ANNONCE
L'École branchée, un organisme à but non lucratif
ANNONCE

Pensée et numérique : quels rapports?

Au dernier Sommet de l’iPad et du numérique en éducation, tenu à Montréal les 30 avril et 1er mai dernier, M. François Guité a prononcé une intéressante conférence sur le thème « Pensée et numérique : quels rapports? ». Voir quelques notes pour ceux qui n’y étaient pas et beaucoup de matière à réfléchir...

Publié le :

Classé dans :
ANNONCE

Attention! Ce contenu a été mis à jour il y a plus de 3 ans. Il pourrait contenir des liens qui ne fonctionnent plus. Vous aimeriez que notre équipe le révise? N'hésitez pas à nous écrire!

Array

Au dernier Sommet de l’iPad et du numérique en éducation, tenu à Montréal les 30 avril et 1er mai dernier, M. François Guité a prononcé une intéressante conférence sur le thème « Pensée et numérique : quels rapports? ». Voir quelques notes pour ceux qui n’y étaient pas et beaucoup de matière à réfléchir…

En introduction de sa conférence, M. François Guité, consultant en éducation au Ministère de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche du Québec (MEESR), affirme qu’il constate avec le recul du temps que son propre rapport à la technologie n’est plus même depuis quelques années. Ceci a des répercussions importantes sur sa façon de penser, notamment. Il dit aussi ne plus apprendre de la même façon. « Je réalise en plus que je ne prends plus de notes de la même façon », ajoute-t-il. Pour lui, le fait de mémoriser n’est plus important. Il préfère réfléchir et synthétiser l’information.

C’est pourquoi lorsqu’il voit des gens, comme Stephen Hawking, prédire la fin de l’humanité à cause des machines, il considère qu’il faut s’arrêter, ne pas paniquer, et réfléchir à tout cela.

M. Guité rappelle que récemment dans l’histoire, l’inventivité a dépassé l’adaptabilité de l’être humain. Par exemple, il mentionne qu’en 2025, l’ordinateur devrait atteindre la même puissance computationnelle que le cerveau humain. « Pas la même intelligence, précise-t-il, mais la même puissance computationnelle ». Selon lui, l’évolution rapide des technologies, ce n’est plus de la science-fiction, mais de la science-friction, c’est-à-dire une tension entre ce qu’on est capable de comprendre et l’ampleur des phénomènes qui émergent.

Il presse les pédagogues de revoir leur discours : « l’ordinateur n’est pas qu’un outil, c’est plus que ça, c’est quelque chose qui nous transforme ». Il fait ensuite référence aux récentes actualités à propos d’une recherche identifiant les sources de sédentarité et le fort attrait des ados pour les « écrans ». « Quand on parle d’écrans, on inclut la télévision, les jeux vidéos et les ordinateurs. Pourtant, avez-vous déjà entendu les médias se plaindre que les jeunes lisent trop? C’est pourtant là aussi une source de sédentarité. »

« Notre métier, en tant que pédagogue, implique de transformer le cerveau des jeunes », exprime-t-il. Cependant, il croit qu’il ne faut pas tenir compte uniquement de l’aspect cognitif de l’intelligence, mais aussi de l’aspect émotionnel, de l’éthique et de la capacité à se projeter dans l’avenir. Ce n’est probablement pas demain que les machines nous rattraperont sur ces points…

À propos de l'auteur

Audrey Miller
Audrey Millerhttps://ecolebranchee.com
Directrice générale de l'École branchée, Audrey détient une formation universitaire de 2e cycle en technologies éducatives et un baccalauréat en communication publique. Membre de l'Ordre de l'Excellence en éducation du Québec, elle s'intéresse particulièrement au développement professionnel des enseignants, à l'information à l'ère du numérique et à l'éducation aux médias, tout en s'activant à créer des ponts entre les acteurs de l'écosystème éducatif depuis 1999.

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés de l'École branchée!


Vos commentaires

Pour commenter un article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est aussi possible de commenter directement sur Facebook, Twitter, Instagram ou LinkedIn.

Reproduction de textes

Toute demande de reproduction des articles de l'École branchée doit être adressée à l'organisme de gestion des droits Copibec.

Faites briller vos projets d'école et pratiques gagnantes!

L'École branchée fait circuler l'information dans le milieu scolaire afin d'alimenter la veille professionnelle et valoriser les initiatives émanant du terrain. Allez-y, proposez-nous un texte! >

À lire aussi

Balado Rencontres numériques – L’intelligence artificielle

Dans ce balado, Alexandra Coutlée discute avec Olivier Blais de Moov AI. Celui-ci est convaincu que « les humains et l'intelligence artificielle doivent apprendre à cohabiter. Des fois, ça va être l'humain qui va aider l’IA. D’autres fois, c’est l’IA qui va augmenter l’humain ».

Des idées d’usages de l’intelligence artificielle pour le personnel enseignant et pour les élèves

À l’occasion des 40 ans du Centre pour l’éducation aux médias et à l’information (CLEMI), la Mission laïque française (MLF) a lancé du 20 au 24 mars la 1re édition de son cycle de web-conférences sur l’éducation aux médias et à l’information. Évidemment, la semaine aurait été incomplète sans un atelier consacré au déjà célèbre ChatGPT.

L’art du « Prompt » : Guide 101 pour les personnes enseignantes

L'une des clés du succès dans l'utilisation de l'intelligence artificielle (IA) générative, telle que ChatGPT, repose dans la capacité à lui formuler des instructions claires pour optimiser les réponses. Ce texte présente 5 étapes pour converser efficacement avec l'IA.