Un sondage révèle que la période des devoirs engendre beaucoup de frustration chez les parents

Le fait que leurs enfants éprouvent des difficultés avec les devoirs et sont confrontés à des obstacles à leur apprentissage n’a rien de nouveau pour les parents. En fait, un […]

Publié le :

Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :

Traduction automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) peuvent se glisser! 😉

Ces textes pourraient aussi vous intéresser :

Le fait que leurs enfants éprouvent des difficultés avec les devoirs et sont confrontés à des obstacles à leur apprentissage n’a rien de nouveau pour les parents. En fait, un nouveau sondage commandé par Kumon, un programme parascolaire national de mathématiques et d’anglais, révèle que les parents d’élèves âgés de 7 à 16 ans sont frustrés pendant la période des devoirs, car ils sont incapables d’aider leurs enfants, et souvent ne savent même pas comment aborder la matière.  
 
Mais les difficultés des enfants avec leurs travaux scolaires ne touchent pas seulement les parents – elles risquent d’avoir aussi un effet néfaste sur la confiance en soi et les capacités d’apprentissage des enfants. Les familles sondées ont rapporté que l’insuccès scolaire continu de leurs enfants engendre des émotions négatives comme la frustration (59 %) et une chute dans la motivation d’apprendre (37 %). De plus, deux tiers des parents (65 %) croient que c’est toute la famille qui souffre lorsqu’un enfant éprouve des difficultés à l’école.  
 
Voici quelques autres conclusions du sondage : 
 
• Parmi les parents interrogés, 41 % sont d’accord pour dire que c’est le manque de confiance qui est le principal obstacle à la réussite scolaire de leurs enfants. Parmi les autres obstacles cités, mentionnons la pénurie de ressources scolaires (27 %), les difficultés à faire les devoirs à la maison (26 %) et un sentiment de frustration (23 %).  
• Selon ce sondage, les matières que les parents trouvent les plus difficiles à gérer sont les mathématiques (43 %), suivi de près par les langues (32 %) et les sciences (31 %). 
• Pour les parents d’enfants âgés de 3 à 6 ans, les compétences en lecture sont moins importantes que celles en communication verbale (36 % vs 91 %) ; pourtant, 52 % rapportent que la lecture est la discipline avec laquelle leurs enfants ont le plus de difficulté.
• Les services privés de tutorat ne sont pas abordables pour 3 parents canadiens sur 4.
Kumon, qui exploite des centres de mathématiques et d’anglais partout au pays, utilise une méthode d’apprentissage novatrice consistant à renforcer la confiance et à favoriser l’indépendance des élèves – une stratégie qui a beaucoup plus de chance de réussir.  

Vos commentaires sur l'article

Vous pouvez commenter cet article ici et y ajouter vos idées!

Publicité par Google


À propos de l'auteur

Communiqué
Les communiqués publiés sur Ecolebranchee.com sont ceux reçus à l'attention de info@ecolebranchee.com et correspondant à la ligne éditoriale. Le site se réserve le droit de ne pas publier tous les communiqués.

Quelques annonces

Vous avez une nouvelle à nous communiquer?

Écrivez-nous sans tarder à info@ecolebranchee.com

Vous pouvez aussi publier votre propre texte!
Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Recevez les nouvelles de l’École branchée

L‘École branchée | Hebdo, la publication qui alimente votre boîte courriel pour que vous ne manquiez rien!

Prochaines formations en direct