ANNONCE

Les temps changent… et les enseignants aussi

(section précédente) Les enseignants ne sont pas tous au même niveau quant à leur appropriation de différents outils technologiques. Intégreront-ils les outils numériques avec la même aisance? Auront-ils besoin de […]

Publié le :

Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :

Traduction anglaise automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) peuvent se glisser! ;)

Marquer comme favori (0)
ANNONCE

(section précédente)

Les enseignants ne sont pas tous au même niveau quant à leur appropriation de différents outils technologiques. Intégreront-ils les outils numériques avec la même aisance? Auront-ils besoin de contenus numériques différents?

Marie-Josée Lavoie est enseignante de première année à la commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles. Il y a à peine un mois, elle a fait le grand saut : elle manipule le TBI et utilise du matériel numérique. « Tant qu’à avoir un TBI, aussi bien l’utiliser le mieux possible », lance-t-elle.

Depuis l’installation de son périphérique, les élèves manipulent le tableau tous les jours. Le cahier d’exercices à projeter est intéressant et coloré et elle y voit un grand avantage pour les élèves du premier cycle. « Tout va tellement mieux au niveau du repérage, ajoute-t-elle. Je peux encercler le numéro sur lequel les élèves doivent porter attention plutôt que de me promener à travers les 21 bureaux pour vérifier que tous écrivent au bon endroit. En début de scolarisation, ça donne un bon coup de pouce. »

Pierre Poulin est fondateur de la célèbre iClasse à Montréal-Nord. À l’école Wilfrid-Bastien, cet enseignant technophile a créé sa classe idéale presque entièrement numérique et sans organisation physique traditionnelle. Il dit utiliser très peu de manuels imprimés, à l’exception des grammaires. « Dans notre école, leur utilisation devient de plus en plus occasionnelle ou survient quand il y a une panne d’électricité, lance-t-il à la blague. Le manque d’interaction est le principal inconvénient des manuels scolaires imprimés. Ils ne tiennent pas compte du développement des connaissances antérieures des élèves, surtout pour les immigrants ». Utilise-t-il les manuels numériques, alors? Pas plus, par crainte que les ces nouveaux manuels ne soient qu’une version électronique des manuels papier.

C’est ce que vit Carmen Roberge, une enseignante du deuxième cycle à la commission scolaire de la Pointe-de-l’Île. « Même si c’est beaucoup plus facile pour les élèves de se repérer dans le manuel, il y a très peu d’interactivité dans celui que j’utilise. Pour les enseignants qui font leurs premiers pas au TBI, ça peut aller. Mais quand on devient plus expérimenté, ça prend beaucoup plus », se désole l’enseignante qui est à sa troisième année d’utilisation du TBI.

Pour lire la suite

Vos commentaires sur l'article

Pour commenter cet article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est aussi possible de commenter directement sur Facebook, Twitter ou LinkedIn.

Vous avez une nouvelle à nous communiquer ou souhaitez publier un témoignage?

Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Vous aimez ce que vous lisez?

Abonnez-vous et recevez les 3 prochains numéros du magazine École branchée (imprimé ou numérique, français ou anglais) en plus de nos dossiers exclusifs en ligne!

En savoir plus >

À propos de l'auteur

Julie Beaupré
Julie Beaupré
Julie est conseillère pédagogique TIC au primaire et personne-ressource RÉCIT à la Commission scolaire des Affluents. Aussi, blogueuse ici et .

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés de l'École branchée!





Ces textes pourraient aussi vous intéresser :