ANNONCE

Des ressources pour la Semaine de l’éducation aux médias

Jusqu'au 31 octobre, la Semaine mondiale de l’éducation aux médias et à l’information (#SemEduMedias) souligne l’importance de développer des compétences et un sens critique aiguisé pour mieux comprendre l’information à laquelle nous sommes continuellement exposés. Voici de belles idées pédagogiques sur le sujet pour souligner la semaine!

Publié le :

Classé dans :

Attention! Ce contenu a été mis à jour il y a plus de 3 ans. Il pourrait contenir des liens qui ne fonctionnent plus. Vous aimeriez que notre équipe le révise? N'hésitez pas à nous écrire!

Du 24 au 31 octobre, la Semaine mondiale de l’éducation aux médias et à l’information souligne l’importance de développer des compétences et un sens critique aiguisé pour mieux comprendre l’information à laquelle nous sommes continuellement exposés. Par exemple, face à l’abondance d’information circulant au sujet de la pandémie actuelle, l’éducation aux médias devient plus nécessaire que jamais pour permettre aux jeunes, habitués à surfer d’un média social à l’autre, de faire la part des choses à travers tout ce qu’ils consultent.

« La vérification des informations que nous consultons en ligne doit devenir une habitude, comme boucler sa ceinture de sécurité, a indiqué Kathryn Ann Hill, directrice générale de HabiloMédias. Il s’agit d’une compétence rapide et facile que nous pouvons tous appliquer pour stopper la désinformation. Il faut non seulement enseigner aux jeunes Canadiens comment vérifier le contenu qu’ils voient en ligne, mais aussi les amener à en faire une habitude. »

En 2016, Normand Landry, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en éducation aux médias et droits humains et professeur à la TÉLUQ, et Sonia Lefebvre, professeure au département des sciences de l’éducation à l’Université du Québec à Trois-Rivières, avaient déjà identifié les cinq raisons pour s’investir dans une démarche d’éducation aux médias.

  1. Développer des compétences qui permettront aux élèves d’utiliser les  technologies médiatiques numériques de manière optimale et d’en comprendre le fonctionnement.
  2. Développer chez les étudiants un regard critique sur les médias, les contenus médiatiques et les acteurs qui produisent et diffusent ces contenus.
  3. Favoriser l’adoption d’une conduite éthique et responsable avec les médias, particulièrement sur Internet et les réseaux sociaux.
  4. Développer chez les étudiants des compétences informationnelles, notamment par la recherche et l’analyse de l’information.
  5. Développer des compétences qui permettront aux élèves de s’exprimer et d’exercer leur créativité à l’aide des technologies médiatiques.

Voici quelques ressources et activités à utiliser avec les élèves pour souligner cette semaine importante.

Résister à la désinfodémie

Historiquement, la Semaine mondiale de l’éducation aux médias et à l’information est organisée par l’UNESCO. Le site web de l’organisme regorge d’ailleurs de références utiles. Pour 2020, le thème choisi est : Résister à la désinfodémie : L’éducation aux médias et à l’information pour tous et par tous. D’ailleurs, le mot désinfodémie peut en soi découler sur une belle discussion avec les élèves au sujet de la contraction ou de l’utilisation du jeu de mots.

  • Désinformation
    Information erronée ou déformant la réalité, qui est transmise au moyen des médias de masse ou des médias sociaux, dans le but de manipuler l’opinion publique.  
  • Infodémie 
    Surabondance d’informations, de véracité très variable, concernant un problème d’ordre public et particulièrement d’actualité, qui entrave sa résolution en empêchant la population générale de trouver des informations fiables et d’agir en conséquence. 

Quelques idées d’activités supplémentaires

Des ressources produites par l’École branchée

  • Des articles traitant du sujet des fausses nouvelles.
  • Le numéro du printemps 2020 du magazine École branchée, intitulé « L’urgence d’éduquer aux médias », qui est spécialement offert à 50 % de rabais pour souligner cette importante semaine, en utilisant le code promo : urgence-50-semaine-edu.

À propos de l'auteur

Martine Rioux
Martine Rioux
Martine Rioux est rédactrice et gestionnaire de projets d’éditions numériques. Au fil de ses expériences, elle a développé une solide expertise en lien avec la transformation numérique dans divers secteurs d’activités (éducation, culture, administration publique, etc.). Elle maîtrise les subtilités de l’univers numérique, ses enjeux, ses possibilités et sait les vulgariser en deux clics de souris. Elle est notamment rédactrice en chef des médias de l’École branchée. Son rêve : que chacun ait accès à la technologie et puisse l'utiliser comme outil d’apprentissage et d’ouverture sur le monde.

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés de l'École branchée!


Vos commentaires

Pour commenter un article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est aussi possible de commenter directement sur Facebook, Twitter, Instagram ou LinkedIn.

Faites briller vos projets d'école et pratiques gagnantes!

L'École branchée fait circuler l'information dans le milieu scolaire afin d'alimenter la veille professionnelle et valoriser les initiatives émanant du terrain. Allez-y, proposez-nous un texte! >

À lire aussi

Comment combattre la désinformation : renouez avec le robot conversationnel de Radio-Canada.ca

Communiqué - La désinformation ne prend pas de répit. Et les Décrypteurs l’ont bien compris! C’est pourquoi l’équipe d’Innovation numérique de Radio-Canada a procédé à une mise à niveau de son robot conversationnel contre la désinformation, axée notamment sur les nouvelles technologies d’intelligence artificielle et les apprentissages liées à la pandémie de COVID-19.

Jouer à dénicher les fausses nouvelles

Escape-Fake est un jeu d’évasion en ligne, créé par l’association Report’Cité, pour dénicher le vrai du faux dans un journal d’information. La ressource a été présentée dans le cadre de la récente Semaine des Médias du réseau MLF.

Il paraît que la désinformation, c’est plus qu’une rumeur…

Est-ce que la rumeur est une désinformation? La propagande est-elle toujours négative? C’est avec ce genre de questions qu’Hélène Charlet, professeure documentaliste au lycée français Rochambeau, situé à Washington D.C. aux États-Unis, attire l’attention des jeunes pour discuter d’information et de désinformation avec eux.