Opération #MonOrdiAuLycée : Des lycéens français reçoivent des ordinateurs portables

Dans le cadre de l’Opération #MonOrdiAuLycée, 50 000 élèves français de Seconde (4e année du secondaire au Québec) fréquentant des lycées régionaux publics et privés de la région des Pays de la Loire ont reçu un ordinateur portable tout neuf au cours de l’automne.

Publié le :

Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :

Traduction anglaise automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) peuvent se glisser! ;)

Dans le cadre de l’Opération #MonOrdiAuLycée, 50 000 élèves français de Seconde (4e année du secondaire au Québec) fréquentant des lycées régionaux publics et privés de la région des Pays de la Loire ont reçu un ordinateur portable tout neuf au cours de l’automne. Il s’agit d’une initiative de la région, qui souhaite ainsi favoriser l’équité en matière d’accès aux équipements informatiques.

« Au cours de la dernière année, nous avons été informés que de nombreux lycéens ne pouvaient assister à leurs cours à distance qu’à partir de leur téléphone portable. Imaginez le défi pour eux! La pandémie a mis en évidence les inégalités entre les familles. Nous avons choisi de contribuer à réduire cette fracture numérique », nous a indiqué Constance Nebbula lorsque l’École branchée l’a rencontrée à Angers dans le cadre de la Connected Week. Elle est conseillère municipale responsable du numérique à Angers et également vice-présidente du Conseil régional. Elle a elle-même participé à la distribution des ordinateurs dans les écoles, dans les écoles, avec de nombreux collègues et la présidente du Conseil régional.

La mise en œuvre de la mesure représente un investissement financier de quelque 24 millions d’euros pour les Pays de la Loire. De plus, il est prévu que l’opération soit reconduite chaque année, de sorte qu’en 3 ans, tous les lycéens de cette région seront équipés d’un ordinateur. Les élèves de 1re année du Certificat d’aptitude professionnelle sont aussi concernés. Comme les appareils appartiennent aux élèves, ceux-ci pourront les suivre tout au long de leur scolarité, et même après.

En fait, l’initiative de la Région des Pays de la Loire fait suite à la mise à disposition d’enveloppes budgétaires destinées à la mise en place de projet d’infrastructures numériques du côté de l’Union européenne (programme qui avait débuté avant la pandémie). La Région a proposé son projet qui a été retenu. D’autres régions françaises avaient déjà mis en place des mesures semblables, dont l’Île-de-France et la Bretagne. 

Précisons qu’en France, ce sont les régions qui sont responsables de fournir des ressources aux lycéens. Pour le Québec, c’est un peu comme si une Table régionale d’élus municipaux choisissait d’acheter des ordinateurs pour les élèves du secondaire, mais nous n’avons pas les mêmes structures administratives.

Des appareils, du soutien technique et des ressources 

Constance Nebbula explique que chaque ordinateur a été identifié d’un code barre qui lui est unique afin d’éviter la revente des appareils. « Évidemment, il y aura toujours des petits malins qui tenteront de le faire, mais nous pourrons en repérer certains sur Marketplace ou autres plateformes en ligne. »

Plus intéressant, selon elle, un service de soutien technique régional a été mis en place afin d’accompagner les jeunes et les parents dans l’utilisation des ordinateurs. En cas de problèmes, ils peuvent communiquer avec les techniciens. Une attention particulière est portée à la prévention de la cybersécurité auprès des familles. Une charte d’usage est aussi signée par le jeune et ses parents.

Par ailleurs, les ordinateurs (HP ProBook 440 G8, écran 14 pouces, fournis avec câble d’alimentation et housse de protection) ont été équipés de logiciels (dont la suite Office de Microsoft) et certaines applications pédagogiques (Audacity, EduPython, GeoGebra, Scratch, Stellarium, etc.). Des raccourcis sont aussi disponibles pour accéder à un espace dédié à l’orientation, qui comprend notamment un accès direct au site Choisirmonstage.fr

« Pour nous, c’était important que ces appareils contiennent des ressources pertinentes pour les jeunes, qui les accompagneront dans leurs études et pourront devenir un tremplin pour certains. Par exemple, l’accès direct à des ressources d’orientation scolaire pourrait amener des jeunes à découvrir de nouvelles possibilités professionnelles », explique Mme Nebbula.

Si les ordinateurs ont d’abord été distribués dans un effort visant à équiper les familles, il n’est pas exclu que les élèves puissent apporter les appareils à l’école. Par contre, pour le moment, aucune mesure n’est prévue à l’intention des enseignants ou pour leur  utilisation en classe. « Un tel projet devrait être initié par le ministère de l’Éducation nationale. Pour notre part, nous nous assurons que les jeunes puissent compléter leurs travaux scolaires de la maison ou assister à des cours en ligne, au besoin. Ce faisant, nous offrons de meilleures chances de réussite aux jeunes de la région », conclut Mme Nebbula.

En savoir plus sur le mesure : 

Un ordinateur portable fourni par la Région aux élèves de seconde et de 1ère année de CAP

Vos commentaires sur l'article

Pour commenter cet article et y ajouter vos idées, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux. Tous les articles y sont publiés et il est possible de commenter directement sur Facebook, Twitter ou LinkedIn.

Vous avez une nouvelle à nous communiquer ou souhaitez publier un témoignage?

Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Vous aimez ce que vous lisez?

Abonnez-vous et recevez les 3 prochains numéros du magazine École branchée (imprimé ou numérique, français ou anglais) en plus de nos dossiers exclusifs en ligne!

En savoir plus >

À propos de l'auteur

Martine Rioux
Après des études en communication publique, Martine a été journaliste pour différentes publications, avant de poursuivre sa carrière comme conseillère en communications interactives chez La Capitale, groupe financier, puis chez Québec numérique, organisme dont elle a pris la direction générale avant de faire le saut comme conseillère politique au cabinet du ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale. Elle est aujourd'hui rédactrice en chef adjointe et chargée de projets spéciaux à l'École branchée. Son rêve : que chacun ait accès à la technologie et puisse l'utiliser comme outil d’apprentissage et d’ouverture sur le monde.

Recevez l'infolettre Hebdo

Recevez l'Info #DevProf et l'Hebdo pour ne rien manquer des nouveautés!





Ces textes pourraient aussi vous intéresser :