Mon retour sur le #CréaCamp de Bellechasse

0

Des petites écoles au grand cœur, il en existe plusieurs. J’ai justement eu le grand plaisir d’en découvrir une autre aujourd’hui, lors du 3e CréaCamp de l’École branchée. J’avais rencontré le directeur du CFER de Bellechasse, M. Yvan Fortier, lors d’une mission exploratoire en France au mois de septembre 2017. Suite à cette belle expérience, nous avons souhaité travailler ensemble, et c’est par un CréaCamp que ça s’est concrétisé.

Le CFER (Centre de formation en entreprise et récupération) de Bellechasse est une toute petite école de la CS de la Côte-du-Sud, située au cœur de la municipalité de Saint-Raphaël. Elle offre un enseignement à des jeunes âgés entre 15 et 18 ans qui ne peuvent poursuivre leurs études secondaires régulières. Une petite école rurale publique qui accueille uniquement des élèves en adaptation scolaire. C’est tout un contexte! Et pourtant, dès qu’on y met les pieds, on ressent quelque chose de particulier. D’abord, on rencontre un personnel enseignant particulièrement soudé et dévoué, et on sent que chacun éprouve un grand bonheur à contribuer à qualifier ces jeunes grâce à un parcours particulier. L’établissement est certifié Apple, on y trouve donc beaucoup d’outils technologiques, mais c’est aussi un atelier OPEQ qui recycle des appareils pour leur donner une seconde vie. On y trouve même une imprimerie étudiante! C’est là aussi que l’équipe de recherche du professeur Thierry Karsenti, de l’Université de Montréal, teste le potentiel des robots humanoïdes Nao.

La semaine dernière, nous étions à Clair, au Nouveau-Brunswick, pour le mythique colloque annuel du Centre d’apprentissage du Haut-Madawaska (CAHM). Là aussi, c’est une petite école au grand cœur. Le CAHM et le CFER de Bellechasse ont un point en commun : un directeur pour qui la priorité est de mettre en place les conditions gagnantes pour permettre à ses enseignants d’innover et d’oser de nouvelles approches pour valoriser les élèves. Bravo!

 

L’art de raconter par le numérique

L’un des ateliers offerts lors de ce CréaCamp a permis d’exploiter différentes façons de raconter. Le « storytelling » est une façon créative de favoriser l’expression chez les élèves. Ainsi, les participants ont pu explorer la technique de l’écran vert pour la photo et la vidéo, certains ont enregistré des tutoriels animés, d’autres ont créé des histoires à l’aide de petits personnages… C’est en compagnie du mentor Carl Parent, conseiller pédagogique TIC à la CS des Navigateurs, que les participants ont pu laisser aller leur créativité!

 

Créer à partir des apps natives de l’iPad

Pas besoin d’acheter de nombreuses applications pour tirer profit de la tablette iPad! C’est ce que les mentors Michel Fitzback, enseignant au CFER de Bellechasse, et Marie-Claude Barbe, de Apple Canada, ont prouvé aux participants de leur atelier! Par exemple, plusieurs ont appris à exploiter l’application Clip pour créer des animations. Ils ont aussi pu créer un univers sonore grâce à Garage Band, et bien plus.

 

Programmation et robotique pédagogique pour tous

Enfin, le conseiller pédagogique au service national du RÉCIT du domaine des maths, sciences et technologique Pierre Lachance a accompagné de nombreux participants dans leur initiation à différents langages de programmation. Scratch, Ozobot, EV3, Sphero : il y en avait pour tous les goûts!

 

Ouvrir ses horizons : Ozobot et le récit policier

L’un des objectifs des CréaCamps est d’ouvrir de nouvelles perspectives aux participants et de leur permettre de réinvestir en classe ensuite. Plusieurs beaux exemples sont ressortis de cette édition du CréaCamp, dont celui de deux enseignantes de la CS des Phares, qui ont découvert le sympathique robot Ozobot. Elles l’ont d’abord exploré dans une perspective mathématique, puis j’ai pensé leur partager ma propre expérience en lien avec le français. En effet, mon premier contact avec ce robot avait été dans le cadre d’une présentation où les élèves devaient fabriquer une « maquette » de l’histoire des trois petits cochons, et y faire circuler un Ozobot représentant le loup. Après l’avoir programmé en conséquence, les élèves devaient raconter l’histoire à l’oral. Pour ma part, je l’avais testé en allant plutôt du côté de la poésie. Ces nouvelles idées ont allumé une étincelle dans les yeux des deux enseignantes, qui ont finalement exprimé, lors du retour de fin de journée devant tous les participants, qu’elles comptaient exploiter Ozobot dans le cadre de l’étude du récit policier. Génial!

 

Nao et Pepper : des robots humanoïdes qui captent l’attention!

Les élèves du CFER de Bellechasse sont habitués au robot Nao. Ce sympathique humanoïde permet de s’initier à la programmation, en plus de faire des merveilles auprès d’enfants autistes, entre autres. Les participants du CréaCamp ont eu l’occasion de faire leurs premiers pas en apprenant à le programmer grâce à un atelier spécial offert par Thierry Karsenti et son équipe, Julien Bugmann et Simon Parent (qu’on a surnommés les « parrains » de Nao!). Un moment fort de la journée! Aussi, on a pu découvrir en primeur canadienne dans une école, peut-être même en Amérique du Nord, Pepper, le grand frère de Nao.

 

L’importance du réseau et des partenariats

L’un des autres objectifs des CréaCamps est de permettre aux enseignants participants de réseauter avec des pairs qui ne sont pas nécessairement leurs collègues immédiats. Encore une fois, c’est mission accomplie puisqu’ils sont nombreux à s’être connectés via les réseaux sociaux aujourd’hui et à s’être promis d’explorer des pistes de collaboration.

Et au-delà du réseautage entre enseignants, il faut souligner la présence de partenaires qui croient eux-aussi dans l’importance de fournir des contextes favorisant l’innovation. Par exemple, les Éditions Grand-Duc ont été les premiers à lever la main lors de notre appel à soutien, à l’automne dernier. Ils étaient avec nous aujourd’hui grâce à un représentant qui a vécu la journée et pu voir les préoccupations et défis des enseignants. Ces derniers ont même dit avoir apprécié pouvoir côtoyer cette personne dans un contexte autre que celui de vente lors des congrès traditionnels.

Aussi, les CréaCamps 2017-2018 se terminent par l’octroi des prix « Coups de cœur Antidote », remis à deux enseignants s’étant particulièrement illustrés pendant la journée, soit par leur grande ouverture, leur évolution ou leur engagement.

Enfin, nous avons annoncé officiellement notre nouveau et précieux partenariat avec Cadre21, par lequel les participants pourront obtenir un badge numérique de participation, mais aussi poursuivre leur démarche de développement professionnel grâce à un crédit de formation de niveau explorateur, à leur choix. Nos mentors facilitateurs, quant à eux, recevront un crédit leur permettant d’obtenir une reconnaissance du plus haut niveau, soit le niveau Innovateur.

Inutile de préciser à quel point nous avons hâte à la prochaine édition, qui aura lieu le 23 février à l’école secondaire de Neufchâtel, avec tout un programme! Ça vous tente? Inscrivez-vous donc!

Commentaires