ANNONCE

L’empathie appliquée, ou l’effet Pygmalion comme levier positif

À lire pour s'inspirer! Notre collaboratrice rappelle ce qu'est l'effet Pygmalion et explique comment elle s'en sert comme levier positif dans sa relation avec ses élèves et dans sa gestion de classe en général.

Publié le :

Classé dans :
ANNONCE

Attention! Ce contenu a été mis à jour il y a plus de 3 ans. Il pourrait contenir des liens qui ne fonctionnent plus. Vous aimeriez que notre équipe le révise? N'hésitez pas à nous écrire!

J’attends beaucoup de mes élèves autant du côté scolaire qu’au niveau comportemental. Même en pandémie, même s’ils sont au régulier dans une école publique. En fait, j’attends beaucoup d’eux surtout parce que je crois qu’en ces temps incertains, ils en ont vraiment besoin. 

Fondements théoriques

Pour ceux qui ne sont pas familiers avec l’effet Pygmalion (Rosenthal & Jacobson, 1968), c’est le fait que les croyances de l’enseignant quant à la capacité de ses élèves aient une influence directe sur leurs résultats. Dans un contexte plus large, mais surtout en lien avec le comportement et non la réussite scolaire, Howard Becker (1963) établit le même lien entre les attentes comportementales envers des personnes signifiantes et leur comportement. C’est la théorie de l’étiquetage (labelling theory). Plus de 50 ans nous séparent de l’élaboration de ces théories, et depuis les études ne font que confirmer ces liens. Notamment le fait que les attentes des enseignants sont souvent des prophéties qui se réalisent. Donc, si les attentes sont élevées envers les élèves, autant au niveau comportemental que scolaire, ils seront plus performants et obéissants que les élèves d’enseignants qui s’attendent à ce qu’ils réussissent moins bien ou se comportent moins bien. Mais comment est-ce que ces attentes affectent les élèves? La différence est visible dans les commentaires qui leur sont faits, dans la façon de gérer les imprévus, dans les sujets traités, dans les explications données, bref, dans tous les gestes quotidiens de l’enseignement.

La gestion des apprentissages et comportements

Je crois que chaque élève fait de son mieux pour participer activement à ses apprentissages. Cette croyance est imprégnée en moi et teinte toutes mes interventions. Par exemple, si un élève s’absente, ma première question à son retour est de savoir s’il va maintenant mieux. Cette réaction est la même si un élève n’est pas à la tâche. Je donne chaque fois le bénéfice du doute, je lui demande s’il y a quelque chose qui ne va pas, s’il a besoin d’aide. Ainsi, par mes questions, je démontre que s’il ne la fait pas, c’est sûrement dû à un facteur externe. La plupart du temps, après une intervention de ce type, l’élève se met en action. Évidemment, cette méthode ne règle pas tout. Ce sont souvent les élèves turbulents qui ont le plus besoin que je croie en eux. Alors, peu importe l’élève, ma première intervention est toujours positive, je présume de leurs bonnes intentions. 

Une fois mes attentes démontrées par mon intervention initiale, si ce n’est pas assez pour régler le problème, j’enchaîne avec d’autres. Toutefois, selon moi cette approche est payante à long terme! Cette attitude est présente aussi dans d’autres facettes de mon travail. Par exemple, je ne pénalise pas une deuxième fois un élève qui arrive en retard puisqu’il subira les conséquences prévues par l’école. Je l’accueille dans le respect et, si possible, je lui demande si tout va bien de son côté. 

Un élève discute d’autre chose ou parle lorsqu’il devrait être en silence? Je vais le voir et lui demande si je peux l’aider. Souvent, ces petites interventions régleront plusieurs difficultés telles que le manque de matériel, des questions de compréhension ou une autre situation problématique vécue par l’élève. Évidemment, certains n’auront aucune raison valable et d’autres interventions seront nécessaires, et je les ferai. Mais je leur aurai signifié que je m’attends à ce qu’ils travaillent, et ce, à chaque cours. 

La relation enseignant-élève 

Gardons en tête le ratio magique de John Gottman 5:1 qui a, au fil du temps, démontré sa validité en classe. Ce ratio indique qu’afin de maintenir une relation saine, il devrait y avoir au moins 5 interactions positives pour chaque intervention négative. Si ce ratio diminue, la qualité de la relation sera affectée. Une relation positive a à son tour un impact sur toutes les sphères de l’enseignement, tant sur le comportement, les apprentissages, le succès et les résultats. 

Effet sur l’enseignant 

Certains diront que c’est de l’empathie, d’autres que c’est de l’utilisation de données probantes, tous ont raison. Outre les effets bénéfiques sur les élèves, cette approche est aussi bénéfique sur l’enseignant. Nous le savons, faire de la discipline fait partie du quotidien. Sauf que si chaque intervention comportementale est négative, ça peut peser lourd sur les épaules. C’est pourquoi toutes mes interventions disciplinaires débutent par une interaction positive où je me soucie de mon élève et lui offre de l’aide. 

À la fin de la journée, j’ai l’impression d’avoir aidé beaucoup plus que d’avoir réprimandé. Cette impression et ce sentiment d’avoir fait une différence sont après tout une des raisons qui m’ont poussée vers l’enseignement. 

Références 

  • Rosenthal R. et Jacobson LF, (1968). Teacher Expectation for the Disadvantaged, Scientific American, 218(4). 
  • Howard S. Becker, (1963). Outsiders: Studies in the Sociology of Deviance, New York, The Free Press of Glencoe. 

À propos de l'auteur

Mrs Prof
Mrs Prof
Détentrice d’un baccalauréat en enseignement, elle est présentement candidate à la maîtrise en éducation. Elle s’implique auprès de diverses organisations afin d’outiller les enseignants et d’améliorer les diverses facettes de l’enseignement et de l’apprentissage au Québec.

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés de l'École branchée!


Vos commentaires

Pour commenter un article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est aussi possible de commenter directement sur Facebook, Twitter, Instagram ou LinkedIn.

Reproduction de textes

Toute demande de reproduction des articles de l'École branchée doit être adressée à l'organisme de gestion des droits Copibec.

Faites briller vos projets d'école et pratiques gagnantes!

L'École branchée fait circuler l'information dans le milieu scolaire afin d'alimenter la veille professionnelle et valoriser les initiatives émanant du terrain. Allez-y, proposez-nous un texte! >

À lire aussi

Des outils concrets pour une gestion efficace des comportements

Établir des relations positives, expliciter les attentes comportementales, effectuer des interventions spécifiques en salle de classe, ciblées ou intensives… Voilà autant de stratégies auxquelles toute personne qui enseigne devrait s’intéresser. Vous en appliquez possiblement plusieurs d’instinct, mais voici les suggestions de Nancy Roy Halun.

  Réconcilier la pratique enseignante et les données probantes

La recherche en éducation est un champ très vivant; beaucoup de recherche-action et de plus en plus de recherche collaborative (ce qui signifie que les classes s’ouvrent aux équipes de recherche) ont lieu un peu partout. Pourtant, les résultats de ces recherches peinent à sortir des murs des universités et des centres de recherche pour être appliqués dans les écoles. Cela n’est pas faute d’intérêt des uns, mais des réticences demeurent chez les autres, qui craignent le dogmatisme.

  La note finale : Que dit la recherche au sujet des meilleures pratiques?

Les outils technologiques sont destinés à rester dans les salles de classe dans un avenir prévisible. C'est pourquoi il importe de continuer à comprendre leurs forces, leurs promesses et leurs faiblesses, ce qui d’ailleurs est loin d’être facile compte tenu de la variété des contextes et de l'expérience des personnes impliquées.