L'École branchée, un organisme à but non lucratif
ANNONCE
0,00 $

Votre panier est vide.

Le Vérificateur général du Québec étudie l’impact de la pénurie de personnel enseignant sur la qualité de l’enseignement 

La vérificatrice générale du Québec, Guylaine Leclerc, vient de rendre public son tome de mai 2023 du Rapport du Vérificateur général du Québec. L’un des chapitres concerne le recrutement, la rétention et la qualité de l’enseignement dans les écoles de la province. Les travaux réalisés concluent que, malgré les signaux annonciateurs de la pénurie, on ne dispose toujours pas de données complètes et à jour pour y faire face. Voyons de plus près le contenu du rapport.

Publié le :

Classé dans :
ANNONCE

La vérificatrice générale du Québec, Guylaine Leclerc, vient de rendre public son tome de mai 2023 du Rapport du Vérificateur général du Québec. L’un des chapitres concerne le recrutement, la rétention et la qualité de l’enseignement dans les écoles de la province. Les travaux réalisés concluent que, « malgré les signaux annonciateurs de la pénurie, le ministère de l’Éducation (MEQ) ne s’est pas assuré de disposer de données complètes et à jour » pour y faire face. D’ailleurs, encore aujourd’hui, les causes et les enjeux reliés à la pénurie sont mal connus. Voyons de plus près le contenu du rapport.

Les travaux menés par le Vérificateur général (VG) du Québec avaient pour objectif de « déterminer si le MEQ et les CSS audités s’assurent d’avoir le personnel enseignant adéquat afin, notamment, de favoriser la réussite scolaire des élèves inscrits à la formation générale des jeunes ». Ils concernaient uniquement les établissements de la formation générale des jeunes du secteur public et ont été conduits du 1er juillet 2019 au 30 juin 2022. En plus du MEQ, les CSS Marie-Victorin, des Navigateurs, des Phares et la Commission scolaire Sir-Wilfrid-Laurier ont été auditées.

Les travaux avaient débuté avant la pandémie, car la situation était déjà préoccupante. « En 2004, le Conseil supérieur de l’éducation se disait préoccupé par une possible pénurie

d’enseignants et mentionnait que la question du recrutement devait constituer une priorité en raison de son impact sur la qualité des services éducatifs offerts aux élèves. En 2009, une analyse produite par le MEQ a également soulevé l’enjeu du manque d’enseignants qualifiés », lit-on dans le rapport.

Au cours de l’année scolaire 2020-2021, le VG a observé que plus du quart des enseignants en poste étaient non légalement qualifiés, soit plus de 30 000 personnes. Il s’agissait principalement de suppléants, qui ont travaillé l’équivalent de 8,3 % des jours totaux travaillés par l’ensemble du personnel enseignant.

La difficulté à recruter, qui contraint les centres de services scolaires (CSS) à embaucher de plus en plus de personnes non légalement qualifiées pour enseigner, est bien réelle. La situation n’aurait d’ailleurs pas changé depuis 2020-2021 : « Durant la rentrée scolaire 2022-2023, plusieurs postes d’enseignants à temps plein et à temps partiel sont restés vacants ». Immanquablement, cela « nuit à la qualité de l’enseignement au primaire et au secondaire », conclut le VG. 

Source : rapport du VG

Note : Parmi les 3 778 détenteurs d’une tolérance d’engagement, les trois quarts détenaient un baccalauréat ou une maîtrise dans une discipline autre que l’enseignement. Quant aux 26 743 enseignants sans autorisation, le MEQ ne dispose d’aucune information sur leur profil scolaire.

Situation prévisible, données manquantes

Dans son rapport, le VG conclut qu’« alors que cette situation était prévisible, le MEQ et les CSS n’ont toujours pas une information complète et fiable sur ses causes ni sur les enjeux qui y sont liés ». ll est précisé que « bien que le MEQ questionne fréquemment les CSS pour tenter d’obtenir un portrait de la situation, celui-ci est incomplet, notamment parce que certains CSS ne répondent pas aux demandes du MEQ ». 

De plus, il semble que les mécanismes de suivi de la qualité de l’enseignement sont complexes à implémenter. À ce sujet, les directions d’école rencontrées « disent ne pas avoir le temps suffisant pour la supervision pédagogique et l’évaluation des enseignants », leurs tâches administratives ne leur laissant pas suffisamment de temps pour ce faire.

Finalement, on note la nécessité de se doter d’un plan d’action global et concerté et de mesures efficaces, avec une vision globale et un suivi des résultats. 

Les constats en bref

  1. L’information détenue par le MEQ et les CSS audités ne permet pas de bien cerner les causes de la pénurie et de connaître l’ampleur des enjeux de recrutement et de rétention d’enseignants qualifiés. 
  2. Les actions des CSS audités et l’encadrement du MEQ visant à suivre et à assurer la qualité de l’enseignement devront être améliorées. 
  3. Il faudra rapidement un plan d’action global mobilisant les acteurs du milieu de l’éducation pour mettre en place des mesures efficaces pour contrer la pénurie d’enseignants qualifiés. 

Conséquences sur les élèves

La diminution de la qualité de l’enseignement est l’une des principales répercussions de la pénurie qui ont été identifiées par les nombreux acteurs de l’éducation que le VG a rencontré (plus d’une centaine d’acteurs du milieu et 44 directions d’écoles des CSS audités). « Ces problèmes sont d’autant plus inquiétants qu’ils s’ajoutent aux retards d’apprentissage que le Vérificateur général a soulevés dans son rapport d’audit Enseignement à distance durant la pandémie de COVID-19 publié en décembre 2022 ».

Source : rapport du VG

Supervision pédagogique, évaluation, insertion professionnelle et formation continue 

Parmi les mécanismes identifiés pour assurer un suivi de la qualité de l’enseignement (même en période de pénurie), on retrouve la supervision pédagogique, l’évaluation, l’insertion professionnelle et la formation continue. Les travaux ont montré la nécessité d’en faire plus à ce sujet dans les CSS audités.

À titre d’exemple, mentionnons que, « pour l’année 2020-2021, si on ne considère que les 72 696 enseignants à temps plein (60 723) et à temps partiel (11 973), les 39 000 jours de formation payés représentent en moyenne seulement 0,5 jour par enseignant ».

« Comme les approches pédagogiques évoluent dans le temps, il est aussi primordial de s’assurer que les enseignants mettent à jour leurs compétences tout au long de leur carrière. » 

Le VG rappelle l’obligation du MEQ d’assurer la qualité de l’enseignement pour tous les élèves du Québec. « La Loi sur l’instruction publique précise que le ministre veille à la qualité des services éducatifs dispensés par les CSS ». De son côté, le MEQ a répondu au VG qu’ils « n’a pas mis en place de mécanisme de suivi de la formation continue de chacun des enseignants, parce que cette responsabilité est dévolue, en vertu de la LIP [Loi sur l’instruction publique], aux directions d’établissement ».

La nécessité d’un plan concerté

Selon le VG, « il est important d’adopter rapidement un plan d’action global contenant des actions efficaces afin de redresser la situation ». Face à la complexité de la situation, la participation des acteurs du milieu de l’éducation, tels que le MEQ, les CSS, le ministère de l’Enseignement supérieur, les établissements universitaires, les

syndicats, les directions d’école et les enseignants, sera nécessaire à l’élaboration de ce plan d’action qui devrait permettre de mieux cerner les enjeux et d’identifier les meilleures solutions.

Pour le moment, les initiatives mises en place localement semblent réparties « dans plusieurs documents » et incomplètes. Selon le VG, elles devraient mieux préciser les responsables des actions, les résultats attendus et les échéances.

Recommandations au ministère de l’Éducation du Québec

  1. Disposer d’une information complète et fiable sur les besoins du réseau en termes d’enseignants qualifiés ainsi que sur les enjeux liés à la pénurie.
  2. Encadrer adéquatement le suivi de la qualité de l’enseignement et l’accompagnement des enseignants.
  3. Mettre en oeuvre, de concert avec l’ensemble des acteurs concernés, un plan d’action complet et cohérent pour faire face à la pénurie d’enseignants qualifiés.

Recommandations à la commission scolaire et aux centres de services scolaires audités

  1. Disposer d’une information complète et fiable sur leurs besoins en termes d’enseignants qualifiés ainsi que sur les enjeux liés à la pénurie.
  2. Assurer le suivi de la qualité de l’enseignement et l’accompagnement des enseignants.
  3. Mettre en oeuvre un plan d’action complet pour faire face à la pénurie d’enseignants qualifiés et s’assurer de sa cohérence avec celui du ministère de l’Éducation du Québec.

Consulter le rapport complet.

– –

En complément : 

  • En 2020-2021, le réseau scolaire public québécois comptait, à la formation générale des jeunes, 111 000 enseignants (à temps plein, à temps partiel, suppléants ou à la leçon) pour 972 000 élèves. Ces enseignants étaient répartis dans les 72 centres de services scolaires (CSS) ou commissions scolaires (CS) du réseau : 60 francophones, 9 anglophones et 3 à statut particulier.
  • La Loi sur l’instruction publique prévoit que, pour enseigner au Québec, une personne doit détenir une autorisation d’enseigner délivrée par le ministre de l’Éducation. Il s’agit généralement d’un brevet d’enseignement obtenu à la suite d’un baccalauréat de quatre ans ou d’une maîtrise qualifiante. Sous certaines conditions, un permis probatoire ou une autorisation provisoire d’enseigner peuvent également être accordés.
  • La loi prévoit aussi qu’exceptionnellement, le ministre de l’Éducation peut autoriser un CSS à engager une personne qui n’est pas titulaire d’une autorisation d’enseigner, notamment en délivrant une tolérance d’engagement. Celle-ci permet d’embaucher des candidats n’ayant pas de formation en enseignement lorsque aucun personnel qualifié n’est disponible.

À propos de l'auteur

Martine Rioux
Martine Rioux
Après des études en communication publique, Martine a été journaliste pour différentes publications, avant de poursuivre sa carrière comme conseillère en communications interactives chez La Capitale, groupe financier, puis chez Québec numérique, organisme dont elle a pris la direction générale avant de faire le saut comme conseillère politique au cabinet du ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale. Elle est aujourd'hui rédactrice en chef adjointe et chargée de projets spéciaux à l'École branchée. Son rêve : que chacun ait accès à la technologie et puisse l'utiliser comme outil d’apprentissage et d’ouverture sur le monde.

Vos commentaires

Pour commenter ce sujet et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est aussi possible de commenter directement sur Facebook, Twitter ou LinkedIn.

Vous avez une nouvelle à nous communiquer ou souhaitez publier un témoignage?

Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés de l'École branchée!





Ces textes pourraient aussi vous intéresser :

Les modèles d’abonnements offerts par l’École branchée aux CS et CSS : Un soutien complet pour la formation continue des enseignants

L'École branchée, avec son magazine éponyme et ses services complémentaires, propose une variété de modèles d'abonnements destinés à soutenir la formation continue du personnel enseignant. Cet article présente les différents scénarios choisis par les centres de services scolaires (CSS) abonnés et met en évidence les avantages qu'ils offrent aux enseignants.

Le marché du travail change et les jeunes ont besoin d’aide pour s’y retrouver

Le marché de l’emploi a bien changé depuis la création du service de mentorat virtuel Academos en 1999. Alors que les possibilités d’emploi se faisaient plutôt rare à l’époque pour les jeunes, celles-ci ne cessent de se multiplier. Le besoin de « s’orienter » devient de plus en plus grand pour les aider à ouvrir leurs horizons et à faire des choix éclairés. Rencontre avec Catherine Légaré, présidente-fondatrice d’Academos.

Balado De la nuance en éducation épisodes 5 et 6 – regard sur le temps

Dans ces deux épisodes du balado De la nuance en éducation, Marc-André Girard aborde le rapport au temps que l'on entretient dans le milieu de l'éducation. Avez-vous deux minutes pour écouter?

La pédagogie relationnelle au cœur de la classe du 21e siècle

Philippe Longchamps, enseignant d’origine québécoise expatrié en Suède depuis une vingtaine d’années, était de passage au Québec pour présenter une conférence au Congrès 2023 de l’Institut des troubles apprentissages. Il a parlé de l’importance pour les enseignants de développer davantage de stratégies d'enseignement multimodales, adaptées à la neurodiversité. Selon lui, les compétences transversales et les technologies éducatives doivent être bien présentes dans les salles de classe afin de mieux rejoindre les élèves de tous les profils.