L’entrepreneuriat à l’école : un tremplin vers la confiance en soi des élèves et la motivation professionnelle des enseignants

0

QUÉBEC, le 30 mars 2011 /CNW Telbec/ – Le Concours québécois en entrepreneuriat est fier de rendre public aujourd’hui le rapport complet de l’analyse des retombées et des facteurs de succès des projets entrepreneuriaux réalisés dans les écoles primaires et secondaires du Québec situées en milieu défavorisé1, et ce, dans le cadre du projet Valoris. Plus de 800 jeunes et 50 enseignants, en provenance de cinq régions du Québec (Capitale-Nationale, Chaudière-Appalaches, Estrie, Mauricie et Montréal), ont participé à cette démarche au cours de l’année scolaire 2009-2010.

Les constats issus de cette enquête sont très révélateurs. Comme le mentionnait la présidente et directrice générale du Concours, Natacha Jean : «  Bien que nous soyons des témoins privilégiés de l’entrepreneuriat en milieu scolaire, nous sommes positivement impressionnés des résultats de Valoris. Ces données confirment l’étendue des bienfaits des projets entrepreneuriaux, tant chez les jeunes que chez leurs enseignants. »

Des jeunes plus confiants, motivés et ayant retrouvé leur pouvoir d‘action
« Je sais maintenant que je peux aller loin dans la vie. » – élève de 16 ans en adaptation scolaire

Au cours du projet entrepreneurial, les élèves sont invités à prendre des décisions, des responsabilités et à trouver des idées. Ils prennent alors conscience de leurs habiletés, allant même parfois jusqu’à changer la perception qu’ils ont d’eux-mêmes. D’ailleurs, 95 % des enseignants ont observé que le projet entrepreneurial a permisd’augmenter la confiance en soi d’un élève en difficulté d’apprentissage, 82 %des élèves ont affirmé que le projet les a rendus fiers d’eux-mêmes et 77 % des élèves se disent plus confiants à la suite de cette expérience.

Aussi, la motivation scolaire fait partie des retombées positives de l’entrepreneuriat chez les élèves. En effet, 97 % des enseignants sont d’avis que le projet entrepreneurial a permis d’augmenter la motivation des élèves d’être en classe, 99 %des enseignants affirment que le sentiment d’appartenance des élèves à l’école a augmenté et 66 % des élèves ont affirmé que le projet les a motivés à aller à l’école.

En outre, le projet entrepreneurial a permis de développer le profil entrepreneurialdes élèves, selon 98 % des enseignants. Le sens des responsabilités, la persévérance et l’esprit d’équipe sont les qualités mentionnées le plus fréquemment par les élèves eux-mêmes lorsque la question leur a été posée. Les élèves ont également appris à se connaître davantage à travers le projet et à se découvrir de nouveaux talents (selon 96 % des enseignants).

Des enseignants plus heureux dans leur travail et parvenant à s’adapter à leurs élèves
«  Réaliser le projet m’a rappelé pourquoi je suis partie en enseignement.
C’est ce qui me motive à garder les deux pieds dans le métier! » – enseignante au secondaire

Les bienfaits des projets entrepreneuriaux sont également probants chez les enseignants eux-mêmes. En effet, tous les enseignants sondés ont affirmé avoirapprécié leur expérience entrepreneuriale et 91 % d’entre eux ont affirmé que cela a engendré leur plaisir d’enseignerHuit enseignants rencontrés en entrevue sur dixont souligné spontanément à quel point l’entrepreneuriat les motivait dans leur pratique.

Aussi, selon 94 % des enseignants, le projet entrepreneurial leur permet de renouveler leurs pratiques d’enseignement et tous ceux rencontrés en entrevues ont affirmé intégrer leur contenu disciplinaire au projet, et ce, quelle que soit la discipline. Il s’agit en effet, pour ces enseignants, d’une façon différente d’enseigner, en vue de s’adapter à leurs élèves et de donner plus de sens aux apprentissages. Plusieurs d’entre eux nous confient qu’ils ne se verraient plus enseigner autrement, puisque leurs élèves sont mobilisés autour d’un objectif commun (94 %) et que réaliser un projet entrepreneurial leur permet de réaliser de nouveaux défis (95 %).

Somme toute, considérant les enjeux actuels en matière d’éducation, l’entrepreneuriat à l’école s’inscrit comme un facteur favorisant l’engagement des élèves et des enseignants.

Des éléments clés maximisant ces retombées positives
Dix facteurs de succès ont été soulevés comme étant des éléments facilitant la réalisation des projets entrepreneuriaux en classe et permettant d’en maximiser les bienfaits.

  1. Motivation et conviction de l’enseignant;
  2. Appropriation du projet par les élèves;
  3. Participation équitable de tous les élèves impliqués;
  4. Défi réaliste pour tous… tant pour les élèves que les enseignants;
  5. Visibilité du projet à l’extérieur de la classe;
  6. Rétroaction avec les élèves;
  7. Planification adéquate;
  8. Fréquence des projets entrepreneuriaux dans leur parcours;
  9. Soutien du milieu;
  10. Accès aux ressources.

Un rapport détaillé disponible en ligne
La présentation explicite des résultats de Valoris est disponible en ligne à concours-entrepreneur.org sous Entrepreneuriat ciblé.

Vous y trouverez l’ensemble des retombées et les facteurs de succès identifiés parValoris au cours de l’année scolaire 2009-2010, ainsi qu’une vidéo promotionnellemettant en lumière des élèves et leurs enseignants, impliqués dans la réalisation d’un projet entrepreneurial en classe.

Rappelons que le projet Valoris est initié par le Concours québécois en entrepreneuriat et a pour mission d’encourager la réalisation de projets entrepreneuriaux dans les écoles primaires et secondaires du Québec situées en milieu défavorisé. Valoris est appuyé financièrement par le Secrétariat à la jeunesse, le ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale et le Forum jeunesse de la Capitale-Nationale.

1 Selon l’indice de milieu socio-économique du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport.

Laisser un commentaire