Vous ne faites pas un « projet iPad », vous utilisez le iPad!

Un tweet de Pierre Couillard le 2 décembre dernier a attiré notre attention. « You are not doing an iPad project. You are using iPads in your classroom ». L’article auquel il fait référence est rempli de bon sens : parler d’un projet en termes de la technologie utilisée revient à placer l’intention pédagogique en second lieu.

Publié le :

Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :

Traduction anglaise automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) peuvent se glisser! ;)

Un tweet de Pierre Couillard le 2 décembre dernier a attiré notre attention. « You are not doing an iPad project. You are using iPads in your classroom ». L’article auquel il fait référence est rempli de bon sens : parler d’un projet en termes de la technologie utilisée revient à placer l’intention pédagogique en second lieu.

L’auteur de cette réflexion, un consultant britannique en éducation nommé Matt Pearson, rappelle qu’un projet pédagogique ne s’articule pas autour de la technologie utilisée. Dans son cas, il parle précisément de l’iPad, mais cela semble s’appliquer à toutes les technologies. « Vous ne faites pas un projet iPad, vous utilisez le iPad ». Utiliser des tablettes numériques iPad en classe ne constitue pas en soi un projet, rappelle-t-il. Il suggère plutôt de nommer le projet selon l’objectif qu’il poursuit, par exemple « trouver les 10 meilleures applications pour le français en 2e secondaire, spécifiquement pour les garçons ». Là, on parle d’un « projet »!

Pourtant, plusieurs ont cette tendance à référer à leur « projet iPad » lorsqu’ils parlent à leurs collègues. Selon Matt Pearson, c’est placer la charrue devant le bœuf. Il soutient d’ailleurs, un brin ironiquement, que si le résultat final d’un « projet iPad » est de trouver que les élèves sont plus motivés, alors le projet n’était pas justifié. Après tout, tout le monde devient soudainement plus motivé en présence d’un nouvel outil tout neuf et plein de promesses…

Les technologies sont un moyen innovant et différent de faire de la pédagogie. C’est d’ailleurs avec leur concours qu’on réussit à bonifier les expériences d’apprentissage.

Pour lire la réflexion au complet, voyez le blogue de Matt Pearson ici.
Vous pouvez aussi le suivre sur Twitter.
Et pourquoi pas aussi Pierre Couillard, du RÉCIT maths, sciences et techno.

 

Vos commentaires sur l'article

Pour commenter cet article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est possible de commenter directement sur Facebook, Twitter ou LinkedIn.

Vous avez une nouvelle à nous communiquer ou souhaitez publier un témoignage?

Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Vous aimez ce que vous lisez?

Abonnez-vous et recevez les 3 prochains numéros du magazine École branchée (imprimé ou numérique, français ou anglais) en plus de nos dossiers exclusifs en ligne!

En savoir plus >

À propos de l'auteur

Audrey Millerhttps://ecolebranchee.com
Directrice générale de l'École branchée, Audrey détient une formation universitaire de 2e cycle en technologies éducatives et un baccalauréat en communication publique. Membre de l'Ordre de l'Excellence en éducation du Québec, elle s'intéresse particulièrement au développement professionnel des enseignants, à l'information à l'ère du numérique et à l'éducation aux médias, tout en s'activant à créer des ponts entre les acteurs de l'écosystème éducatif depuis 1999. Elle s'implique ces temps-ci notamment dans l'Association Edteq et en tant que membre du comité des communications de l'ACELF. Quand elle a du temps libre, elle est passionnée par ses enfants, ses lapins, les chevaux, le bon vin et... la programmation Web!

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés!





Ces textes pourraient aussi vous intéresser :