Évaluer autrement pour favoriser l’équité entre les élèves

L’un des principaux enjeux en lien avec l’enseignement à distance demeure l’évaluation des apprentissages. Bien avant le début de la pandémie, des chercheurs québécois avaient entrepris de se pencher sur la question, principalement dans un contexte de justice, d’égalité et d’équité pour l’ensemble des élèves. Découvrez ce projet de recherche en cours.

Publié le :

Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :

Traduction anglaise automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) peuvent se glisser! 😉

L’un des principaux enjeux en lien avec l’enseignement à distance demeure l’évaluation des apprentissages. Bien avant le début de la pandémie de la COVID-19, des chercheurs québécois avaient entrepris de se pencher sur la question, principalement dans un contexte de justice, d’égalité et d’équité pour l’ensemble des élèves.

« Si notre projet de recherche était prévu avant la pandémie, force est d’admettre que celle-ci agit comme amplificateur des aspects que nous souhaitions valider. Nous ne pouvons pas ignorer la situation actuelle », fait remarquer Thérèse Laferrière, professeure associée à la recherche-action.

Ce projet subventionné par le Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQSC) est baptisé ÉCRAN (Évaluation Collaborative Réussie des Apprentissages par le Numérique). Neuf autres chercheurs de six universités québécoises y prennent part.

Le projet ÉCRAN se déroulera sur trois années, avec des écoles participantes au Saguenay et à Québec pour la première année. Au cours de la deuxième année, des écoles de Montréal et de Sherbrooke s’ajouteront. Finalement, une école de l’Outaouais se joindra au groupe.

Le projet, qui est encore en démarrage, se réalisera selon les principes du « Design Based Research », ce qui signifie qu’il s’alimentera des données au fur et à mesure qu’elles sont collectées et analysées. Mme Laferrière prévoit déjà que le projet se modulera énormément en cours de réalisation. Il ne s’agit pas seulement de prendre un portrait au début et un autre à la fin, puis de les comparer.   

« On ne peut pas reproduire les examens actuels sur les plateformes web. Il faut trouver des façons d’évaluer qui tiennent compte des possibilités du numérique. Bien que ceci était abondamment discuté auparavant, la pandémie force tout le monde à se mettre en action et à chercher de véritables alternatives », ajoute Mélanie Tremblay, également chercheure associée au projet ÉCRAN.

Et ce n’est pas faute de possibilités. Certains logiciels permettent déjà d’évaluer l’expression du processus de résolution de problème, une compétence trop souvent laissée de côté en mathématique, selon Mme Tremblay. Desmos et Virtual Math Teams (dont la version française est pilotée par l’équipe TACT de l’Université Laval) sont deux de ceux-là. Ils permettent d’enregistrer des traces plus nombreuses des stratégies de résolution de problème que les élèves utilisent (seul ou en groupe), leur raisonnement, leur argumentation, plutôt que de simplement colliger une démarche écrite. Les équipes de développement des deux logiciels sont d’ailleurs engagées dans la recherche afin d’apporter des correctifs au besoin.

Puisque le projet ÉCRAN ne fait que débuter, il est trop tôt pour tirer des conclusions. Mais les chercheures sont d’avis qu’il n’y aura pas de réponse unique. Elles sont déterminées à trouver de nouvelles façons d’évaluer qui tirent profit des possibilités du numérique afin de garantir la justice, l’égalité et l’équité pour l’ensemble des élèves.

Vos commentaires sur l'article

Pour commenter cet article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est possible de commenter directement sur Facebook, Twitter ou LinkedIn.

Publicité par Google


À propos de l'auteur

Martine Rioux
Après des études en communication publique, Martine a été journaliste pour différentes publications, avant de poursuivre sa carrière comme conseillère en communications interactives chez La Capitale, groupe financier, puis chez Québec numérique, organisme dont elle a pris la direction générale avant de faire le saut comme conseillère politique au cabinet du ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale. Elle est aujourd'hui rédactrice en chef adjointe et chargée de projets spéciaux à l'École branchée. Son rêve : que chacun ait accès à la technologie et puisse l'utiliser comme outil d’apprentissage et d’ouverture sur le monde.

Ces textes pourraient aussi vous intéresser :

Quelques annonces

Vous avez une nouvelle à nous communiquer?

Écrivez-nous sans tarder à info@ecolebranchee.com

Vous pouvez aussi publier votre propre texte!
Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Recevez les nouvelles de l’École branchée

L‘École branchée | Hebdo, la publication qui alimente votre boîte courriel pour que vous ne manquiez rien!