Les élèves de la réforme plus compétents en sciences et technologie

Les élèves de la réforme obtiennent de moins bons résultats aux tests nationaux et internationaux en sciences et technologie, mais sont toutefois plus compétents, selon Patrice Potvin, professeur-chercheur en didactique des sciences de l’UQAM.
Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :
English EN French FR

Traduction automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) vont se glisser! 😉

Un portable par élève à la CS Eastern Township : une expérience prometteuse

Il y a dix ans, la Commission scolaire Eastern Township faisait le pari audacieux d’équiper tous ses élèves d’ordinateurs portables afin d’augmenter leur performance. L’organisation avait l’un des pires taux de décrochage au Québec. Depuis, il a chuté de 42 % à 22 % alors qu’il grimpait dans le reste de la province.

Le Collège François-de-Laval initiera ses élèves aux affaires

Conférences à saveur économique, camps d’été à l’École d’entrepreneurship de Beauce, Club de la relève entrepreneuriale, le Collège François-de-Laval a décidé d’initier ses élèves au monde des affaires.

Lecture : les élèves québécois sous la moyenne canadienne

Le niveau d’habileté en lecture des jeunes Canadiens a été mesuré dans le cadre du Programme international de recherche en lecture scolaire (PILS). On y apprend, par exemple, que les jeunes qui consacrent moins de temps aux devoirs ont un meilleur rendement en lecture… et que les Québécois ont du rattrapage à faire.

Élèves immigrants : la pauvreté a plus d’impact sur la réussite que la langue maternelle

Plusieurs obstacles se dressent sur le parcours scolaire des élèves issus de l’immigration, ici comme ailleurs. On constate toutefois que la fréquentation d’une école fortement multiethnique n’aurait pas d’impact négatif important sur la réussite.

Ces textes pourraient aussi vous intéresser :

00:06:55

Rendre l’apprentissage amusant ET efficace en s’inspirant des jeux vidéo

Nous avons discuté avec un designer de jeux vidéo et un neuropsychologue de la façon dont on peut s’inspirer d’éléments motivationnels des jeux vidéo pour soutenir l’engagement des élèves.

La 11e édition de la conférence internationale Serious Play à l’UQAM du 10 au 12 juillet 2019

L’Université du Québec à Montréal (UQAM) accueillera la 11e édition de la conférence internationale Serious Play, qui se tient pour la première fois au Canada. L’événement réunira divers experts dans le domaine des jeux sérieux et de la ludification, soit l’utilisation des jeux pour des situations d’apprentissage.

Par amour pour le jeu : table ronde sur la ludification

Lors du REFER 2019, le panel d'ouverture a permis aux experts de partager les facteurs de succès du jeu : la trame narrative, la collaboration, la culture du jeu, l'objectivation et la progression.

Les ludomythes : 10 idées fausses sur le jeu et l’apprentissage

Le coup d’envoi du REFER 2019 a été donné par la conférence d’ouverture de Margarida Romero et Éric Sanchez intitulée Les ludomythes : 10 idées fausses sur le jeu et l’apprentissage.

Les élèves de la réforme obtiennent de moins bons résultats aux tests nationaux et internationaux en sciences et technologie, mais sont toutefois plus compétents, selon Patrice Potvin, professeur-chercheur en didactique des sciences de l’UQAM.

 

« Les tests nationaux et internationaux sont le résultat d’un consensus entre les états et les provinces qui les font passer. Les systèmes éducatifs qui sont les plus délinquants ou les plus innovants vont nécessairement identifier des cibles qui s’éloignent des performances optimales à ces tests-là. La baisse des résultats des élèves du Québec n’est donc pas étonnante. En fait, je m’attendais à ce qu’elle soit plus drastique », note M. Potvin.

De par son « originalité », la réforme forme des jeunes différents. « Notre étude montre que les élèves du Québec ne se sont pas améliorés, ils n’ont pas régressé, ils ont changé, constate-t-il. Ils sont un peu moins bons pour répondre à des questions, mais ils peuvent mieux résoudre certains problèmes de sciences et technologie. »

Ce constat vient de la comparaison des résultats de finissants de 2009 (avant la réforme) et 2011 (première cohorte de la réforme) au « jeu de cuisine ». Dans le cadre de ce jeu informatique, les jeunes devaient composer la « soupe idéale afin de satisfaire le palais sensible du goûteur ». Les jeunes devaient donc expérimenter différentes quantités d’ingrédients puis analyser les résultats et reprendre l’expérience dans le but d’obtenir la meilleure soupe (virtuelle!) possible. « Nous avons décidé de ne pas associer la tâche à une discipline en particulier parce qu’avec la réforme, les enseignants ont une marge de manœuvre quant au temps qu’ils allouent aux différentes disciplines. L’idée, c’est de développer des compétences et les connaissances viennent appuyer ces compétences-là. Choisir une discipline aurait pu entraîner des iniquités d’un milieu à l’autre » explique le chercheur.

À suivre…

En 2009, 468 élèves volontaires de trois écoles secondaires publiques et une privée ont accepté de se soumettre au test. En 2011, 382 jeunes des mêmes écoles l’ont fait. Les quatre établissements étaient plutôt standards. La différence de compétences des deux groupes au terme du test est significative. M. Potvin aimerait reprendre le test en 2013 afin de déterminer si l’appropriation plus grande de la réforme par les enseignants engendrera une compétence encore plus importante des élèves. Toutefois, il s’inquiète d’une certaine confusion qui règne actuellement. « Les élèves testés en 2011 ont été formés par des enseignants qui croyaient que les tests de fin d’année du ministère de l’Éducation seraient des tests de compétences. Mais on constate que les examens ne sont pas vraiment conformes au programme, ce sont des questions qui ressemblent beaucoup à des tests internationaux, mentionne M. Potvin. J’ai donc l’impression que les enseignants pourraient renoncer à faire des efforts dans le sens du développement des compétences. Je ne suis donc pas certain qu’on va continuer de voir une augmentation. »

Plus d’intérêt

Par ailleurs, les jeunes de 2009 et 2011 ont aussi été invités, au terme de l’expérience, à remplir un questionnaire. Il en est ressorti que les jeunes de la réforme avaient une attitude plus favorable aux sciences et à la technologie, un intérêt plus grand pour les carrières dans ces domaines et une meilleure perception quant à l’utilité de l’école pour comprendre « la vraie vie ».

 

À lire aussi :

Meilleurs en mathématiques, moins bons en sciences et en lecture

Festival de robotique : de jeunes génies à l’œuvre

Enseigner à l’ère des hackers

Vos commentaires sur l'article

Vous pouvez commenter cet article ici et y ajouter vos idées!

À propos de l'auteur

Avatar
Nathalie Côté
Nathalie est journaliste. Ses thèmes de prédilection sont la famille, l’éducation, la santé, la consommation, l’environnement et les phénomènes sociaux. Elle collabore notamment au journal La Presse.

Quelques annonces

Vous avez une nouvelle à nous communiquer?

Écrivez-nous sans tarder à info@ecolebranchee.com

Vous pouvez aussi publier votre propre texte!
Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Recevez nos nouvelles chaque semaine

Recevez chaque mardi l'École branchée | Hebdo, la publication qui alimente votre veille professionnelle en éducation!