ANNONCE

Un robot de téléprésence pour matérialiser l’apprentissage virtuel

L’enseignement virtuel tel qu’on le connaît repose grandement sur les logiciels de vidéoconférence. Mais voilà qu’un projet original mené dans des écoles américaines veut pousser plus loin l’enseignement virtuel en utilisant un prototype de robot de téléprésence dans les classes.

Publié le :

Classé dans :

Attention! Ce contenu a été mis à jour il y a plus de 3 ans. Il pourrait contenir des liens qui ne fonctionnent plus. Vous aimeriez que notre équipe le révise? N'hésitez pas à nous écrire!

L’enseignement virtuel tel qu’on le connaît repose grandement sur les logiciels de vidéoconférence. Mais voilà qu’un projet original mené dans des écoles américaines veut pousser plus loin l’enseignement virtuel en utilisant un prototype de robot de téléprésence dans les classes.

L’Académie Nexus, située à Colombus dans l’État de l’Ohio, est une école secondaire reposant sur l’apprentissage mixte, une méthode combinant l’enseignement traditionnel et l’enseignement virtuel. Certains cours virtuels sont offerts en mode synchrone, généralement à l’aide de logiciels de vidéoconférence, et sont animés par des enseignants situés dans différents coins du pays. Depuis l’an dernier, un prototype de robot est utilisé dans l’optique de parfaire l’enseignement synchrone virtuel. Construit sur roues et mesurant 1,2 mètre, le robot est mobile, doté d’une caméra et contrôlé à distance par l’enseignant. Ce dernier peut déplacer l’appareil dans la classe, par exemple entre les bureaux des élèves, ce qui lui permet notamment d’observer leurs travaux et de les commenter. À l’autre bout, une caméra filme le visage de l’enseignant et reproduit l’image sur un petit écran placé sur le robot.

Bien que certains élèves ayant participé au projet se soient montrés sceptiques et critiques, d’autres pensent que le robot dynamiserait l’enseignement virtuel et le rendrait moins impersonnel. Du côté des intervenants du milieu de l’éducation, on pense qu’en plus d’être utile pour l’enseignement synchrone à distance, ce genre d’appareil pourrait éventuellement être profitable pour l’éducation des personnes à mobilité réduite. Des aspects du robot demeurent à améliorer, notamment sa manipulation parfois ardue.

L’appareil coûte 6000 $ et implique des frais d’entretien annuel d’environ 1000 $. Satisfaites des résultats de l’essai réalisé à l’Académie Nexus l’an dernier et dans un établissement scolaire l’année précédente, sept écoles américaines utilisant l’apprentissage mixte, situées en Ohio, au Michigan et en Indiana, possèdent désormais un tel robot.

Justement, ce même prototype de robot est actuellement utilisé à cette fin au Québec. À la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys, il est utilisé pour aider une élève de secondaire en rémission d’un cancer à suivre ses cours à distance.

Que pensez-vous de cette idée? Rend-elle effectivement moins « impersonnelle » la notion d’enseignement à distance?

Pour en savoir plus, lisez l’article “Is the future of education teacher-robots bumping into walls?“, par Nichole Dobo.

À propos de l'auteur

Dominic Leblanc
Dominic Leblanc
Diplômé en sociologie, Dominic Leblanc est conseiller pédagogique au Service des programmes et du développement pédagogique du Cégep régional de Lanaudière à L'Assomption.

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés de l'École branchée!


Vos commentaires

Pour commenter un article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est aussi possible de commenter directement sur Facebook, Twitter, Instagram ou LinkedIn.

Faites briller vos projets d'école et pratiques gagnantes!

L'École branchée fait circuler l'information dans le milieu scolaire afin d'alimenter la veille professionnelle et valoriser les initiatives émanant du terrain. Allez-y, proposez-nous un texte! >

À lire aussi

Des activités d’enrichissement pour les élèves à haut potentiel

Au Centre de services scolaire de Montréal (CSSDM), un nouveau service est mis en place pour répondre aux besoins spécifiques des élèves doués. Des formations sont offertes aux enseignants pour leur fournir des stratégies pédagogiques différenciées, adaptées aux besoins particuliers de ces élèves à haut potentiel. Parmi elles, plusieurs utilisent le numérique comme levier.

Initier des enseignants du Nunavik à la programmation informatique

Dans le cadre d’un projet de recherche, un groupe de pédagogues s’est récemment rendu au Nunavik, plus précisément à l’école Ajagutak de la Commission scolaire Kativik. L’objectif : sensibiliser les enseignants au potentiel pédagogique de la programmation informatique et leur faire vivre des activités en lien avec l’enseignement des sciences et des mathématiques. L’équipe témoigne de son expérience dans ce texte. 

Prix d’excellence de la FCSSQ 2022-2023 – La technologie, au service de la réussite : cinq centres de services scolaires se démarquent par leurs...

Communiqué - La Fédération des centres de services scolaires du Québec (FCSSQ) a souligné cinq projets remarquables initiés par certains centres de services scolaires. Ces organisations ont eu l'idée de recourir à la technologie comme élément clé de réussite. Découvrez ces projets maintenant.