Trois façons d’assurer une identité virtuelle à votre classe

Fierté et sentiment d’appartenance envers sa classe sont des facteurs motivationnels pour les élèves. Dans l’univers numérique, leur développement peut prendre de toutes nouvelles dimensions et faire tomber les murs de l’institution traditionnelle!

Publié le :

Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :

Traduction anglaise automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) peuvent se glisser! ;)

ANNONCE
Ajouter aux favoris (0)

Fierté et sentiment d’appartenance envers sa classe sont des facteurs motivationnels pour les élèves. Dans l’univers numérique, leur développement peut prendre de toutes nouvelles dimensions et faire tomber les murs de l’institution traditionnelle!

Je suis tombée récemment sur un article tout simple qui propose trois façons de doter sa classe d’une identité virtuelle. L’auteure, Laura Bates, y rappelle à quel point il est plus agréable d’évoluer dans un milieu auquel on est fier d’appartenir, et cela n’exclut pas l’environnement de classe. « Lorsque les jeunes sentent qu’ils font partie d’une équipe, la productivité tend à augmenter car ils ont un but commun pour leurs efforts. » Ce sens de la solidarité entraîne à son avis des interactions basées sur l’entraide et le soutien entre pairs.

Être fier de sa classe, ce n’est pas nouveau, mais l’innovation technologique permet de l’envisager d’autres façons. Voici trois idées pour commencer…

 

1. Avoir un blogue de classe
www.wordpress.com ou www.blogger.com, par exemple

Voilà une façon d’assurer une présence intéressante sur le Web. Grâce à lui, l’enseignant peut annoncer et décrire les activités de la classe, partager le plan de travail, souligner les bons coups. Il ne faut pas oublier que les élèves peuvent aussi s’en servir pour publier des résultats d’expériences, des découvertes ou pour lancer des discussions visant à organiser la vie de classe, par exemple.

 

2. Avoir un compte Twitter pour la classe
www.twitter.com

On peut y diffuser de très courtes nouvelles, par exemple le thème du jour, les arguments d’un débat, des suggestions de lectures ou de sites à visiter, etc. On peut aussi échanger avec d’autres classes, même à l’autre bout du monde! Des gens de l’extérieur peuvent même intervenir et ajouter leur grain de sel.

 

3. Avoir une chaîne YouTube pour la classe
www.youtube.com

Pour certaines activités, les élèves peuvent réaliser des productions vidéo, par exemple de courts documentaires, des expériences filmées, des reportages fictifs, des enregistrements de manipulations à l’ordinateur, etc. La diffusion des meilleures productions en ligne peut se faire facilement grâce à YouTube. Assurez-vous cependant, si on voit les visages de certains élèves, de toujours obtenir l’autorisation des parents.

Évidemment, il y a de nombreuses autres façons de laisser des traces en tant que classe numérique. Quelles sont vos préférées?

N’oubliez pas non plus de vous documenter au sujet de l’identité numérique, car elle n’a pas que de bons côtés. Heureusement, une tête avertie en vaut deux!

Vos commentaires sur l'article

Pour commenter cet article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est possible de commenter directement sur Facebook, Twitter ou LinkedIn.

Vous avez une nouvelle à nous communiquer ou souhaitez publier un témoignage?

Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Vous aimez ce que vous lisez?

Abonnez-vous et recevez les 3 prochains numéros du magazine École branchée (imprimé ou numérique, français ou anglais) en plus de nos dossiers exclusifs en ligne!

En savoir plus >

À propos de l'auteur

Audrey Miller
Audrey Millerhttps://ecolebranchee.com
Directrice générale de l'École branchée, Audrey détient une formation universitaire de 2e cycle en technologies éducatives et un baccalauréat en communication publique. Membre de l'Ordre de l'Excellence en éducation du Québec, elle s'intéresse particulièrement au développement professionnel des enseignants, à l'information à l'ère du numérique et à l'éducation aux médias, tout en s'activant à créer des ponts entre les acteurs de l'écosystème éducatif depuis 1999. Elle s'implique ces temps-ci notamment dans l'Association Edteq et en tant que membre du comité des communications de l'ACELF. Quand elle a du temps libre, elle est passionnée par ses enfants, ses lapins, les chevaux, le bon vin et... la programmation Web!

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés!





Ces textes pourraient aussi vous intéresser :