Qu’est-ce qui est inacceptable, en éducation?

1

Justin Tarte est directeur des services éducatifs dans un district américain du Missouri. Blogueur à ses heures, il a livré récemment une liste de 8 choses que tout éducateur devrait, selon lui, trouver inacceptable. Est-ce votre cas?

Le 12 octobre dernier, Justin Tarte publiait sur son blogue un billet intitulé « 8 things we can’t accept in education ». Avec sa permission, nous traduisons ici ces 8 choses afin de les partager avec la communauté francophone. Vous êtes d’accord (ou non!)? Vous avez des points à ajouter? N’hésitez pas à laisser des commentaires à l’aide du formulaire à cet effet, au bas de l’article.

 

1. Ce n’est pas parce qu’on a toujours fait ainsi qu’il faut continuer dorénavant.

L’évolution amène des changements que l’éducation ne peut ignorer.

 

2. Ignorer les facteurs externes qui forment chaque élève.

De plus en plus, les élèves entrent en classe avec des besoins qui vont bien au-delà de simplement « apprendre ».

 

3. Travailler de façon isolée en tant qu’enseignant.

Le monde offre des possibilités infinies de collaboration et on est toujours plus forts lorsqu’on travaille en équipe.

 

4. Considérer que le contenu est plus important que la relation avec l’élève.

Le développement d’une relation forte avec les élèves donnera automatiquement du sens au contenu qu’on leur propose.

 

5. Considérer que la technologie en éducation est une option parmi d’autres.

En tant qu’individus, on peut choisir d’ignorer l’influence de la technologie sur la société. En tant qu’éducateurs, ce serait de priver les élèves d’expériences dont ils auront besoin plus tard pour réussir.

 

6. Croire que l’apprentissage est limité à ce qui se passe dans la classe.

Apprendre, ça se passe partout, en tout temps, ça ne peut être contraint ni défini uniquement par des structures bâties par l’humain. Le milieu scolaire doit le reconnaître.

 

7. Comparer les écarts de réussite plutôt que l’inégalité des chances.

Le système scolaire devrait favoriser l’égalité et l’équité dans l’accès aux ressources éducatives de qualité des différents milieux.

 

8. Refuser d’être tenu responsable de ce qui se passe dans les écoles.

C’est justement cette responsabilité imputée aux éducateurs qui rend ces emplois aussi gratifiants.

Commentaires

Recevez chaque semaine l’actualité pédagogique que nous préparons pour vous dans notre Hebdo gratuit :



Audrey Miller est directrice générale et éditrice de L’École branchée. Détenant une formation de 2e cycle en technologies éducatives et un bacc en communication publique, elle a participé depuis 1998 à la mise sur pied de nombreuses initiatives destinées à stimuler le développement professionnel des enseignants en lien avec le numérique et l’innovation pédagogique, telles EdCamp Québec et les CréaCamps. Elle est vice-présidente de l'AQUOPS, secrétaire du conseil d’administration de l’Association Edteq et membre du comité #Francosphère de l'ACELF.