ANNONCE

La synchronicité pédagogique

Notre collaborateur Marc-André Girard propose une série de billets à l’occasion de la rentrée scolaire 2023-2024. Dans ce texte, il rêve de plus de synchronicité pédagogique, soit une harmonie qui se crée entre celui qui exerce la pédagogie et celui envers qui elle se destine. 

Publié le :

ANNONCE

Par Marc-André Girard, directeur d’une école publique

Il est souvent discuté dans les milieux scolaires que le lien à tisser avec les élèves est important. Parfois, on oppose même les personnes enseignantes axées sur le programme et celles axées sur l’importance du lien à développer avec les jeunes. Comme dans plusieurs choses, on aime créer la polarisation et adopter une approche manichéenne : ce qui est bon et ce qui ne l’est pas. Or, l’idée de privilégier la qualité du lien avec les élèves n’est pas futile. 

C’est l’engagement de l’enseignant à d’abord valoriser le respect, l’ouverture et l’écoute pour que la magie pédagogique puisse s’activer :

  • L’élève laisse l’enseignant enseigner et déployer l’effet enseignant;
  • Les élèves et la personne enseignante deviennent complices dans la création d’un espace éducatif de qualité permettant de générer des expériences enrichies au bénéfice de chacun. 

C’est en quelque sorte la naissance de la synchronicité pédagogique entre celui qui exerce la pédagogie et celui envers qui elle se destine. 

Prendre soin de l’autre

Si la pandémie de COVID-19 nous a laissé un leg important, c’est certainement celui de la bienveillance en éducation. Bien que ce terme ait été galvaudé puisqu’utilisé à toutes les sauces depuis quelques années, il semble important de préciser sa signification. La bienveillance, c’est l’amalgame du respect, de l’authenticité, de l’humanisme. C’est l’accueil des différences sans jugement, l’empathie, la délicatesse, la sensibilité. C’est aussi la disponibilité, l’altruisme et l’altérité. Autrement dit, c’est prendre soin de l’autre. 

Cela n’a rien à voir avec le laxisme, l’aveuglement volontaire ou faire l’autruche, et cela n’a aucune implication quant à la rigueur et l’équité à avoir envers nos élèves. Quand des élèves ont l’impression d’être ignorés ou méprisés par un ou des membres de l’équipe-école ou s’ils ont l’impression de simplement ne pas compter, la synchronicité pédagogique cède le pas au dérèglement. 

Interdépendance enseignant-élève

Matthieu Ricard est probablement le moine bouddhiste tibétain le plus connu de la francophonie. Selon lui, notre compassion dépend de l’attitude bienveillante des autres à notre égard. En considérant cette prétention, on peut se questionner : comment espérer une attitude empreinte de compassion, de respect et d’ouverture de la part de nos élèves si eux, d’entrée de jeu, ils ne perçoivent pas la même chose de ceux qui les guident dans leur démarche scolaire? 

On le néglige peut-être, mais l’enseignant et ses élèves vivent en interdépendance. Le succès des uns dépend largement de l’autre comme l’attitude des uns semble dépendre tout aussi largement de l’autre! 

Ce que nous sommes

N’oublions pas les paroles puissances d’Yvon Fortin, enseignant retraité et vulgarisateur scientifique hors pair : on enseigne qui nous sommes! Nos enseignements s’appuient sur des choses qui semblent, à priori, insignifiantes ou dénudées d’importance, mais qui, dans le temps, trouvent tout leur sens. Cette personnalité qu’on laisse derrière et qui inspire nos élèves, ne germera que dans des décennies!

N’oublions pas non plus que l’éducation est une profession de services. Notre travail est de servir la jeunesse d’aujourd’hui, et ce, même si elle ne ressemble plus à la jeunesse d’hier, en l’occurrence la nôtre. Notre travail est de donner au suivant. C’est cela que nous avons choisi et c’est bien clair que nous donnerons toujours plus que nous recevrons. 

Parfois, dans des professions, on a beaucoup plus à donner qu’à recevoir. Ce service implique un niveau de présence et d’accessibilité auprès de ceux que nous servons pour assurer un début de synchronicité pédagogique. Être présent et disponible, c’est se soustraire de l’urgence du quotidien pour prendre le temps nécessaire avec nos jeunes qui, à leur tour, seront présents pour les jeunes ultérieurement. Nous modelons l’importance de la proximité de la relation professionnelle que nous entretenons avec nos jeunes en nous montrant intéressés à leur vie, ce qui démontre que, justement, il y a une vie hors de notre classe et de notre matière! Il ne faut surtout pas négliger que nous avons des élèves qui n’attendent que cela, venir à l’école puisque leur milieu familial ne leur offre pas les opportunités éducatives et sociales espérées. 

En tant que professionnels de l’éducation, nous sommes des personnalités publiques. Nos élèves et leurs parents parlent souvent de nous autant, sinon plus que des vedettes de télévision ou des artistes. Ce n’est pas rien! 

Démontrer de l’intérêt à qui ils sont, ce qu’ils font ainsi qu’à leur famille est une grande marque de respect. Imaginez si votre idole s’intéressait à vous et qu’il prenait le temps de s’enquérir de votre vie. Nous ne sommes pas qu’une simple étoile dans le firmament. Nous faisons partie intégrante de la voûte céleste et notre lumière jaillit sur les gens, mais aussi sur les autres étoiles alentour. De notre lumière, nous contribuons à créer la lumière qui éclaire le monde. 

À propos de l'auteur

Marc-André Girard
Marc-André Girard
Marc-André Girard est détenteur d’un baccalauréat en enseignement des sciences humaines (1999), d’une maitrise en didactique de l’histoire (2003), d’une maitrise en gestion de l’éducation (2013) et d’un doctorat en éducation (2022). Il s’est spécialisé en gestion du changement en milieu scolaire ainsi qu’en leadership pédagogique. Il s’intéresse également aux compétences du 21e siècle à développer en éducation. Il occupe un poste de direction dans une école publique et donne des conférences sur le leadership en éducation, les approches pédagonumériques, le changement en milieu scolaire ainsi que sur la professionnalisation de l’enseignement. Il a participé à des expéditions pédagogiques en France, en Finlande, en Suède, au Danemark et au Maroc. En septembre 2014, il a publié le livre « Le changement en milieu scolaire québécois » aux Éditions Reynald Goulet et, en 2019, il a publié une trilogie portant sur l'école du 21e siècle chez le même éditeur. Il collabore fréquemment à L’École branchée sur les questions relatives à l’éducation. Il est très impliqué dans tout ce qui entoure le développement professionnel des enseignants et des directions d'école ainsi que l’intégration des TIC à l’éducation. En mars 2016, il a reçu un prix CHAPO de l’AQUOPS pour l’ensemble de son implication. Il est récipiendaire de la bourse Régent-Fortin 2022 octroyée par l’ADERAE pour la contribution importante de ses études doctorales au développement de la pratique et des savoirs en administration de l’éducation.

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés de l'École branchée!


Vos commentaires

Pour commenter un article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est aussi possible de commenter directement sur Facebook, Twitter, Instagram ou LinkedIn.

Reproduction de textes

Toute demande de reproduction des articles de l'École branchée doit être adressée à l'organisme de gestion des droits Copibec.

Faites briller vos projets d'école et pratiques gagnantes!

L'École branchée fait circuler l'information dans le milieu scolaire afin d'alimenter la veille professionnelle et valoriser les initiatives émanant du terrain. Allez-y, proposez-nous un texte! >

À lire aussi

Les 6 manifestations de l’agentivité

L’agentivité peut être définie comme « la capacité d’un individu à changer le monde et ses propres comportements ». Comment peut-on reconnaître l’agentivité dans le milieu scolaire? En voici six manifestations, identifiées à partir de témoignages de membres du personnel de l’école l’Accueil, du Centre de services scolaire de la Beauce-Etchemin.

L’IA en éducation : une valeur pédagogique ajoutée?

Notre collaborateur Sylvain Desautels a été, comme plusieurs, entraîné dans la vague de l’intelligence artificielle en éducation au cours des derniers mois. Dans ce texte, il prend un pas de recul pour se poser la question : est-ce que l’intelligence artificielle apporte à l’enseignement une véritable valeur ajoutée?

Des applications éducatives conformes aux bonnes pratiques en sécurité informatique

Les applications et plateformes Web éducatives des membres de l’Association Edteq qui répondent aux critères de sécurité informatique établis pour l’année scolaire 2023-2024 par le ministère de l’Éducation du Québec sont maintenant connues. Il est possible de consulter la liste sur le site Web de l’Association.