ANNONCE
L'École branchée, un organisme à but non lucratif
ANNONCE

VATT : Un nouveau cadre théorique pour l’adoption d’outils numériques ayant une plus-value pour l’enseignement

On le constate : le numérique n'est plus tant une nouveauté dans la plupart des salles de classe. Mais comment s’assurer que les usages qu’on en fait sont réellement efficaces et utiles à l’école? Comment déterminer si un outil offre une réelle plus-value? C’est pour aider les acteurs du milieu scolaire à répondre à cette importante question et à mieux tirer parti des possibilités de la technologie que le groupe américain Leading Educators, composé d’enseignants, de dirigeants d'écoles et de systèmes, de chercheurs et d’experts du monde entier, a développé le cadre Value Add of Technology on Teaching (VATT) (Cadre de valeur ajoutée de la technologie pour l'enseignement).

Publié le :

Classé dans :
ANNONCE

par Audrey Miller

On le constate : le numérique n’est plus tant une nouveauté dans la plupart des salles de classe. Mais comment s’assurer que les usages qu’on en fait sont réellement efficaces et utiles à l’école? Comment déterminer si un outil offre une réelle plus-value? C’est pour aider les acteurs du milieu scolaire à répondre à cette importante question et à mieux tirer parti des possibilités de la technologie que le groupe américain Leading Educators, composé d’enseignants, de dirigeants d’écoles et de systèmes, de chercheurs et d’experts du monde entier, a développé le cadre Value Add of Technology on Teaching (VATT) (Cadre de valeur ajoutée de la technologie pour l’enseignement).

S’inscrivant en appui aux autres cadres théoriques bien connus, tels que SAMR, TPACK ou les normes de l’ISTE pour les enseignants, VATT souhaite offrir une perspective holistique, contextualisée et centrée sur l’enseignant.

Les trois propositions de valeur ajoutée

D’abord, il met en évidence trois propositions de valeur ajoutée de la technologie, représentant des moyens par lesquels le numérique peut avoir un impact positif sur la pratique enseignante. Ces valeurs ajoutées se veulent distinctes, interdépendantes et tenant compte du contexte et des conditions de chaque école et salle de classe, ainsi que des caractéristiques du personnel enseignant. Voilà qui est ambitieux. Allons voir de plus près. 

Selon le cadre VATT, le numérique en éducation offre une valeur ajoutée lorsqu’il permet de :

Faire plus (augmenter la capacité)

Les enseignants mentionnent souvent des contraintes telles que le manque de temps, de capacité et de ressources pour améliorer l’efficacité de leurs pratiques. C’est ici que les outils et plateformes technologiques favorisant l’accès rapide aux ressources pédagogiques et offrant la possibilité de réaliser des tâches et d’organiser des données et de l’information, entre autres, constituent des leviers pour dégager un temps précieux qui permet enfin de travailler à augmenter l’efficacité dans d’autres domaines.

Faire mieux (augmenter l’efficacité)

Une technologie qui renforce l’impact sur la réflexion et l’engagement des élèves, la qualité des stratégies pédagogiques et la réactivité aux besoins individuels offre assurément une plus-value. En effet, les meilleures pratiques en matière d’enseignement amélioré par la technologie ont le potentiel de favoriser de meilleurs résultats d’apprentissage pour les élèves, car elles sont globalement diagnostiques, adaptables individuellement et réactives immédiatement. De plus, les enseignants peuvent accéder à des analyses d’apprentissage clairement définies pour soutenir leurs propres pratiques réflexives, ce qui augmente leur efficacité. 

Faire « nouveau », ou autrement (plus de possibilités)

Certains outils technologiques permettent de repousser les limites habituelles et invitent à la créativité et à l’innovation dans la pratique. En effet, la technologie est une des clés dont les élèves ont besoin pour être innovants et transformer notre société actuelle. La capacité d’un enseignant à exploiter les possibilités offertes par les ressources numériques permet aux élèves de mettre pleinement en œuvre leurs atouts lorsqu’ils démontrent leur apprentissage.

Les domaines d’impact

Selon le cadre VATT, une fois que l’on détermine si un outil technologique permet de faire plus, mieux ou autrement, il est temps d’analyser son impact possible. 

La grille d’évaluation est divisée en trois domaines d’impact qui reflètent les principales responsabilités du personnel enseignant dans divers contextes. Ces contextes englobent notamment, mais sans s’y limiter, les matières à enseigner, le niveau scolaire et la situation géographique. Il s’agit de :

  • Enseignement et apprentissage
  • Communauté et culture de la classe
  • Pratique et développement professionnel

Les domaines d’impact sont alignés sur les cadres d’évaluation pédagogique et d’enseignement courants et les grandes catégories de produits technologiques éducatifs et de cas d’utilisation de la technologie sur le marché. Il existe également un guide de réflexion quantitative pour opérationnaliser le cadre et permettre aux utilisateurs de générer une mesure de croissance de l’impact pédagogique grâce à la technologie.

Alors, ce nouvel outil numérique vous permettra-t-il de faire quelque chose de plus, de mieux ou de nouveau? Et si oui, aura-t-il un impact sur l’enseignement ou l’apprentissage, sur la communauté et la culture de la classe ou sur votre pratique ou développement professionnel? Si oui, il reste un troisième niveau de réflexion, selon le cadre VATT. 

Alors, adopter, adapter ou abandonner?

L’outil de réflexion VATT peut enfin aider le personnel à déterminer si l’impact positif d’une pratique technologique sur l’apprentissage, l’enseignement, la culture de classe ou le développement professionnel est susceptible de se poursuivre. Voici trois avenues possibles sur la question : 

On adopte, si l’utilisation de cette pratique ou outil permet d’atteindre ou de dépasser les résultats souhaités.

On adapte, si des itérations supplémentaires sont nécessaires pour obtenir les résultats souhaités avec cette pratique ou outil technologique.

On abandonne, si les outils conçus pour soutenir cette pratique entravent ou minent les résultats souhaités.

Ressources : Sheninger, E. (2022) Revisiter le modèle SAMR pour l’intégration des TIC et l’apprentissage dans l’action. L’École branchée, 25(1). En ligne : https://ecolebranchee.com/revisiter-le-modele-samr-pour-lintegration-des-tic-et-lapprentissage-dans-laction/

À propos de l'auteur

Audrey Miller
Audrey Millerhttps://ecolebranchee.com
Directrice générale de l'École branchée, Audrey détient une formation universitaire de 2e cycle en technologies éducatives et un baccalauréat en communication publique. Membre de l'Ordre de l'Excellence en éducation du Québec, elle s'intéresse particulièrement au développement professionnel des enseignants, à l'information à l'ère du numérique et à l'éducation aux médias, tout en s'activant à créer des ponts entre les acteurs de l'écosystème éducatif depuis 1999.

Vos commentaires

Pour commenter un article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est aussi possible de commenter directement sur Facebook, Twitter, Instagram ou LinkedIn.

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'infolettre Hebdo mardi #Actu et vendredi #DevProf pour ne rien manquer des nouveautés de l'École branchée!


Faites briller vos projets pédagogiques et pratiques gagnantes!

Chaque histoire positive a le potentiel d'inspirer d'autres acteurs de l'éducation à innover pour améliorer la réussite éducative! L'École branchée vous offre ses pages pour faire circuler l'information dans le milieu scolaire, alimenter la veille professionnelle et valoriser les initiatives émanant du terrain. Allez-y, proposez-nous un texte! >

Reproduction de textes

Toute demande de reproduction des articles de l'École branchée doit être adressée à l'organisme de gestion des droits Copibec.

À lire aussi

L’agentivité : un puissant facteur de développement de l’identité professionnelle

Découvrez comment Sandy Groleau, enseignante en insertion professionnelle à l’école l’Accueil, du Centre de services scolaire de la Beauce-Etchemin, a embrassé le mouvement de changement qui était en cours dès son arrivée dans sa nouvelle équipe-école. 

Pourquoi une direction devrait-elle favoriser le mouvement de changement initié par l’agentivité de son équipe-école

Découvrez comment Sylvie R. Poulin, dans son rôle de directrice à l’école l’Accueil, au Centre de services scolaire de la Beauce-Etchemin, a soutenu le mouvement de son équipe pour atteindre les objectifs du projet éducatif de l’établissement.

Accompagner le mouvement : une posture pour encourager l’agentivité

Découvrez comment Mélanie Vigneault, enseignante et conseillère pédagogique au Centre de services scolaire de la Beauce-Etchemin, accompagne le mouvement d’une équipe-école face à l’identification d’une problématique.