ANNONCE

La formation à distance en français au Canada : limites et défis

Le développement rapide des TIC rend de fiers services à la formation à distance. Cependant, il entraine aussi des défis. C’est ce qu’explore un nouveau mémoire publié par le REFAD, dont une portion s’intéresse plus précisément au niveau secondaire.

Publié le :

Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :

Traduction anglaise automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) peuvent se glisser! ;)

Marquer comme favori (0)

Le développement rapide des TIC rend de fiers services à la formation à distance. Cependant, il entraine aussi des défis. C’est ce qu’explore un nouveau mémoire publié par le REFAD, dont une portion s’intéresse plus précisément au niveau secondaire.

Le Réseau d’enseignement francophone à distance du Canada (REFAD) a confié à M. Jean Losier le mandat de brosser un portrait des limites et défis auxquels est confrontée la formation à distance (FAD) au Canada francophone en 2013, tant au niveau secondaire, collégial et universitaire.

À l’aide d’enquêtes réalisées auprès d’intervenants en FAD, le mémoire présente une synthèse des différentes modalités de prestation de formation à distance, les contraintes administratives et/ou géopolitiques qui encadrent les services offerts en FAD dans les diverses provinces canadiennes, l’état des limites et opportunités technologiques actuelles avec lesquelles la FAD doit composer, ainsi que les défis pédagogiques qui en sont tributaires, puis les défis liés aux clientèles très diversifiées, auxquelles s’adressent ces formations à distance.

Le rapport rappelle qu’« au secondaire, les dispositions législatives provinciales ne permettent pas d’offrir des formations à distance aux populations d’âge scolaire, sauf exception pour les jeunes de 18 ans qui font un retour aux études, pour les handicapés ou les malades de longue durée, ou encore pour certains sportifs de haut niveau appelés à voyager pour leur entrainement ou pour leurs compétitions. »

L’auteur rapporte cependant des recherches suggérant l’apport positif qu’aurait la FAD « pour résoudre les problèmes d’enseignement au secondaire « régulier » quant à la formation dans des domaines spécialisés en régions éloignées, dans les petites écoles et les milieux défavorisés. »

Il fait état de différentes institutions qui ont beaucoup de succès avec la formation à distance. Il cite par exemple l’École virtuelle du Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique, à laquelle 180 élèves sont inscrits. « Ils suivent leurs cours généralement dans leurs écoles, en ligne ou parfois en visioconférence. » Il y a aussi le Conseil des écoles fransaskoises, où « les élèves n’ayant pas accès à une école fransaskoise dans leur région peuvent s’inscrire au Centre d’enseignement virtuel et d’innovation (CEVI) afin de suivre des cours à distance en français.

 

Pour en savoir plus, consultez le Mémoire sur les limites et défis de la formation à distance au Canada francophone.

 

 

Vos commentaires sur l'article

Pour commenter cet article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est aussi possible de commenter directement sur Facebook, Twitter ou LinkedIn.

Vous avez une nouvelle à nous communiquer ou souhaitez publier un témoignage?

Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Vous aimez ce que vous lisez?

Abonnez-vous et recevez les 3 prochains numéros du magazine École branchée (imprimé ou numérique, français ou anglais) en plus de nos dossiers exclusifs en ligne!

En savoir plus >

À propos de l'auteur

Audrey Miller
Audrey Millerhttps://ecolebranchee.com
Directrice générale de l'École branchée, Audrey détient une formation universitaire de 2e cycle en technologies éducatives et un baccalauréat en communication publique. Membre de l'Ordre de l'Excellence en éducation du Québec, elle s'intéresse particulièrement au développement professionnel des enseignants, à l'information à l'ère du numérique et à l'éducation aux médias, tout en s'activant à créer des ponts entre les acteurs de l'écosystème éducatif depuis 1999. Elle s'implique ces temps-ci notamment dans l'Association Edteq et en tant que membre du comité des communications de l'ACELF. Quand elle a du temps libre, elle est passionnée par ses enfants, ses lapins, les chevaux, le bon vin et... la programmation Web!

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés de l'École branchée!





Ces textes pourraient aussi vous intéresser :