Le mouvement FIXER : un laboratoire créatif pour réparer et solutionner

0

Nous avons rencontré Dominic Tremblay, consultant indépendant en éducation et facilitateur lors du CréaCamp de Casselman. Il nous parle du mouvement FIXER qui vise à donner une nouvelle vocation environnementale et entrepreneuriale aux laboratoires créatifs.

Au cours des dernières années, on a vu le nombre de laboratoires créatifs (aussi connus sous le nom de Fab lab ou Makerspace) augmenter dans les écoles. Cette nouvelle tendance pédagogique favorise le développement de la créativité des élèves grâce à des projets réalisés entre autres avec des imprimantes 3D, des découpes vinyle ou des machines à coudre. À l’ère où on utilise déjà beaucoup trop de plastique, Dominic et son collègue Pierre Sarazin se sont mis à la recherche d’une solution pour réduire le gaspillage qui s’installait dans les laboratoires créatifs. Pour mettre cet espace créatif et pédagogique au service de la communauté… et de la planète!

Ils ont transformé le mouvement MAKER en mouvement FIXER.

Le but du mouvement FIXER est de donner une nouvelle vocation au matériel existant dans les laboratoires créatifs. Désormais, on répare les vêtements au lieu d’en fabriquer de nouveaux, et on confectionne des pièces pour réparer les meubles et les appareils. Les élèves deviennent des entrepreneurs et s’engagent dans des tâches authentiques qui répondent à un besoin réel de la communauté.

On vous invite à écouter l’entrevue pour en apprendre davantage sur les fondements et les retombées du mouvement FIXER. Pour en savoir plus suivez Pierre et Dominic

Commentaires

Vous avez aimé lire cet article?

Recevez gratuitement l'Hebdo de l'École branchée en ligne!