ANNONCE
L'École branchée, un organisme à but non lucratif
ANNONCE

Le TBI : un réel potentiel pédagogique, mais de nombreux défis à surmonter

Dans un contexte où, depuis bientôt cinq ans, les tableaux interactifs ont été implantés de façon massive dans la plupart des écoles du Québec, la Chaire de recherche du Canada sur les technologies en éducation a mené une étude visant à identifier les usages ainsi que les avantages et les défis de son utilisation.

Publié le :

Classé dans :
ANNONCE

Attention! Ce contenu a été mis à jour il y a plus de 3 ans. Il pourrait contenir des liens qui ne fonctionnent plus. Vous aimeriez que notre équipe le révise? N'hésitez pas à nous écrire!

Array

Dans un contexte où, depuis bientôt cinq ans, les tableaux interactifs ont été implantés de façon massive dans la plupart des écoles du Québec, la Chaire de recherche du Canada sur les technologies en éducation a mené une étude visant à identifier les usages ainsi que les avantages et les défis de son utilisation.

« 99,2% des élèves préfèrent le tableau blanc interactif au tableau noir. Pourquoi? Parce que nous sommes en 2016! »
– Chaire de recherche du Canada sur les TIC et l’éducation

Ce sont en tout 11 683 élèves (de la 4e année du primaire à la 5e secondaire), de même que 1131 enseignants qui ont pris part à cette recherche.

Elle a d’abord permis de présenter les principaux usages du TBI en contexte scolaire. Il a ensuite été question de ses nombreux avantages, tels que perçus par les enseignants et les élèves. Nous avons enfin abordé la question des principaux défis rencontrés par les enseignants et les élèves dans l’usage de cette technologie.

Tel que l’équipe le mentionne en introduction du rapport, « loin de remettre en question l’importance capitale d’intégrer les technologies en éducation, cette recherche a plutôt mis en exergue que certains outils, comme le tableau blanc interactif, sont possiblement plus complexes et plus chronophages à intégrer que d’autres. En effet, nos résultats illustrent à quel point les enseignants semblent rencontrer des problèmes techniques avec l’usage du tableau blanc interactif. Pourtant, tel que le montrent les résultats de l’étude, le tableau blanc interactif présente un réel potentiel pédagogique. »

Voici quelques-uns des résultats. Pour en savoir plus, consultez la fiche des faits saillants de l’étude.

 

Est-ce que les enseignants utilisent le TBI?

48,2 % des enseignants interrogés utilisent le TBI « toujours » ou « souvent », 39,3 % l’utilisent «parfois» ou rarement, et seulement 12,6 % ne l’utilisent jamais.

 

Est-ce que les élèves manipulent le TBI?

4,0 % des enseignants interrogés indiquent laisser leurs élèves utiliser le TBI « toujours » ou « souvent », 23,4% les laissent l’utiliser « parfois », et 72,6 % ne les laissent rarement ou jamais l’utiliser.

 

Quels sont les principaux usages faits par les enseignants?

  • 51,6% : présentation à l’aide de logiciels multimédias
  • 19,3 % : recherche sur Internet
  • 10,8% : présentation de vidéos

 

Le TBI est-il plus apprécié que le tableau noir?

99,2% des élèves préfèrent le TBI au tableau noir. 73,6% des enseignants préfèrent le TBI au tableau noir.

 

Avantages selon les enseignants

  • 23,5% : accès à Internet en classe
  • 
19,1% : support visuel à l’enseignement
  • 12,2% : visionner des vidéos

Avantages selon les élèves

  • 29,2% : accès à Internet
  • 18,8% : support visuel à l’enseignement
  • 
11,6% : motivation des élèves

Désavantages selon les enseignants

  • 70,6% : problèmes techniques
  • 17,3% : chronophage
  • 
9,6% : écran trop petit

 

Désavantages selon les élèves

  • 33,5% : problèmes techniques
  • 25,4% : écran trop petit
  • 19,0% : manque de maîtrise du TBI par l’enseignant

Les résultats de l’étude ont révélé que le tableau blanc interactif présente un réel potentiel pédagogique. Par exemple, cette recherche a montré que plus les élèves manipulent le TBI, plus ils perçoivent que cela a un impact positif sur leurs résultats scolaires, sur leur motivation à l’école, sur leur concentration en classe, voire sur leur satisfaction générale face à l’école. « Cela est fort prometteur, mais encore faut-il que plus de 4,0 % des enseignants se risquent à laisser les élèves manipuler cet outil », lit-on dans le rapport.

Une liste de 12 recommandations est présentée à la fin de l’étude, dont :

  1. Inciter un plus grand nombre d’enseignants à utiliser de façon régulière le TBI.
  2. Mettre en place des formations spécifiques pour amener un plus grand nombre d’enseignants à utiliser les fonctions interactives du TBI.
  3. Mettre en place des formations spécifiques pour amener un plus grand nombre d’enseignants à faire manipuler le TBI par leurs élèves.
  4. Reconnaitre l’investissement en temps nécessaire par les enseignants pour maitriser un tel outil technologique.

Toute l’information ici : http://tbi.crifpe.ca

À propos de l'auteur

Audrey Miller
Audrey Millerhttps://ecolebranchee.com
Directrice générale de l'École branchée, Audrey détient une formation universitaire de 2e cycle en technologies éducatives et un baccalauréat en communication publique. Membre de l'Ordre de l'Excellence en éducation du Québec, elle s'intéresse particulièrement au développement professionnel des enseignants, à l'information à l'ère du numérique et à l'éducation aux médias, tout en s'activant à créer des ponts entre les acteurs de l'écosystème éducatif depuis 1999.

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés de l'École branchée!


Vos commentaires

Pour commenter un article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est aussi possible de commenter directement sur Facebook, Twitter, Instagram ou LinkedIn.

Reproduction de textes

Toute demande de reproduction des articles de l'École branchée doit être adressée à l'organisme de gestion des droits Copibec.

Faites briller vos projets d'école et pratiques gagnantes!

L'École branchée fait circuler l'information dans le milieu scolaire afin d'alimenter la veille professionnelle et valoriser les initiatives émanant du terrain. Allez-y, proposez-nous un texte! >

À lire aussi

Les six écoles du Lab-École sous la loupe des chercheurs

Cinq ans après le lancement de l’idée du Lab-École au Québec, les chercheurs Jonathan Bluteau et Mélissa Goulet, tous deux professeurs à la Faculté des sciences de l’éducation de l’UQAM, s’apprêtent, avec une imposante équipe, à étudier les retombées de ce projet innovateur sur la réussite éducative. 

Laboratoires créatifs dans les écoles québécoises : état des lieux et questionnements

Bien que le déploiement de laboratoires créatifs ait été entamé dans les écoles québécoises avant la pandémie et que plusieurs avantages soient identifiés pour le développement de compétences chez les élèves, les auteurs d'un récent rapport soulèvent quelques questions sur le futur du déploiement de ces ateliers de fabrication.

Un sondage révèle que les jeunes font confiance à la science, mais la situation demeure fragile

La Fondation canadienne pour l’innovation, en partenariat avec l’Acfas, réalisé un sondage afin de connaître les perceptions des jeunes Canadiens de 18 à 24 ans sur quatre enjeux scientifiques. Les résultats mettent en lumière l'écosystème médiatique dans lequel baignent les jeunes et l'importance de réaliser des activités de sensibilisation auprès d'eux.