Attentifs à la maternelle, attentifs toute la vie

0

Les enfants attentifs à la maternelle sont plus susceptibles de l’être encore… une fois sur le marché du travail! C’est ce qui ressort d’une étude réalisée par Linda Pagani, professeure et chercheuse à l’Université de Montréal et au Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine.

Selon elle, ces résultats « justifient l’identification et le traitement précoces des problèmes d’attention ». Le fait d’intervenir tôt auprès des petits coûte beaucoup moins cher que de le faire plus tard. Et c’est sans compter la différence que cela pourrait faire dans la vie des enfants. « Des démarches universelles pour soutenir les habiletés d’attention à la maternelle pourraient se traduire par des trajectoires d’apprentissages stables et productives », mentionne-t-elle dans un communiqué. Parmi les risques associés au déficit d’attention, elle note le décrochage scolaire au secondaire, le chômage et l’abus problématique de substances.

Plus de 1000 enfants ayant fréquenté la maternelle dans les quartiers les plus pauvres de Montréal ont été évalués dans le cadre de cette recherche. Les enseignants de maternelle devaient observer leur capacité d’attention tandis que ceux du primaire ont évalué la qualité du travail individuel et d’équipe des élèves, leur contrôle et leur confiance en soi ainsi que leur habileté à suivre les règles et les consignes. Cela a permis de découvrir que les garçons, les enfants agressifs et ceux ayant des habiletés cognitives inférieures en maternelle étaient beaucoup plus susceptibles de faire preuve d’une participation plus faible en classe.

« Les enfants plus susceptibles de travailler de manière autonome et harmonieuse avec leurs camarades de classe, qui font preuve d’un bon contrôle d’eux-mêmes et de confiance en soi, et qui suivent les directives et les règles sont plus susceptibles de conserver ces comportements productifs sur le marché du travail. En pédopsychologie, nous appelons cela l’évolution du développement des compétences axées sur le travail, de l’enfance à l’âge adulte », indique Mme Pagani.

À lire aussi :

Mon cerveau a besoin de lunettes

Trouble de déficit d’attention : alerte aux faux diagnostics

Le TDAH expliqué