ANNONCE
L'École branchée, un organisme à but non lucratif
ANNONCE

4 étapes pour favoriser l’engagement des élèves dans les projets scolaires

Dans son mémoire de maîtrise, l’enseignant Stéphane Côté a identifié 4 points qui semblent être des facteurs clés pour favoriser l’engagement de haut niveau des élèves dans les projets scolaires. Derrière chaque élément se trouve un concept central de l’approche : la motivation personnelle des jeunes.

Publié le :

Classé dans :

Attention! Ce contenu a été mis à jour il y a plus de 3 ans. Il pourrait contenir des liens qui ne fonctionnent plus. Vous aimeriez que notre équipe le révise? N'hésitez pas à nous écrire!

Array

Dans son mémoire de maîtrise, l’enseignant Stéphane Côté a identifié 4 points qui semblent être des facteurs clés pour favoriser l’engagement de haut niveau des élèves dans les projets scolaires. Derrière chaque élément se trouve un concept central de l’approche : la motivation personnelle des jeunes.

Ces 4 recommandations sont une sorte de conclusion à son projet de mémoire de maîtrise. Elle datent de… 2008, mais sont encore tout à fait d’actualité! On peut consulter le texte complet sur son site.

 

1. Penser à la motivation des élèves avant même le contenu disciplinaire

Les recherches de l’enseignant lui ont permis d’identifier qu’une erreur souvent commise par les pédagogues est de créer un climat favorisant la motivation extrinsèque plutôt qu’intrinsèque des élèves. Ainsi, ces derniers font des efforts dans le but d’avoir de bons résultats, et non pour se réaliser eux-mêmes. De plus, trop d’enseignants se basent d’abord sur le contenu disciplinaire à acquérir dans l’élaboration d’une démarche pédagogique. « En agissant de la sorte, l’élève reconnaît très vite qu’un projet est en fait une production écrite, ou encore, une recherche, une lecture… », estime M. Côté. Celui-ci ne dit pas qu’il ne faut pas penser à la matière, au contraire. Selon lui, il ne suffit que d’une période par jour consacrée à des projets axés avant tout sur la motivation pour que les habiletés d’autonomie et d’engagement des jeunes se diffusent vers les autres périodes plus directement académiques. Avec cette approche, il a trouvé que l’élève apprend à s’adapter à la réalité du projet plutôt que de s’attendre à ce qu’on adapte l’environnement à lui.

 

2. Scinder le projet en plusieurs étapes

Dans son mémoire, Stéphane Côté indique avoir remarqué que l’engagement de tous les élèves s’accentue à mesure qu’un projet avance « grâce à la planification d’étapes simples, claires et significatives. » Il faut bien sûr doser entre des étapes « très intéressantes » pour les élèves et d’autres favorisant le développement des compétences disciplinaires. Il cite par exemple le fait d’écrire un scénario cohérent et grammaticalement correct avant de passer à l’écriture sous forme de bande dessinée, ou encore de s’assurer de la qualité parfaite de la langue sur une affiche avant de l’imprimer pour la diffuser. Selon lui, une étape de projet minutieusement planifiée fait en sorte que la tâche elle-même commande l’investissement de la part de l’élève, sans nécessairement que l’enseignant ait à intervenir.

 

3. Changer l’approche de l’enseignant

Pour réussir en tant qu’enseignant dans une telle approche par projet, M. Côté explique qu’il n’est plus possible de coordonner la matière académique vue en fonction des délais entre les bulletins. Chaque équipe d’élèves avançant à son propre rythme, l’enseignant se doit d’être un guide, mais non un prescripteur. Ainsi, les étapes du projet doivent être clairement définies pour les différentes équipes dans un document auquel les apprenants se réfèreront souvent, par exemple en les inscrivant au tableau, sur une page Web (pratique pour véhiculer l’information aux parents) ou encore dans un livret.

 

4. Intégrer les TIC

Les TIC dans un projet favorisant un haut degré de motivation des élèves ne devraient surtout pas se résumer à mettre au propre une production écrite! Même si l’enseignant ne se sent pas tout à fait à l’aise, M. Côté rappelle que « son rôle dans le projet doit rester au niveau de l’évolution du jeune, et non de devenir un opérateur informatique qui saura répondre aux problèmes techniques. » Il se doit selon lui de proposer l’utilisation des TIC et, ensuite, d’amener son groupe à trouver les réponses aux problématiques rencontrées. Il suggère entre autres l’instauration d’un conseil de projet. « Ce pourrait être une solution à ce manque [technique] chez l’enseignant, par exemple. Une réunion spontanée permettrait à une équipe d’énoncer ses problèmes, puis d’écouter la réponse d’une autre sur les stratégies qu’elle aurait employées afin de répondre à un problème similaire. »

 

À propos de l'auteur

Audrey Miller
Audrey Millerhttps://ecolebranchee.com
Directrice générale de l'École branchée, Audrey détient une formation universitaire de 2e cycle en technologies éducatives et un baccalauréat en communication publique. Membre de l'Ordre de l'Excellence en éducation du Québec, elle s'intéresse particulièrement au développement professionnel des enseignants, à l'information à l'ère du numérique et à l'éducation aux médias, tout en s'activant à créer des ponts entre les acteurs de l'écosystème éducatif depuis 1999.

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés de l'École branchée!


Vos commentaires

Pour commenter un article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est aussi possible de commenter directement sur Facebook, Twitter, Instagram ou LinkedIn.

Reproduction de textes

Toute demande de reproduction des articles de l'École branchée doit être adressée à l'organisme de gestion des droits Copibec.

Faites briller vos projets d'école et pratiques gagnantes!

L'École branchée fait circuler l'information dans le milieu scolaire afin d'alimenter la veille professionnelle et valoriser les initiatives émanant du terrain. Allez-y, proposez-nous un texte! >

À lire aussi

Motivation scolaire : les enseignants jouent un rôle plus important que les parents

À partir des résultats de leur plus récente étude, Julien Bureau et Frédéric Guay de l'Université Laval réaffirment l'effet enseignant pour mobiliser la motivation des jeunes et les guider vers la réussite. « L'enseignant dispose d'un contexte d'apprentissage privilégié », écrivent-ils.

Voici comment les élèves du secondaire au Québec ont vécu une année scolaire en pandémie

La professeure Sylvie Barma et ses collègues de l’Université Laval ont sondé des adolescents québécois au sujet de la pandémie. Ceux-ci ont trouvé particulièrement difficile le climat d’incertitude qui régnait. « Le lieu physique d’apprentissage fluctuait d’une façon imprévisible pour eux. » Ils n’ont pas aimé les changements dans leur routine et une majorité disait s’ennuyer de l’école, ce qui a beaucoup joué sur leur motivation scolaire. Lisez pour d'autres constats!

La cybersécurité : pistes et ressources pour la comprendre et l’expliquer

Octobre est le mois de la sensibilisation à la cybersécurité. Il s’agit d’une belle occasion de démystifier la thématique afin de pouvoir l’aborder en classe avec les élèves. Comme enseignant, il faut d’abord en saisir les subtilités avant de pouvoir l’expliquer. Nous en avons discuté avec la conseillère pédagogique Julie April, du RÉCIT.