La roue de l’innovation pédagogique

Lors du dernier congrès de l’ACCPQ, il fut question d’innovation dans les milieux scolaires et du rôle des conseillers pédagogiques pour soutenir le tout. Notre collaboratrice Laurie nous parle des étapes et de la démarche d'engagement vers cet état d'innovation.

Publié le :

Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :

Traduction anglaise automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) peuvent se glisser! 😉

Lors du congrès de l’ACCPQ le 29 octobre dernier, il fut question d’innovation pédagogique dans les milieux scolaires et du rôle des conseillers pédagogiques. Quel est donc le rôle de chaque intervenant dans ce processus? Pour l’enseignant, il s’agit certainement d’entrer dans un engrenage : la roue de l’innovation! 

Innover, c’est faire autrement, oser changer les choses pour offrir du nouveau, du jamais vu dans un contexte précis. Dans un contexte de classe, l’innovation est différente pour chacun : personne n’est au même point sur le long chemin qu’est la pratique pédagogique. Chaque petit pas fait preuve de développement qui mène à de nouvelles habiletés ou compétences chez la personne qui s’engage. 

Première étape : ouvrir la porte

Au sens propre, ouvrir la porte revient à laisser entrer dans la classe (physiquement ou non) des spécialistes, des conseillers pédagogiques, des collègues afin que ceux-ci puissent témoigner de ce que s’y fait. Par contre, avant d’ouvrir cette porte, il faut ouvrir la porte dans notre tête, celle qui laisse entrer les nouvelles idées, celle qui nous place dans une position vulnérable. La vulnérabilité n’est pas abordée ici dans un sens péjoratif, mais dans un sens d’ouverture d’esprit et de progression. Ouvrir la porte de notre développement professionnel nous place dans une position d’apprenant. Parfois inconfortable au début, il ne faut pas sous-estimer l’importance d’oser repousser nos limites.

Concrètement, il est possible de s’ouvrir à des stratégies telles que la classe inversée par exemple pour l’utilisation d’applications méconnues, l’application de techniques d’impact avec certains élèves, etc. Sky’s the limit! L’important c’est de reconnaître la grande valeur de l’aide et de l’accepter de façon bienveillante. Ouvrir la porte ne signifie pas que la pratique enseignante est défaillante ou inappropriée, au contraire. Quelqu’un qui désire ajouter des cordes à son arc fait preuve de professionnalisme.  

Deuxième étape : continuer dans cette voie

Après l’ouverture et le recueil des commentaires et des idées, il faut continuer à s’engager. Le début du processus d’innovation est le moment de tester, de se tromper, de recommencer et d’aller plus loin dans ce que l’on désire implanter. De ce fait, il sera important et intéressant de faire appel à des spécialistes. Avec le numérique, une foule de ressources sont disponibles à distance, on peut continuer notre progression vers l’innovation à l’aide de plateformes d’autoformation en ligne, des vidéos, des articles, etc. 

Pour reprendre un exemple cité dans la première étape du processus d’innovation pédagogique, un enseignant qui désire appliquer le principe de classe inversée peut inviter un conseiller pédagogique pour l’observer et échanger sur une notion à aborder avec cette pratique. Une fois le contenu choisi et la démarche enclenchée, l’enseignant s’engage à faire un suivi sur ses difficultés rencontrées. De son côté, le conseiller pédagogique doit prendre des nouvelles et proposer des ressources intéressantes pour appuyer la démarche de son apprenant. C’est ici que prend tout le sens de la confiance en la démarche d’innovation pédagogique.  

Troisième étape : rayonner 

Auprès de ses collègues, sur les réseaux sociaux, ou de toute autre façon, il importe de faire rayonner le résultat de la démarche d’innovation pédagogique. Pourquoi? Pour contaminer les autres! Après avoir vu le succès de la démarche, d’autres enseignants décideront probablement d’essayer la même chose. Comment? En publiant les documents créés, en témoignant de votre démarche, en proposant des images (autorisées, bien sûr) ou encore en racontant à leurs collègues votre expérience. Où? Facebook, Twitter, la salle à dîner, bref, là où vous serez à l’aise. C’est ainsi que la roue opère : le rayonnement des uns ouvrira la porte aux autres. Le monde de l’éducation pourra alors devenir une immense roue de partage, de développement et de bienveillance. Innovons!


Notre équipe peut vous accompagner dans votre développement professionnel grâce aux formations CréaCamp, qui vous permettront de découvrir des outils et stratégies qui vous donneront le goût d’innover!

Vos commentaires sur l'article

Pour commenter cet article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est possible de commenter directement sur Facebook, Twitter ou LinkedIn.

Publicité par Google


À propos de l'auteur

Laurie Couture
Enseignante de français au secondaire et collaboratrice sur divers blogues, Laurie Couture se passionne pour l’écriture et pour l’aspect novateur en éducation : comment peut-on modifier ses façons de faire pour améliorer sa méthode? Elle adore découvrir, discuter et développer au sujet des pratiques probantes en lien avec les technologies. À l’aide du numérique, elle aspire à mettre sur pieds des projets et des documents répondant aux tendances actuelles et proposant des approches nouvelles.

Ces textes pourraient aussi vous intéresser :

Quelques annonces

Vous avez une nouvelle à nous communiquer?

Écrivez-nous sans tarder à info@ecolebranchee.com

Vous pouvez aussi publier votre propre texte!
Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Recevez les nouvelles de l’École branchée

L‘École branchée | Hebdo, la publication qui alimente votre boîte courriel pour que vous ne manquiez rien!