendez-vous pédagogiques de l’École branchée qui présente le témoignage de l’enseignante Danis Michaud, à propos de motivation et d’engagement des élèves.

Vos commentaires sur l'article

Pour commenter cet article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est possible de commenter directement sur Facebook, Twitter ou LinkedIn.

Publicité par Google


À propos de l'auteur

Maryline Barrette Dubé
Diplômée d’un baccalauréat en communication publique, « marketer » depuis plus de 15 ans, Maryline oeuvre au rayonnement des activités de l’École branchée et à faire connaître le mandat de l’organisation depuis 2018. C'est une maman dévouée, épicurienne assumée et amateure de IPA qui, dans ses temps libres, aime bloguer.

Ces textes pourraient aussi vous intéresser :

Quelques annonces

Vous avez une nouvelle à nous communiquer?

Écrivez-nous sans tarder à info@ecolebranchee.com

Vous pouvez aussi publier votre propre texte!
Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Recevez les nouvelles de l’École branchée

L‘École branchée | Hebdo, la publication qui alimente votre boîte courriel pour que vous ne manquiez rien!