La continuité pédagogique à l’ère du numérique

mis à jour le :

par l’équipe de direction de l’école Le Sommet (CS des Premières-Seigneuries)
Sonie Boulet, Maryse Desroches, Annie Gosselin et Stéphanie Lemieux
@DesrochesMarys1 @Gosselin_a @SLemieuxCP 

L’école secondaire Le Sommet de la Commission scolaire des Premières-Seigneuries a, comme tout le système scolaire, été plongée dans une montagne russe d’émotions, mais surtout de possibilités depuis mars dernier. En 2014, l’école s’est lancée dans un virage numérique afin d’offrir un environnement technopédagogique au service de la réussite des élèves. À ce moment, nous savions que l’intégration d’outils technologiques offrait de nouveaux horizons pédagogiques, permettait de motiver et d’engager les élèves, mais nous pouvons maintenant dire qu’en contexte de pandémie, ce virage nous aura permis de faciliter l’émergence de nouvelles stratégies d’apprentissage et de communication.

Le chiffre UN est trop petit pour faire des exploits

Depuis l’intégration de l’iPad en 2014, l’équipe du Sommet a fait de grands pas. Notons, par exemple, le développement de pratiques collaboratives et une flexibilité pédagogique accrue. Bien que tous les élèves et les enseignants de l’école possèdent un iPad, l’arrivée de la Covid-19 a poussé l’équipe à désapprendre plusieurs pratiques bien établies pour réapprendre de nouvelles façons de communiquer et de travailler ensemble.

Je travaille énormément, mais c’est vraiment stimulant! Je sens que quelque chose de positif se passe! Je me frotte les mains de plaisir!

– JULIE BÉLISLE, TECHNOPÉDAGOGUE DE L’ÉCOLE

Plus l’objectif est élevé, plus le travail d’équipe est nécessaire. Dans ce cas-ci, la vision était claire et partagée : rester en contact avec tous nos élèves et offrir une continuité pédagogique à chacun d’eux en les prenant là où ils sont. 

Quand vous réalisez que les autres peuvent vous aider à accomplir un meilleur travail que vous l’auriez fait seul, vous franchissez un grand pas.

– Citation d’ANDREW CARNEGIE

Rapidement, des groupes de travail misant sur les forces de chacun ont été formés : une équipe d’intervenants pour réfléchir aux suivis des élèves vulnérables et aux communications avec chacun d’eux et une seconde équipe composée d’enseignants de chaque matière pour réfléchir à un horaire d’enseignement en ligne supporté par des technopédagogues. Devant l’inconnu, les connaissances de tous, l’expertise et les expériences antérieures devaient être mises à contribution dans le but de limiter les faux pas.

Bureau à distance de Stéphane Valois, enseignant de la concentration art dramatique et médiatique

La mobilisation du personnel, son engagement et sa motivation à faire partie de la parade plutôt que d’adopter la posture de spectateur, et ce, malgré le fait de ne pas posséder toutes les informations, démontrent une grande maturité d’équipe. Depuis l’intégration du numérique dans le milieu, nous avions été témoin de cette tolérance à l’ambiguïté, de la prise de risques et de l’innovation. Nous pouvons maintenant affirmer que ce changement de paradigme depuis les dernières années a grandement aidé l’équipe à poursuivre sa croissance à une vitesse exponentielle.

Une place pour tous

Évidemment, bien que l’iPad soit intégré depuis plusieurs années à l’école, tous n’avaient pas la même aisance à l’utiliser. Dans les dernières semaines, de belles initiatives de solidarité ont vu le jour : des enseignants qui enregistrent des capsules et les partagent, des « tests » de cours entre adultes, des enseignants qui participent aux cours de leurs collègues qui expérimentaient déjà l’enseignement à distance, des discussions pédagogiques virtuelles. Les enseignants maîtrisant moins les outils technologiques se sont associés à d’autres collègues afin d’être fins prêts à se lancer dans l’enseignement à distance le 11 mai. L’équipe-école s’est transformée en une communauté d’apprentissage professionnelle à la vitesse grand V!

Humaniser la distanciation sociale

Malgré la distance, les membres de l’équipe de l’école Le Sommet n’auront jamais été aussi proches les uns des autres. La bienveillance et l’entraide sont palpables. Tous ont le souci d’aider malgré qu’ils soient eux-mêmes des apprenants.  La pensée rationnelle est parfaite pour prendre une décision, mais le coeur est tout aussi important pour atteindre la destination souhaitée.

« Je me sens super prête pour la semaine prochaine et c’est grâce à mes incroyables collègues!  De l’aide, du support, des conseils… On est une super équipe de feu! »

– MARIE-FRANCE GIROUX, ENSEIGNANTE

Plusieurs actions ont été mises en place, en plus de celles destinées à structurer les demandes du ministère : chaîne téléphonique pour s’assurer que tous étaient dans de bonne dispositions, cafés rencontres virtuels pour souligner les semaines importantes comme celles du personnel de soutien et des secrétaires vécues lors du confinement, vidéos du personnel et des élèves, rencontres virtuelles pour les nouveaux enseignants animées par les mentors de l’école et 5 à 6 virtuels pour garder le contact et rencontrer, parfois, la famille des collègues.

De plus, de belles initiatives sont encore à venir pour les élèves finissants et les récipiendaires du gala méritas, à qui nous réservons de belles surprises dans les semaines à venir. Un sous-groupe de travail est à réfléchir à un concept 2.0, en attendant le réel bal qui a été déplacé à l’automne prochain. 

Pour qu’une équipe parviennent au sommet, il ne suffit pas qu’elle prenne un bon départ

Les prochaines semaines seront tout aussi importantes que celles qui ont mené à la mise en place de cette nouvelle structure d’enseignement à distance. De la régulation et des ajustements seront nécessaires. Grâce à la maturité de l’équipe, ces rencontres de régulation permettront de réaliser qu’il est plus important de faire un premier pas imparfait que de ne pas avancer. Ce changement de pratique amorcé depuis 2014 aura assurément contribué à la réussite de la mise en oeuvre de l’enseignement à distance forcé par le contexte de la pandémie.

La réussite ne sera pas d’avoir réfléchi à un plan parfait dès le jour un, mais bien d’avoir fait des apprentissages collectifs qui nous propulseront vers un enseignement 2.0 lors de la prochaine rentrée scolaire. C’est ainsi que nous aurons le sentiment du devoir accompli.

« On vient d’ouvrir la porte pour une nouvelle manière de travailler en éducation. On ne pourra plus revenir en arrière pour certaines choses. »

– STÉPHANE VALOIS, ENSEIGNANT

Qu’on se le dise, nous n’avons aucun contrôle sur les événements, mais nous avons un contrôle sur notre attitude et nos réactions. Après un premier tour de montagne russe, les passagers ont pu vivre certaines émotions, les partager et peuvent maintenant refaire un nouveau tour en savourant la frénésie et le plaisir que ce manège procure. Pour les passagers qui sont toujours à convaincre de vivre ces émotions fortes, ils pourront s’asseoir dans une nacelle à côté d’un passager plus confiant qui saura les rassurer. Nous sommes certains que tous prendront goût à ce tour de manège collectif, même s’il est un peu décoiffant par moments!



ANNONCE FOURNIE PAR GOOGLE
NOTE : Nos abonnés connectés ne voient pas ces annonces!