Ma découverte des CréaCamps

En arrivant au CréaCamp de Lévis, je n’avais aucune attente précise. Je savais que les sujets abordés touchaient aux technologies, qu’il y avait plusieurs acteurs du milieu de l’éducation pour nous accompagner, mais sans plus. J’ai été charmée dès que j’ai mis les pieds dans le local de formation.

Publié le :

Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :

Traduction anglaise automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) peuvent se glisser! ;)

En arrivant au CréaCamp de Lévis il y a un mois déjà, je n’avais aucune attente précise. J’étais curieuse et emballée de suivre une nouvelle formation sans trop savoir dans quoi j’embarquais. Je savais que les sujets abordés touchaient aux technologies, qu’il y avait plusieurs acteurs du milieu de l’éducation pour nous accompagner, mais sans plus. J’ai été charmée dès que j’ai mis les pieds dans le local de formation.

Tout d’abord, l’équipe DÉBORDE d’énergie. C’est ce qui m’a le plus frappée en arrivant. C’est contagieux et on ne peut faire autrement que d’entrer dans le même état d’esprit. On nous présente alors les facilitateurs pour les différents ateliers offerts. C’est sous forme de “speed-dating” que le tout se déroule. On doit ensuite choisir, selon nos intérêts, dans quelle activité nous passerons la journée. Déjà là j’étais conquise : une formation où JE décide du sujet, wow!

Une fois en petit groupe, c’est là que la magie opère. Nous sommes une petite communauté de pédagogues, issus de milieux différents, traitant d’un sujet nouveau, intéressant et ayant tous le même but : développer et approfondir notre réflexion. Le facilitateur est là pour nous donner les outils et nous sommes les bâtisseurs. Concrètement, c’est facile d’appliquer les principes, méthodes ou éléments à notre enseignement : l’issue de notre rencontre est de construire ou de visualiser comment le faire.  

Pour ma part, j’avais choisi un atelier traitant des algorithmes et de l’effet qu’ils peuvent avoir sur notre consommation et sur notre consultation des réseaux sociaux. Le tout était abordé en lien avec l’éthique, mais j’ai transposé mes apprentissages et mes discussions dans une activité d’écriture en français. En fait, je propose aux élèves d’écrire un récit d’aventures qui met en vedette un adolescent victime de ce que peuvent causer les algorithmes sur nos habitudes. Le but de l’écriture sera de mettre sur une application les récits des élèves, de créer des codes QR et de faire de la sensibilisation à l’école. 

En bref, le CréaCamp est un lieu de rencontres, de développement, de réflexion et de plaisir. Vous devez vivre cette expérience au moins une fois dans votre vie!

Vos commentaires sur l'article

Pour commenter cet article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est possible de commenter directement sur Facebook, Twitter ou LinkedIn.

Publicité par Google


À propos de l'auteur

Laurie Couture
Enseignante de français au secondaire et collaboratrice sur divers blogues, Laurie Couture se passionne pour l’écriture et pour l’aspect novateur en éducation : comment peut-on modifier ses façons de faire pour améliorer sa méthode? Elle adore découvrir, discuter et développer au sujet des pratiques probantes en lien avec les technologies. À l’aide du numérique, elle aspire à mettre sur pieds des projets et des documents répondant aux tendances actuelles et proposant des approches nouvelles.

Ces textes pourraient aussi vous intéresser :

Quelques annonces

Vous avez une nouvelle à nous communiquer?

Écrivez-nous sans tarder à info@ecolebranchee.com

Vous pouvez aussi publier votre propre texte!
Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Recevez les nouvelles de l'École branchée

L'École branchée | Hebdo, la publication qui alimente votre boîte courriel pour que vous ne manquiez rien!